Mulholland Drive (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mulholland.

Mulholland Drive

Réalisation David Lynch
Scénario David Lynch
Acteurs principaux
Sociétés de production StudioCanal
Les Films Alain Sarde
Asymmetrical Productions
Babbo Inc.
The Picture Factory
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 2001
Durée 146 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mulholland Drive est un film à énigme américano-français écrit et réalisé par David Lynch et sorti en 2001. Il raconte l'histoire d'une aspirante actrice appelée Betty Elms (Naomi Watts) fraichement arrivée à Los Angeles, en Californie ; elle rencontre et se lie d'amitié avec une femme amnésique (Laura Harring) qui reste cloitrée dans un appartement appartenant à la tante de Betty. Le récit propose d'autres éléments apparemment dépourvus de liens mais qui finissent par se connecter de diverses manières ; des scènes et images surréalistes se rapportent également à la narration mystérieuse.

Le film, à l'origine destiné à être un pilote de série télévisée, est en grande partie tourné en 1999 : Lynch ayant alors la volonté de laisser la fin ouverte dans l'éventualité d'une série. Cependant, après le visionnage de la version, les responsables de l'audiovisuel le rejettent. Lynch se décide à doter le projet d'une fin le transformant ainsi en long métrage. Le résultat, hybride entre pilote et long métrage couplé au style si particulier de Lynch, a laissé le sens général des événements dépeints dans l’œuvre sujet à interprétation. Le public, les critiques et même l'équipe de tournage en sont réduits à spéculer sur le sens émanant du film après le refus du réalisateur de fournir une explication de ses intentions quant au récit. En effet, Lynch préfère définir son œuvre de la façon suivante : « A love story in the city of dreams »[N 1].

Classé dans le genre des thrillers psychologiques, Mulholland Drive est salué par de nombreux critiques et offre à son réalisateur le prix de la mise en scène au festival de Cannes 2001 ; Lynch est également nommé pour l'Oscar du meilleur réalisateur lors de la cérémonie de l'année suivante. Ce film propulse les carrières de Naomi Watts et de Laura Harring alors qu'il marque la fin de celle d'Ann Miller, l'actrice y interprétant son dernier rôle. Mulholland Drive est régulièrement compris parmi les meilleurs films de David Lynch aux côtés d'Eraserhead (sorti en 1977) et de Blue Velvet (1986). En 2014, la revue britannique Sight & Sound réalise un sondage au cours duquel 40 critiques citent Mulholland Drive parmi les plus grands films de l'histoire du cinéma. En France, les Cahiers du cinéma l'élisent meilleur film de la décennie. Le critique du New York Times A. O. Scott qualifie l’œuvre de « libération enivrante des sens, avec des instants d'autant plus puissants qu'ils semblent émerger de la nuit obscure du monde de l'inconscient. »[1],[N 2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le centre de Los Angeles vu depuis Mulholland Drive.

Avant même l'apparition du générique, le film débute par une scène onirique représentant des danseurs de jitterbug ; une femme (Naomi Watts), d'abord entourée d'un couple âgé, s'avance pour recevoir les applaudissements ; un lit et son occupant endormi sont montrés. Victime d’un accident de voiture, une mystérieuse femme aux cheveux noirs (Laura Harring), amnésique et blessée, erre sur la sinueuse route de Mulholland Drive : elle se dirige vers Los Angeles. Les enquêteurs chargés de mener les recherches sur l'accident indiquent qu'ils suspectent qu'une femme se soit dirigée jusqu'à la ville. À l'aube, cette femme se glisse dans l'appartement qu'une femme rousse et plus âgée s'apprêtait à quitter. Dans un restaurant du nom de Winkies, un homme raconte à son ami le cauchemar qu'il a eu dans lequel il y avait un horrible personnage derrière le bâtiment. Quand ils examinent les lieux, le personnage apparaît et l'homme ayant fait le cauchemar s'évanouit d'effroi. Alors que la femme aux cheveux noirs dort, plusieurs appels téléphoniques énigmatiques concernant sa localisation sont effectués.

