Musée d'art moderne et contemporain (Strasbourg)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée d'Art moderne et contemporain.
Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg
Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, côté Petite France
Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, côté Petite France
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Strasbourg
Adresse Place Jean-Arp
Coordonnées 48° 34′ 46″ N 7° 44′ 10″ E / 48.5794, 7.7361 ()48° 34′ 46″ Nord 7° 44′ 10″ Est / 48.5794, 7.7361 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1998
Collections art moderne et art contemporain
Nombre d’œuvres environ 25 000
Superficie environ 13 000 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an environ 150 000
Site web Page du musée d'art moderne et contemporain sur le site des musées de Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

(Voir situation sur carte : Strasbourg)
Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg

Le musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS) a été inauguré par Catherine Trautmann, alors ministre de la Culture et ancien maire de Strasbourg, en décembre 1998. Il est construit, par l'architecte Adrien Fainsilber, sur la rive gauche de l'Ill, face au siège du conseil général du Bas-Rhin et à proximité du barrage Vauban et du quartier pittoresque de la Petite France. La place Jean-Arp, sur laquelle s'ouvre le musée, accueille également sur sa partie nord l'École nationale d'administration, installée dans un ancien couvent devenu la prison des femmes de Strasbourg Sainte-Marguerite.

Depuis mars 2008, Estelle Pietrzyk, ancienne chargée de mission au musée Picasso, au cabinet des dessins du musée Rodin et à la création du musée Soulages à Rodez, assure la fonction de conservatrice responsable du musée.

L'architecture du bâtiment[modifier | modifier le code]

Le musée a été conçu par l'architecte parisien Adrien Fainsilber, sélectionné à l'issue d'un concours. Le bâtiment s'articule autour d'une grande nef vitrée, véritable rue intérieure, qui s'ouvre de part et d'autre sur les divers secteurs d'activité du musée et sur les salles d'expositions permanentes et temporaires. Cette nef vitrée offre aux visiteurs une fenêtre ouverte sur la vieille ville.

La conception massive du bâtiment est cependant critiquée pour le fait que celui-ci ne communique avec son environnement que sur 180 degrés. Il n'offre en effet qu'une façade fermée sur son flanc est, où se situe le quartier populaire de la gare, ce qui contraste avec l'ouverture vers la vieille ville.

Cette situation est la résultante d'une modification du programme initial, qui prévoyait la disposition des locaux techniques et des machineries en sous-sol. La volonté de créer à la place un stationnement souterrain a nécessité une adaptation du projet, qui s'est conclue par une disposition de ces locaux techniques du côté est du bâtiment, entraînant ainsi son occlusion.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Au sommet de la façade, côté Petite-France, on peut voir la suite de Fibonacci en néons bleus.

Collections[modifier | modifier le code]

Le musée, qui a bénéficié de généreux dépôts de particuliers et d'institutions (musée d'Orsay, musée national d'art moderne, Centre de création industrielle, et Fonds national d'art contemporain), est le seul grand musée français à proposer un parcours couvrant la période de 1870 à nos jours. Ceci permet d'accompagner le visiteur de ce qui lui est familier (le fauvisme, l'impressionnisme) jusqu'à la création contemporaine dans un cheminement qui se veut pédagogique. Le musée abrite une importante collection d'œuvres de Jean Arp et de Victor Brauner, ainsi que le chef-d'œuvre du peintre Gustave Doré : Le Christ quittant le prétoire, (1867-1872).

  • Collections moderne et contemporaine (peintures, sculptures, design, installations) : 6 000 œuvres ;
  • Cabinet d'art graphique : 15 000 dessins et estampes ;
  • Collection photographique : 4 000 œuvres.

Au sein de la collection de peintures sont exposées des œuvres de peintres tels que Claude Monet, Alfred Sisley, Camille Pissarro, Pierre-Auguste Renoir, Eugène Carrière, Odilon Redon, Paul Gauguin, Charles Filiger, Paul Signac, Félix Valloton, Edward Burne-Jones, Dante Gabriel Rossetti, Max Liebermann, Raoul Dufy, Albert Marquet, Maurice Vlaminck, Emile Othon Friesz, Georges Braque, Juan Gris, Pablo Picasso, Robert Delaunay, Marc Chagall, Maurice Utrillo, Nathalie Gontcharova, Edouard Vuillard, Pierre Bonnard, Theo van Doesburg, André Masson, Max Ernst, Joan Miró, René Magritte, Wassily Kandinsky, Sophie Taeuber-Arp, Alberto Magnelli, Hans Hartung, Wolf Vostell et Georg Baselitz, Henry Ganier.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pour ce qui est de la collection de dessins du cabinet d'art graphique (regroupant dessins, aquarelles, gouaches, pastels et collages) on retrouve notamment des pièces de Gustave Doré, Otto Dix, Paul Klee ou encore Kurt Schwitters.

Depuis mars 2008, une base de données de 4 200 œuvres représentatives de trois départements du musée : art plastique, art graphique et photographie, a été mise en ligne en libre consultation [1].

La bibliothèque des musées de Strasbourg[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Expositions[modifier | modifier le code]

Il y a neuf expositions par an, consacrées soit à de grands thèmes ou courants (l'hyperréalisme américain, l'art cinétique...), soit à des artistes individuels (Asger Jorn, Georges Rouault...).

Particularité[modifier | modifier le code]

Le parvis du MAMCS, appelé place Jean-Arp, constitue depuis sa construction le plus important spot (lieu) de Strasbourg où se pratiquent les sports urbains de glisse : roller et principalement skateboard. Cette pratique est acceptée par la direction du musée et donne à la place Jean-Arp une identité ancrée dans la culture urbaine strasbourgeoise.

Accès[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :