Musée Rodin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Musée Rodin de Meudon)
Aller à : navigation, rechercher
Musée Rodin
Le musée Rodin à Paris, côté jardin.
Le musée Rodin à Paris, côté jardin.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse Hôtel Biron, 79 rue de Varenne 75007 Paris

et Villa des Brillants, 19 avenue Auguste Rodin 92190 Meudon

Coordonnées 48° 51′ 19″ N 2° 18′ 57″ E / 48.85528, 2.3158348° 51′ 19″ Nord 2° 18′ 57″ Est / 48.85528, 2.31583  
Informations générales
Date d’inauguration 1919
Collections Entièrement dédié à l'œuvre d'Auguste Rodin et de Camille Claudel
Nombre d’œuvres plus de 6 600 sculptures, 8 000 dessins, 8 000 photographies anciennes et 7 000 objets d'art sur l'ensemble des deux sites
Superficie 45 900 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 700 000
Site web www.musee-rodin.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée Rodin

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Musée Rodin

Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Musée Rodin

Le musée Rodin est un musée assurant depuis 1919 la conservation et la diffusion de l’œuvre d’Auguste Rodin (1840-1917). À travers ses deux sites, l'hôtel Biron de la rue de Varenne dans le 7e arrondissement à Paris et la villa des Brillants à Meudon (Hauts-de-Seine), l’établissement conserve une collection composée de 6 600 sculptures, 8 000 dessins, 8 000 photographies anciennes et 7 000 objets d’art. Avec 700 000 visiteurs par an, le musée Rodin compte parmi les musées français les plus importants.

Il a le statut d'établissement public à caractère administratif depuis 1993[1],[2].

Les collections[modifier | modifier le code]

Le musée conserve des collections d’une grande diversité car Rodin était un artiste collectionneur ; il présente principalement des sculptures, car les dessins, peintures et photographies anciennes ne peuvent être exposés de façon permanente pour des raisons de conservation.

Rodin sculpteur[modifier | modifier le code]

Le Penseur dans le jardin du musée.

Les sculptures de Rodin sont celles d’un artiste qui choisit de rompre avec les usages de son temps. Parmi ses œuvres de jeunesse, L’Homme au nez cassé apparaît ainsi en décalage par rapport aux standards de l’époque, tandis que l’Age d’Airain renie les artifices traditionnellement utilisés pour privilégier l’expressivité du corps. Cette absence d’artifices, comme la nudité observée chez Le Penseur ou Adam et Ève, a également pour but de garantir l’intemporalité des œuvres de Rodin.
L’artiste se distingue aussi par le caractère monumental de ses créations. Balzac, Les Bourgeois de Calais ou Le Penseur impressionnent par leur puissance celui qui les observe. L’exemple le plus marquant est probablement la Porte de l’Enfer, jamais achevée par l’artiste et surchargée d’éléments parmi lesquels figurent les sujets majeurs de l’œuvre de Rodin (Ugolin, Le Baiser, Le Penseur, Les Trois Ombres).

Rodin peintre et dessinateur[modifier | modifier le code]

La production graphique de Rodin concerne près de 8 000 créations rattachée à plusieurs périodes : dessins d’observation (paysages de Belgique et d’Italie, puis architecture), représentations imaginaires inspirées par Dante ou Baudelaire, nombreux nus parfois érotiques, ou encore portraits.

Rodin et la photographie[modifier | modifier le code]

Les quelques 8 000 photographies anciennes conservées au musée (mais rarement exposées pour des raisons de conservation) sont le fruit du grand intérêt porté par Rodin à la photographie qui gagne de l’importance à cette époque.

Le sculpteur collabore avec de nombreux photographes, tels que Eugène Druet, Jacques-Ernest Bulloz, Adolphe Braun, dont certains, comme Edward Steichen, Stephen Haweis, Henry Coles ou Jean-François Limet, appartiennent au courant pictorialiste. Ces derniers dépassent la simple reproduction photographique des œuvres de Rodin pour faire de leurs clichés des œuvres artistiques à part entière.

Rodin collectionneur[modifier | modifier le code]

Pendant les vingt dernières années de sa vie, Rodin constitue une collection hétéroclite, accumulant avec frénésie les objets du passé. Passionné par l’Antique, il glane des pièces venant d’Égypte, de Grèce, de Rome ou du Moyen-Orient, qui envahissent peu à peu ses lieux de vie et de travail.

Rodin aime aussi la peinture et acquiert au cours de sa vie des œuvres de grands maîtres; dont Le Père Tanguy, de Vincent van Gogh (après la mort de celui-ci), et Femme nue, d'Auguste Renoir. Il échange ses œuvres avec celles d'artistes comme Jean-Paul Laurens, Alexandre Falguière, Jules Dalou, Eugène Carrière, Alphonse Legros, Claude Monet, Charles Cottet, Fritz Thaulow, Ignacio Zuloaga, Edvard Munch, John Singer Sargent, ou Jacques-Émile Blanche. Ces œuvres sont visibles au musée.