Betty Elms (Watts) débarque à l'aéroport de Los Angeles : cette jeune femme souhaitant devenir actrice est accompagnée par deux compagnons de voyage recontrés fortuitement ; ce trio est celui aperçu à la fin de la séquence d'ouverture. Le couple de personnes âgées quitte le lieu dans une limousine aux vitres teintées, l'homme et la femme regardent droit devant eux et sourient sinistrement. Betty fait son arrivée à l’appartement de sa tante, c'est celui dans lequel la femme aux cheveux noirs s'est réfugiée ; la découvrant, Betty suppose qu'elle s'y est installée avec l'accord de sa tante. Betty lui explique comme elle est heureuse de se retrouver « dans un vrai palais ». L'autre femme est confuse et, ne se souvenant plus de son véritable nom, choisit celui de « Rita » quand elle voit une affiche du film Gilda, dans lequel joue Rita Hayworth. Plus tard, un tueur à gages incompétent (Mark Pellegrino) s'empare d'un carnet rempli de numéros de téléphone dans un bureau non déterminé et laisse trois victimes derrière lui.

Des hommes s'apparentant à des gangsters s'approprient le film d'un réalisateur hollywoodien du nom d'Adam Kesher (Justin Theroux) : ils insistent pour qu'Adam embauche une actrice inconnue appelée Camilla Rhodes (Melissa George) pour interpréter le rôle-titre du film. Le réalisateur refuse et , après avoir quitté la salle de réunion, fracasse le véhicule des gangsters avec un club de golf puis s'enfuit. Alors qu'il est au volant, il reçoit un appel de sa secrétaire qui l'informe que Ray, son directeur de production, a licencié toute son équipe. Elle le supplie de se rendre au bureau pour régler la situation mais Adam préfère finalement rentrer chez lui. Une fois arrivé, il découvre que sa femme entretient une liaison avec un certain Gene (Billy Ray Cyrus). Sous le coup de la colère, il s'empare d'un pot de peinture rose et le verse sur les bijoux de sa femme ; il la plaque au mur après qu'elle a commencé à le frapper. Gene s'interpose et le jette hors de sa maison. Retranché à l'hôtel, Adam apprend peu après que sa banque a fermé son compte et qu'il est par conséquent ruiné. Sur conseil de son agent, il accepte de rencontrer un mystérieux personnage appelé Le Cowboy : celui-ci l'exhorte à embaucher Camilla Rhodes pour son propre bien.

Pour aider Rita à recouvrer la mémoire, Betty lui suggère de fouiller dans son sac à main : elles y trouvent une somme d'argent conséquente et une étrange clef bleue. Afin d'en savoir plus sur l'accident de Rita, elles se rendent au restaurant Winkies où une serveuse du nom de Diane prend en charge leur commande ; cela déclenche chez Rita le souvenir du nom de « Diane Selwyn ». Après une recherche dans l'annuaire téléphonique, elles appellent la seule femme qui porte ce nom mais personne ne décroche. Betty se rend alors à une audition que Rita l'a aidée à préparer : sa prestation y est encensée. Un agent l'emmène voir le plateau du film que réalise Adam : L'histoire de Sylvia North. C'est au tour de Camilla Rhodes de passer l'audition pour le rôle-titre du film, Adam annonce : « C'est la fille. » Presque immédiatement après avoir engagé Camilla, Adam se retourne et regarde fixement Betty. Celle-ci s'enfuit avant de rencontrer Adam en expliquant qu'elle avait promis de retrouver quelqu'un.

