Musée de la Préfecture de Police

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée de la préfecture de Police
Salle au Musée de la préfecture de Police consacrée à Alphonse Bertillon, qui a inventé une méthode de mesure, caractérisation, classification et photo des Délinquants dans la seconde moitié du XIXe siècle
Salle au Musée de la préfecture de Police consacrée à Alphonse Bertillon, qui a inventé une méthode de mesure, caractérisation, classification et photo des Délinquants dans la seconde moitié du XIXe siècle
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 4, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève
5e arrondissement de Paris
Coordonnées 48° 51′ 00″ N 2° 20′ 53″ E / 48.849886, 2.348027 ()48° 51′ 00″ Nord 2° 20′ 53″ Est / 48.849886, 2.348027 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1909
Nombre d’œuvres 2 000 pièces
Superficie 520 m2
Informations visiteurs
Site web [1]

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Musée de la préfecture de Police

Le musée de la préfecture de Police, ou Collections historiques de la préfecture de Police[1], est un musée parisien situé 4, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève[2] dans le 5e arrondissement de Paris qui propose une histoire de la police, du XVIIe siècle jusqu'à nos jours[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce musée a été créé en 1909 à l'instigation du préfet Louis Lépine, à l'aide des pièces réunies pour l'exposition universelle de 1900[3]. Des dons et des acquisitions ont permis de compléter les collections au fur et à mesure.

Le musée est l'une des sections du département patrimonial du Service de la mémoire et des affaires culturelles (SMAC) de la préfecture de police. Les archives exposées proviennent de la section "archives définitives", chargée de la collecte et de la conservation des archives définitives au sein de la préfecture de police.

Déménagement envisagé[modifier | modifier le code]

Se trouvant trop à l'étroit dans ses actuels locaux, il est envisagé le déménagement des collections après 2017 sur l'île de la Cité, dans une partie du bâtiment actuellement occupé par l'état-major et les services communs de la Direction régionale de la police judiciaire au fameux 36, quai des Orfèvres[4].

Collections[modifier | modifier le code]

Du prévôt de Paris (1032) à la police municipale telle qu'on la connaît, le musée propose un parcours chronologique mettant en scène les différentes étapes et mutations de ce corps.

De nombreux documents historiques (registres d'écrou, lettres de cachet signées du roi, pièces à conviction...) rendent ce musée attrayant. On trouve ainsi, sur la période révolutionnaire, les ordres d'arrestation de Beaumarchais, Lavoisier, Joséphine de Beauharnais, Charlotte Corday, Danton et Madame Roland...

Quelques grandes affaires criminelles font l'objet de présentations : l'Affaire des poisons, l'Affaire du collier de la reine, l'Affaire du courrier de Lyon, le procès de Landru, les attentats anarchistes, les affaires Casque d'Or et Steinheil, l'affaire de la bande à Bonnot, l'affaire Petiot[5]...

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Le musée de la préfecture de Police est accessible par la ligne de métro (M)(10) à la station Maubert - Mutualité ainsi que par plusieurs lignes de bus RATP 24 47 63 86 87 OpenTour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Collections historiques de la préfecture de Police », sur www.culture.gouv.fr
  2. (fr) « Le musée de la préfecture de police », sur prefecturedepolice.interieur.gouv.fr
  3. a et b (fr) « Musée de la préfecture de Police », sur www.culture.gouv.fr
  4. Article sur le site du Ministère de l'Intérieur
  5. (fr) [PDF] « Plan de situation - Les sections du musée », sur prefecturedepolice.interieur.gouv.fr