Musée Jean-Jacques-Rousseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Jean-Jacques Rousseau
Entrée du musée.
Entrée du musée.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Montmorency
Adresse 5 rue Jean-Jacques Rousseau
95160 Montmorency
Coordonnées 48° 59′ 13″ N 2° 19′ 17″ E / 48.98694, 2.32139 ()48° 59′ 13″ Nord 2° 19′ 17″ Est / 48.98694, 2.32139 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1898
1952 pour le site actuel
Collections Vie et œuvre de Jean-Jacques Rousseau
bibliothèque d'études rousseauistes
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 1 879 (2003)
3 111 (2004)
2 779 (2005)
2 085 (2006)
2 738 (2007)[1]
Site web Site municipal

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée Jean-Jacques Rousseau

Le musée Jean-Jacques Rousseau est situé à Montmorency, dans le département du Val-d'Oise en France. Il est installé dans la petite maison du Mont-Louis où Jean-Jacques Rousseau séjourna de 1756 à 1762.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Jean-Jacques Rousseau.

Jean-Jacques Rousseau fuit Paris, « ville de bruit, de fumée et de boue », afin de trouver un lieu plus proche de la nature. Grâce à Mme d’Épinay, il s’installe le 9 avril 1756 à l’Ermitage de Montmorency, puis se brouillant avec son hôtesse, doit emménager ailleurs : Jacques-Joseph Mathas, procureur fiscal lui suggère dans la même localité sa propriété du Mont-Louis, petite maison rurale en assez mauvais état mais au loyer modeste. Rousseau et Marie-Thérèse Le Vasseur s'y installent le 15 décembre 1757. Il trouve dans son jardin un lieu propice pour développer son « système » philosophique, notamment dans son « donjon[2] », gloriette au fond du jardin dont il fait son cabinet de travail pour écrire à l'abri des regards indiscrets des deux occupants de la « Maison des Commères ».

Un acte notarié dressé sur demande de Rousseau, le mobilier ayant appartenu à Mme d’Épinay à l’Ermitage, ainsi que des documents iconographiques et les témoignages de l’époque ont permis que soit restitué avec fidélité et « sensibilité » le cadre de vie de l’écrivain.

Les façades et toitures de la maison de Jean-Jacques-Rousseau et de son cabinet de travail dit le Donjon, ainsi que les façades et toitures de la maison dite Maison des commères ainsi que le jardin sont classés monuments historiques par arrêté du 21 décembre 1984[3].

En 2011, le musée dispose du label Musée de France. Il est également membre de la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires, et de la Route des maisons d'écrivains.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Le musée est constitué de la maison de Jean-Jacques-Rousseau, le Mont-Louis, et de la Maison des Commères liée à la vie du philosophe à Montmorency. Au fond du jardin, le « donjon », petit pavillon mansardé, était le cabinet de travail de l'écrivain. C'est là qu'il écrivit Julie ou la Nouvelle Héloïse, la Lettre à d'Alembert sur les spectacles de l'Encyclopédie, Émile, ou De l'éducation et le Du contrat social. Une extension de la maison datant du XIXe siècle abrite régulièrement des expositions temporaires, sur la vie et l’œuvre de Rousseau ainsi que sur le XVIIIe siècle en général et l’histoire locale. La Maison des Commères abrite quant à elle une bibliothèque de consultation et de recherche ouverte à tous ainsi que les activités éducatives du musée.

Administration[modifier | modifier le code]

La nouvelle directrice du musée est Chantal Mustel. Elle remplace depuis novembre 2010 Robert Thiéry, conservateur au musée pendant trente-trois ans. En 2011, sept personnes travaillent au musée[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Veille Info Tourisme, p. 122
  2. Photo du donjon
  3. « Notice no PA00080131 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. Le Parisien - Les adieux du conservateur au musée Rousseau, article du 4 février 2011