Mund (droit)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mund.

Dans le droit des peuples germaniques de l'Antiquité et du haut Moyen Âge, le mund (latinisé en mundium ou mundeburdium, qui donne mainbour en Français) est la puissance de protection que certains individus exercent sur d'autres : un roi sur son peuple, un puissant sur un faible, un père sur son enfant, un mari sur sa femme. D'origine païenne, c'est à la fois un droit et un devoir[1].

Il ne faut pas le confondre avec le ban (bannus, i), le pouvoir d'ordonner et de contraindre, ni avec le heil, la force divine qui habite le chef[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Balard, Genet et Rouche, Le Moyen Âge en Occident, Paris, Hachette, 2003, pp. 32 et 42.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Droit des royaumes barbares