Camille Claudel (1864-1943)[modifier | modifier le code]

Camille Claudel a occupé une place importante dans la vie de Rodin, au point de vue artistique comme sentimental. Rodin lui a transmis son savoir, avant de s’en inspirer comme modèle pour plusieurs de ses œuvres (Fugit amor, La Danaïde).

Le talent de la jeune femme est tel qu’elle devient une véritable collaboratrice du maître, travaillant avec lui à la réalisation de certaines de ses créations les plus fameuses, comme la Porte de l’Enfer.
C’est donc en toute logique qu’une salle Camille Claudel est créée à l’hôtel Biron en 1952. Elle reçoit alors plusieurs donations de Paul Claudel, le frère de l’artiste, en particulier l’Âge mûr, Clotho, et Vertumne et Pomone.

Les expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • La sculpture dans l’espace, Rodin, Brancusi, Giacometti (novembre 2005-février 2006) : 82 000 visiteurs
  • Rodin et les danseuses cambodgiennes, sa dernière passion (juin 2006-septembre 2006) : 91 000 visiteurs
  • Rodin, les figures d’Eros (novembre 2006-mars 2007) : 84 000 visiteurs
  • Camille Claudel, une femme, une artiste (avril 2008-juillet 2008) : 150 000 visiteurs
  • La Passion à l’œuvre, Rodin et Freud, collectionneurs (octobre 2008-février 2009)
    Auguste Rodin, le sculpteur, et Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, partagent une passion commune pour la collection des antiques. Rodin, à sa mort en 1917, laisse plus de 6 000 antiques, tandis que Freud n’en possède pas moins de 3 000 lorsqu’il s’éteint en 1939. L’exposition présente une sélection d’environ 140 antiques, ainsi que de nombreux documents écrits et photographiques qui viennent éclairer ces collections.
  • Corps et décors. Rodin et les arts décoratifs (avril 2010-août 2010)
  • Rodin, la chair, le marbre (juin 2012-septembre 2013)

Expositions d'art contemporain[modifier | modifier le code]

Le musée Rodin s’ouvre depuis plusieurs années à l’art contemporain, réactivant ainsi une démarche entreprise dès 1949 (le musée accueillit cette année-là le premier Salon de la jeune sculpture). Après avoir invité Anthony Caro et Eugène Dodeigne dans la Cour d’Honneur du musée, Michel Verjux, Bill Viola, Adel Abdessemed et Mircea Cantor pour les précédentes éditions de la « Nuit des musées », le musée Rodin a accueilli à l’automne 2008 l’artiste Étienne Bossut, qui a investi les lieux en écho à l’exposition La Passion à l’œuvre, Rodin et Freud collectionneurs.

En 2010, une sélection d'œuvres du plasticien belge Wim Delvoye y sont exposées, ainsi qu'un cycle (en partenariat avec le Centre Pompidou) de vidéo-performances d'artistes mettant en scène leur propre corps, parmi lesquels Vito Acconci, Sanja Ivekovic, Marina Abramovic ou encore Mona Hatoum.

La fin de l'année voit l'exposition Henry Moore, avec une scénographie sur son atelier : sculptures et dessins, du 15 octobre 2010 au 27 février 2011.

Les deux sites du musée[modifier | modifier le code]

L'hôtel Biron, à Paris[modifier | modifier le code]

Situé à l’angle de la rue de Varenne et du boulevard des Invalides, dans le 7e arrondissement de Paris, l’hôtel Biron a connu plusieurs propriétaires depuis l’achèvement de sa construction en 1730 pour Abraham Peyrenc de Moras, seigneur de Saint-Étienne.

La duchesse du Maine, belle fille de Louis XIV, le maréchal de Biron, qui donna son nom à la demeure, la Légation Pontificale, l’Ambassade de Russie, ou encore la Société du Sacré-Cœur de Jésus, congrégation religieuse fondée par Madeleine-Sophie Barat jusqu’en 1905, date de la séparation de l'Église et de l'État, qui fit démonter nombre de ses boiseries Louis XV, laissant l’hôtel dans un état alarmant.

On autorise alors plusieurs artistes à y établir leurs ateliers ; c’est ainsi que Rodin, Jean Cocteau, ou encore Henri Matisse font leur entrée à l’ex-hôtel Biron.

En 1911 l’État achète le domaine tandis que Rodin décide de lui céder ses collections à la condition qu’un musée soit consacré à son œuvre, au sein de l’hôtel ; le projet aboutit en 1919, mais Rodin, mort deux ans auparavant, ne pourra assister à l’ouverture du musée.

