Musée des beaux-arts d'Agen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musées des beaux-Arts d'Agen durant l'édition 2007 de la Fête de la musique

Le musée des beaux-arts d'Agen est un des musées de la ville d'Agen, en Lot-et-Garonne (France).

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé en 1876, situé au cœur historique de la Ville, le musée est logé dans quatre superbes hôtels particuliers de la Renaissance, ouverts sur de belles cours intérieures. Il est « l’un des musées les plus riches du Sud-Ouest » et présente, dans un agréable parcours évoquant l’intérieur d’un riche collectionneur, un ensemble de peintures et de sculptures, de meubles et de faïences européennes du Moyen Âge au XIXe siècle. Les collections du Musée offrent un large panorama de l’histoire de l’art, de la préhistoire au XXe siècle.

Les collections[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Autoportrait de Francisco Goya, 1783.

Le musée est particulièrement réputé pour son riche ensemble d’œuvres espagnoles des XVIIIe et XIXe siècles, parmi lesquelles cinq exceptionnels tableaux de Francisco Goya légués par le comte de Chaudordy (1826-1899), ambassadeur de France en Espagne, dont le plus célèbre est l'Autoportrait de 1783. Les autres tableaux de Goya légués par le comte sont une Messe de Relevailles, une scène fantastique intitulée Caprices, l'esquisse du portrait équestre de Ferdinand VII et Le Ballon.

Parmi les autre oeuvres remarquable de la collection, on trouve pour le XVIe siècle un tableau de Domenico Tintoretto ainsi que des œuvres de Corneille de Lyon et de l'école des Clouet. il faut citer pour le XVIIe siècle l'ensemble remarquable de natures mortes flamandes, hollandaises et françaises (Jan Davidsz de Heem, Pieter van Noort, Pierre Dupuis) ainsi que des peintures françaises et italiennes avec des œuvre d'artistes tels que Philippe de Champaigne (Vierge et enfant Jésus et Portrait présumé d’Étienne Delafons), Bernardo Strozzi (Le Géomètre) et Giovanni Battista Lama (Loth et ses Filles et Salomon adorant les Idoles, acquis en 2008). Le XVIIIe siècle est bien représenté notamment grâce à la collection de peintures des ducs d’Aiguillon, et compte des tableaux de Charles de la Fosse, Pierre Subleyras, Jean-Baptiste Oudry, François-Hubert Drouais (Madame du Barry), François de Troy, Jean-François de Troy (Le Jeune Comte de Toulouse et Le Jugement de Pâris), Charles Amédée Philippe van Loo, Jean-Marc Nattier... ainsi que des œuvres de Jean-Baptiste Greuze (Tête d'enfant), Hubert Robert (Scène autour d’un puits) et Giandomenico Tiepolo (Le Jeune Page).

Le XIXe siècle français est représenté par des grands maîtres de la peinture réaliste comme Courbet, par les paysagistes de l’École de Barbizon comme Jean-Baptiste Camille Corot (Étang de Ville-d'Avray, vers 1865) et Jean-François Millet ainsi que par les peintres de l'école de Crozant et les impressionnistes avec des œuvres de Johan Barthold Jongkind, Eugène Boudin, Armand Guillaumin, Alfred Sisley, Gustave Caillebotte (Le Plongeur) ou encore Albert Lebourg et Henri Lebasque.

Pour le XXe siècle sont présentées deux fonds remarquables : du peintre français Roger Bissière d’une part, et de Claude Lalanne et François-Xavier Lalanne, d’autre part. On trouve aussi une œuvre pointilliste de Francis Picabia.

Archéologie[modifier | modifier le code]

La section archéologique du Musée est constituée d'objets provenant de sites lot-et-garonnais : la collection des époques celtique et gallo-romaine en constitue un des aspects majeurs. En 2000, la donation Camille Aboussouan est venue enrichir le musée,d'une très belle dotation d’archéologie orientale (objets de l’Âge du bronze jusqu’à l’époque des Croisades, provenant du Liban et de Syrie.

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]