Musée Gustave-Moreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Musée Gustave Moreau)
Aller à : navigation, rechercher
Musée Gustave-Moreau
Façade du musée Gustave-Moreau
Façade du musée Gustave-Moreau
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 14, rue de La Rochefoucauld
75009 Paris
Coordonnées 48° 52′ 41″ N 2° 20′ 04″ E / 48.8779599, 2.3343623 ()48° 52′ 41″ Nord 2° 20′ 04″ Est / 48.8779599, 2.3343623 ()  
Informations générales
Date d’inauguration
Collections Peinture, dessins, sculptures
Nombre d’œuvres 14 000
Informations visiteurs
Site web www.musee-moreau.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée Gustave-Moreau

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Musée Gustave-Moreau

Le musée Gustave-Moreau est un musée national situé 14, rue de La Rochefoucauld à Paris, dans l’ancien atelier du peintre symboliste Gustave Moreau, légué par l'artiste à l’État français en 1897 pour qu’y soit conservée et présentée son œuvre. Le musée conserve un total d'environ 20 000 œuvres. L’essentiel de son fonds d'atelier y est exposé, soit près de 850 de ses peintures ou cartons, 350 de ses aquarelles, plus de 13 000 dessins et calques, 15 sculptures en cire ainsi que quelques œuvres d’autres artistes : un Portrait de Gustave Moreau par Edgar Degas, un autre par Gustave Ricard, un Portrait de Pauline Moreau - la mère du peintre - par Jules-Elie Delaunay, une Nature morte du peintre flamand Jan Fyt).

Après restauration à l'identique, l'appartement du peintre a été ouvert au public en 1991, et son cabinet de réception, restauré en 2003 est également visitable.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est dans l’hôtel particulier du 14, rue de La Rochefoucauld que le maître de Gustave Moreau, François-Édouard Picot, avait installé son atelier. Les parents de Gustave Moreau, l’achetèrent au nom de leur fils, en 1852. L'hôtel fut agrandi en 1896 et surélevé d’un étage. C’est là que Gustave Moreau vécut et travailla jusqu'à sa mort. En 1897, il décida de léguer à la fois l’immeuble et ce qu’il contenait, peintures, dessins, cartons, à la condition expresse comme il l’écrit dans son testament, « de garder pour toujours (...) ou au moins pour aussi longtemps que possible, cette collection, en lui conservant ce caractère d’ensemble qui permette toujours de constater la somme de travail et d’efforts de l’artiste pendant sa vie[1]. »

Gustave Moreau mourut le 18 avril 1898. L’État accepta le legs en 1902. Le musée ouvrit ses portes au public le 14 janvier 1903. Georges Rouault en fut le premier conservateur jusqu’à sa démission en 1922. Le peintre George Desvallières prend sa suite à partir de 1930[2]. Le musée est dirigé depuis 2002 par Marie-Cécile Forest. Le nombre de ses visiteurs est un peu supérieur à 30 000 par an[3].

Description[modifier | modifier le code]

Intérieur du musée Gustave-Moreau

L'immeuble comprend un appartement au premier étage, comprenant une salle à manger, une chambre, un boudoir et un couloir, ainsi qu'un bureau-bibliothèque. Le second étage comporte une grande salle-atelier et le troisième étage deux petites salles. La collection compte près de 1 200 peintures (essentiellement esquisses ou inachevées) ou aquarelles et près de 5 000 dessins (7 800 en réserve)[2].

Parmi les œuvres exposées, on note son Jupiter et Sémélé (1895), les Chimères (1884), le Retour des argonautes (1891-1897)

Accès[modifier | modifier le code]

(M) Ce site est desservi par les stations de métro Trinité - d'Estienne d'Orves et Saint-Georges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Francis Haskell, dans Le peintre et le musée, essai publié dans De l'art et du goût, Gallimard, 1987.
  2. a et b D'Alincourt N, Le musée Gustave-Moreau, une maison atelier, Dossier de l'art n°183, mars 2011, p82-87
  3. site de l'Assemblée nationale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Rochette, Maisons d'écrivains et d'artistes. Paris et ses alentours, p. 32-35, Parigramme, Paris, 2004 (ISBN 2-84096-227-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :