Musée d'histoire naturelle de Londres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Natural History Museum
Façade du musée
Façade du musée
Informations géographiques
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Londres
Adresse Cromwell Road
London SW7 5BD
Coordonnées 51° 29′ 45.54″ N 0° 10′ 34.94″ O / 51.4959833, -0.176372251° 29′ 45.54″ Nord 0° 10′ 34.94″ Ouest / 51.4959833, -0.1763722  
Informations générales
Date d’inauguration 1881
Collections Botanique, entomologique, minéralogique, paléontologique et zoologique
Informations visiteurs
Site web www.nhm.ac.uk

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Natural History Museum

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Natural History Museum

Le musée d’histoire naturelle de Londres (Natural History Museum) est l'un des trois grands musées installés le long de Exhibition Road, dans le quartier de Kensington à Londres (les deux autres sont le Science Museum et le Victoria and Albert Museum). Il accueille des collections de sciences de la vie et de la terre (environ 70 millions de spécimens). Rempli des trouvailles de l'empire colonial, il compte notamment les collections apportées par l'explorateur James Cook et le naturaliste Charles Darwin.

Description[modifier | modifier le code]

Le musée est notamment connu pour son hall d’entrée (Central Hall) que domine le squelette d’un diplodocus et pour l’exposition de squelettes de dinosaures. L'architecte a fait pour les parties intérieures et extérieures un grand usage de briques de terre cuite pour résister à l'atmosphère londonienne riche en suie de l’époque victorienne. Des bas-reliefs de plantes, d’animaux et de fossiles décorent ces briques.
L’axe central du musée est aligné avec la tour de Imperial College, le Royal Albert Hall et l’Albert Memorial plus au nord, qui font partie du complexe appelé « Albertopolis ».

Ce musée abrite cinq collections majeures dans les domaines suivants :

botanique ;
entomologie ;
minéralogie ;
paléontologie ;
zoologie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La collection a pour origine première un legs de Sir Hans Sloane (1660-1753), médecin naturaliste anglais.

Sa collection, qui comprenait notamment des milliers de plantes séchées et des squelettes (animaux et humains) fut d’abord accueillie dans la Montague House (en) du quartier de Bloomsbury en 1756. Elle faisait alors partie du British Museum, mais à la fin des années 1850, Sir Richard Owen (1804-1892), responsable du département d’histoire naturelle du British Museum a estimé que ce département avait besoin d’un bâtiment spécifique et plus grand.

Après acquisition d’un terrain, un concours d'architectes fut organisé en 1864 pour imaginer le nouveau musée. La compétition fut remportée par le capitaine Francis Fowke (en) (1823-1865) qui mourut peu de temps après. Le projet proposé par ce dernier fut alors repris par Alfred Waterhouse (en) (1830-1905) qui le modifia de manière importante et conçut les façades dans son style néoroman. La construction dura de 1873 à 1880.

Le nouveau musée ouvrit en 1881, mais le déménagement de l'ancien musée dura jusqu’en 1883.

Le musée est resté un département du British Museum jusqu’en 1963. Son nom était le British Museum (Natural History), souvent abrégé B.M.(N.H.) dans la littérature scientifique. En 1963, le musée devint indépendant avec son propre conseil d’administration. En 1986, il absorba le Geological Museum du British Geological Survey. Cependant, il faut attendre la loi de 1992 (Museums and Galleries Act) pour que le nom « musée d’histoire naturelle » (Natural History Museum) remplace British Museum (Natural History).

Muséographie[modifier | modifier le code]

En 1998, les salles de minéralogie issues du Geological Museum furent complètement réaménagées sous la forme d’une exposition multimédia appelée « Earth Galleries » alors que les autres départements étaient rebaptisés « Life Galleries ». Les salles de minéralogie issues du musée d’histoire naturelle restèrent inchangées comme témoins du XIXe siècle.

Le nouveau Darwin Centre (ainsi nommé en hommage à Charles Darwin) contient une collection de plusieurs millions de spécimens, des équipements interactifs et des espaces de travail réservés au personnel scientifique.

Pièces remarquables[modifier | modifier le code]

Pédagogie et vulgarisation scientifique[modifier | modifier le code]

Des conférences et des démonstrations sont organisées tous les jours et parfois diffusées sur Internet.

Cet espace partagé est conçu pour rapprocher les visiteurs des scientifiques au travail.

  • La première phase du projet Darwin Centre est achevée et accueille les collections d’organismes conservés dans l’alcool du département de zoologie ;
  • La deuxième phase permettra d’accueillir également les collections entomologiques et botaniques.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]