C'est l'architecte du Gouvernement et de la Ville de Paris Henri Eustache, second grand prix de Rome en 1891, qui effectuera les travaux dans l'ancien hôtel devenu couvent afin de le transformer en musée (il existe un portrait photographique dans la notice nécrologique dans L'Illustration du 15/04/1922).

L’hôtel est entouré d’un domaine exceptionnel, en plein cœur de Paris. L’ancienne chapelle XIXe siècle, construite du temps de la congrégation religieuse et restaurée en 2005, accueille une salle d’exposition entièrement rénovée, un nouvel auditorium, ainsi que la billetterie et l’administration du musée.

Le jardin, s’étend sur trois hectares boisés - surface du parc de l'Hôtel Matignon, réputé le plus vaste espace vert privé de Paris - et agrémentés d’un bassin et d’une cafétéria. Les visiteurs s’y promènent au fil des sculptures monumentales de Rodin qui y sont disposées.

Ce site est desservi par la station de métro Varenne.

La Villa des Brillants, à Meudon[modifier | modifier le code]

Si le site de l’hôtel Biron met en exergue l’œuvre de l’artiste, la visite de Meudon offre un regard beaucoup plus personnel sur le personnage d’Auguste Rodin, dont la tombe est située sur le site.

Il s’agit tout d’abord de la demeure habitée par Rodin et Rose Beuret à partir de 1893, avec ses meubles et les photographies de ses occupants ; on pénètre ainsi dans la vie quotidienne de l’artiste.

En contrebas de cette demeure bourgeoise dont le jardin descend vers la vallée de la Seine, se trouve un bâtiment atypique, le Pavillon de l’Alma : Rodin y avait exposé ses œuvres à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, et l’avait acquis pour le faire reconstruire à Meudon. D’abord atelier-musée jouxtant la maison, il fut ensuite déplacé un peu plus bas, derrière la façade récupérée du château d'Issy, incendié en 1871.

Ce pavillon a été remplacé en 1930 par un vaste bâtiment d'exposition en béton. La façade du château d'Issy a été conservée, servant de décor au Penseur qui surplombe la tombe de l'artiste et de son épouse.

C’est à cet endroit, où Rodin sculptait, que sont aujourd’hui disposées les œuvres montrées au public. On y voit de nombreux originaux en plâtre, à partir desquels ont été fondus ses bronzes les plus célèbres : ceux du Baiser, du Monument à Victor Hugo, de Balzac, des Bourgeois de Calais ou encore de la Porte de l’Enfer sont ainsi conservés à Meudon. C’est donc à Meudon que le visiteur se rapproche le plus de l’état original de l’œuvre de Rodin. Le domaine de la villa des Brillants était un lieu de création important, animé par une cinquantaine de praticiens dont les différents ateliers étaient installés sur des parcelles achetées par Rodin.

Rayonnement du musée[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Le musée Rodin accueille aujourd’hui autour de 700 000 visiteurs par an. Les touristes étrangers représentent la majorité du public. Il s’agit de l’un des musées les plus fréquentés de France (en 8e position en 2007)[3].

Rayonnement international[modifier | modifier le code]

La renommée mondiale de l’œuvre de Rodin pousse le musée à maintenir une politique internationale active.

Participation à l'étranger

Collaboration avec d’autres établissements dédiés à Auguste Rodin

  • Le musée Rodin de Séoul, Corée (depuis 1999) : une trentaine de bronze, dont une Porte de l’enfer.
  • Le musée Rodin de Bahia, Brésil (depuis 2010), dont les collections seront constituées par des dépôts d’œuvres accordés par les musées de France
  • Le musée Rodin de Philadelphie, qui doit tout au collectionneur Jules Matsbaum (1872-1926) qui meurt trois ans avant l’ouverture de l’établissement en 1929.

Sculptures renommées[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Films tournés au musée Rodin[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Jamet (dir.), Jean Fosseyeux (dir.) et Christian Pattyn (dir.), Les établissements publics sous tutelle du ministère de la Culture : Histoire administrative, Comité d'histoire du ministère de la Culture et La Documentation française, coll. « Travaux et documents » (no 18), Paris, 2004, 346 p. (ISBN 2-11-094279-7), « Historique des établissements publics », p. 46.
  2. Décret no 93-163 du 2 février 1993 relatif au musée Rodin, JORF no 31 du 6 février 1993, p. 2023–2025, NOR MENB9200456D.
  3. Muséostat 2007

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Coquiot, Rodin à l’hôtel Biron et à Meudon, Ollendorff, Paris, 1917.
  • Judith Cladel, Rodin, sa vie glorieuse et inconnue, Grasset, Paris, 1936.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :