Musée de Cambrai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée de Cambrai
Image illustrative de l'article Musée de Cambrai
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Cambrai
Adresse 15, rue de l'Épée, 59400 Cambrai, France
Coordonnées 50° 10′ 23″ N 3° 13′ 47″ E / 50.1731611, 3.2296833350° 10′ 23″ Nord 3° 13′ 47″ Est / 50.1731611, 3.22968333  
Informations générales
Date d’inauguration 1847
Superficie 4 300 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 30 000 [1] (2003)

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Musée de Cambrai

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée de Cambrai

Le Musée des beaux-arts de Cambrai s'installe en 1893 dans l'hôtel de Francqueville[2] datant de 1720 et il est restauré en 1994

Historique[modifier | modifier le code]

Le musée est créé en 1847 pour présenter au public les vestiges des saisies révolutionnaires faites dans la vieille ville épiscopale qu’est Cambrai. Le musée est installé dans l’ancien bureau de l’état-major de la Garde nationale situé dans l’Hôtel de Ville. Il s'enrichit dans les années suivantes d'achats, de dons et de dépôts de l'État. Par exemple, en 1863, le musée de Cambrai reçoit en dépôt quarante-trois pièces de céramiques grecques et étrusques de la collection Campana.

Entre 1860 et 1870, le musée s'ouvre à l'histoire régionale (archéologie et lapidaire). En 1865 les collections sont transférées dans la chapelle et le réfectoire des religieuses de l’ancien hôpital Saint-Julien. Les collections Beaux-arts s’enrichissent régulièrement. L’art contemporain officiel tient une place prépondérante.

L’accroissement considérable des collections détermine le transfert en 1893, dans l’un des plus beaux hôtels particuliers construits au XVIIIe siècle à Cambrai, l’hôtel de Francqueville, que l’industriel Auguste Legrand vient de léguer à la Ville.

Jean-Baptiste de Francqueville, seigneur de Bourlon, se fait bâtir entre avril 1719 et décembre 1720, un hôtel à la mode parisienne, entre cour et jardin, comme l’exige sa qualité de conseiller secrétaire du roi dans un territoire nouvellement conquis.

Lorsque le riche industriel Auguste Legrand lègue son hôtel particulier à la Ville de Cambrai pour y présenter les collections du Musée municipal, les pièces d’habitation sont appropriées à cette fonction. Le nouveau musée, aménagé par l’architecte Veret, est inauguré au printemps 1893. Le transfert du musée dans l’hôtel de Francqueville a déclenché de nouveaux dépôts de l’État et une série de dons. Le plus important est celui d’Ernest Delloye qui offre l’ancienne collection de Monseigneur Belmas qui lui avait été confiée (quelque deux cents objets : bronzes, objets d’art, porcelaines, bijoux, peintures…) et sa propre collection constituée d’un ensemble considérable de documents et objets concernant l’histoire de Cambrai.

Pendant la première Guerre Mondiale le bâtiment est partiellement endommagé et le musée perd une bonne partie de ses collections. En effet, en mars 1918, une bombe avait éventré le toit et les planchers du premier étage, lézardé les murs. Un grand nombre des œuvres restées sur place gisent dans les décombres, exposées aux intempéries. Une liste des œuvres perdues est dressée, et le bilan est lourd : cent soixante-treize peintures, huit sculptures et la presque totalité de la collection Belmas. En 1924, une partie du musée seulement peut être rouverte. La totalité du musée est rouverte le 14 mai 1933.

Le musée, qui avait enfin repris vie après tant d’années d’efforts, est complètement vidé dans un but de sauvegarde à la suite de la déclaration de la Seconde Guerre Mondiale. Le musée est rouvert en deux temps : la première en août 1946, la seconde un an plus tard.

Restauré et agrandi entre 1989 et 1994 par les architectes Jean-François Bodin et Thierry Germe, le Musée des Beaux-arts de Cambrai intègre depuis sa restauration une architecture résolument contemporaine.

Conservateurs[modifier | modifier le code]

Date de prise de fonction Date de départ Conservateur
2011 2014 Maël Bellec
2001 2010 Véronique Burnod
1987 2001 Françoise Magny
1964 1987 Michel Bouvy
1952 1962 Gérard Bayle
1934 1952 Ernest Gaillard
1927 1933 Georges Maroniez
1921 1928 Georges Leboyer
1919 1921 Jules Renaut
1898 1917 Emile Mussault
1892 1898 Edouard Gautier
1884 1892 Achille Durieux

Collections[modifier | modifier le code]

Marchands de gibiers et de légumes de Theodore Rombouts et Adriaen van Utrecht.

Le musée comporte trois départements :

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

  • Tête de la grande odalisque couchée, Ingres, huile sur toile (XIXe siècle)
  • Portrait en pied de la marquise d'Anforti, Carolus-Duran, huile sur toile (1873)
  • Madame Lévy, Suzanne Valadon, huile sur toile (1922)
  • Madame Jeanne Mathis, Kees van Dongen, huile sur toile (1968)

Sculpture[modifier | modifier le code]

  • Pierre de Francqueville, sculpteur d'Henri IV, Théophile Bra, buste en marbre blanc (1825)
  • Saint Jean-Baptiste prêchant ou l'homme du désert, Auguste Rodin, statue en plâtre (1879)
  • Victor Hugo, Auguste Rodin, buste en plâtre (1883)

Autres[modifier | modifier le code]

Le premier plan-relief de la ville de Cambrai, réalisé par les architectes militaires de Louis XIV sur demande de Vauban, fut emporté à Berlin par les Prussiens en 1870. Les bombardements alliés de la ville au cours de la Deuxième Guerre mondiale entraînèrent l'incendie du lieu où était disposée la maquette, qui brûla avec le bâtiment. En 1948, on retrouva le socle, troué par des débris. Des photographies prises avant la destruction et des plans anciens permirent de restituer le plan relief en 1994, dans le cadre de la restructuration du musée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. éditions La Voix du Nord Les Musées de France en Nord et Pas-de-calais - isbn 978-2-84393-132-1

Liens externes[modifier | modifier le code]