Musée archéologique de Lamta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée archéologique de Lamta
Porche d'entrée du musée
Porche d'entrée du musée
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Monastir
Ville Lamta
Coordonnées 35° 40′ 37″ N 10° 52′ 38″ E / 35.677083, 10.87713135° 40′ 37″ Nord 10° 52′ 38″ Est / 35.677083, 10.877131  
Informations générales
Date d’inauguration Novembre 1992

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

(Voir situation sur carte : Tunisie (administrative))
Musée archéologique de Lamta

Le musée archéologique de Lamta (المتحف الأثري بلمطة) est un musée tunisien situé dans la ville de Lamta.

Il abrite principalement des pièces archéologiques relatives à l'histoire punique et romaine de la ville, notamment plusieurs mosaïques, du mobilier funéraire, des poteries et plusieurs sculptures en marbre.

Construit au bord de la mer, au nord-ouest de Lamta et au nord-est du site de Leptiminus, il est ouvert en novembre 1992[1],[2]. Outre le musée, un jardin accueille une partie des restes d'un ensemble thermal romain, dont un caldarium, et des sculptures[2].

Il est divisé en trois salles ouvertes sur un jardin intérieur : l'une est consacrée aux nécropoles puniques avec notamment un sarcophage en bois du IIIe siècle av. J.-C., des poteries et de la céramique ; l'autre à l'époque romaine avec des inscriptions, une statue de l'empereur romain Trajan, un sarcophage chrétien et son couvercle en marbre sculpté figurant le Christ entouré par les apôtres Paul et Pierre et datant de l'époque byzantine, ainsi que des mosaïques dont l'une montre Vénus sortie des eaux et une autre les saisons ; ces mosaïques constituent un témoin remarquable de la somptuosité des demeures de la ville à l'époque romaine[3]. Une dernière salle, ouverte en mai 1994 en coopération avec l'Université du Michigan, présente différents aspects de l'archéologie[2]. Des mosaïques romaines d'Uzita, des stèles votives, des amphores et des mosaïques chrétiennes sont également présentées[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Caroline Gaultier-Kurhan, Le patrimoine culturel africain, éd. Maisonneuve et Larose, Paris, 2001, p. 160
  2. a, b, c et d (fr) Présentation du musée archéologique de Lamta (Institut national du patrimoine)
  3. Caroline Gaultier-Kurhan, op. cit., p. 161

Lien externe[modifier | modifier le code]