Betty et Rita, après avoir frappé à la porte de l'appartement de Diane Selwyn sans succès, y pénètrent par une fenêtre qui n'était pas verrouillée. Dans la chambre, elles découvrent le cadavre d'une femme morte depuis plusieurs jours. Terrifiées, elles retournent à leur appartement et Betty coiffe Rita d'une perruque blonde. Cette nuit-là, les deux femmes deviennent amantes ; Betty dit à Rita qu'elle l'aime. Rita réveille Betty à deux heures du matin et insiste pour qu'elles se rendent à une salle de spectacle à l’atmosphère inquiétante du nom de Club Silencio. Sur scène, un homme explique en espagnol et en français que tout n'est qu'illusion[N 3]. Son spectacle est suivi de celui d'une femme richement maquillée qui chante le titre Crying de Roy Orbison en espagnol et a capella. Même si celle-ci semblait se dédier entièrement à sa prestation, elle s'évanouit mais le chant se poursuit : il s'agissait de playback. Betty ouvre son sac à main et en sort une boîte bleue dont la serrure semble correspondre à la clef de Rita. De retour à l'appartement, Rita retrouve la clef mais se rend compte que Betty a disparu. Elle se décide à déverrouiller la boîte : celle-ci tombe à terre. La femme plus âgée aux cheveux roux cherche la provenance du bruit qu'elle semble avoir entendue mais elle ne trouve rien.

Le Cowboy se montre à la porte de la chambre de Diane Selwyn et dit : « Salut, la belle. Debout là-dedans, c'est l'heure. » Diane Selwyn (interprétée par Watts) se réveille dans son lit. Elle a exactement la même apparence que Betty mais elle est dépeinte comme une actrice ratée plongée dans une intense dépression en raison d'un amour non partagé envers Camilla Rhodes (interprétée par Harring). Invitée par Camilla, Diane se rend à une fête organisée chez Adam, sur Mulholland Drive. La limousine qui la conduit s'arrête avant d'atteindre la maison mais Camilla lui fait emprunter un raccourci à travers le jardin. Adam semble amoureux de Camilla. Au cours du repas, Diane explique qu'elle est venue à Hollywood après le décès de sa tante qui y travaillait ; elle dit aussi avoir rencontré Camilla lors d'une audition pour L'histoire de Sylvia North dont le réalisateur est Bob Brooker. Une autre femme (jouée par George) embrasse Camilla : toutes deux se retournent vers Diane et lui sourient. Adam et Camilla s'apprêtent à faire une annonce importante mais ils n'y parviennent pas et s'éparpillent en rires et baisers ; Diane les observe en pleurant.

Diane rencontre le tueur à gages au restaurant Winkies : elle lui donne une photo grand format de Camilla et une forte somme d'argent. La serveuse qui s'occupe d'eux porte un badge au nom de Betty. Le tueur à gages explique à Diane que quand le travail sera fait, elle trouvera une clef bleue. Diane lui demande ce qu'ouvrirait cette clef, le tueur à gages éclate de rire. En levant les yeux, Diane remarque l'homme qui avait fait le cauchemar : il se tient debout au comptoir. Derrière le restaurant, le sans-abri qui avait fait s'évanouir de peur cet homme est montré en possession de la boîte bleue. La clef bleue posée sur la table en face d'elle, Diane est terrorisée par des hallucinations représentant le couple de personnes âgées. Elle court jusque son lit en hurlant et se tire une balle dans la tête. Dans la scène finale, une femme auparavant aperçue au club murmure « Silencio ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Mulholland Drive a souvent inspiré les romanciers et les scénaristes. Cette route montagneuse en plein Los Angeles est très longue, très sinueuse et relativement dangereuse. Elle va d'Hollywood aux canyons de Bel Air, le long de la crête. De là-haut, on peut admirer le « centre-ville » de Los Angeles, le panneau Hollywood en lettres majuscules, mais aussi la plupart des studios de production, comme Universal Pictures ou Warner Bros. Pictures. David Lynch confie qu'on se sent « fictif, un personnage irréel » quand on est sur cette route.

L'équipe du film au festival de Cannes en 2001, avec de gauche à droite : Naomi Watts, David Lynch, Laura Harring et Justin Theroux.

Initialement, Mulholland Drive doit être un nouveau Mystères à Twin Peaks, une série télévisée destinée à être diffusé sur le réseau ABC. Le pilote, avec les acteurs originaux, fait l'objet de plusieurs montages, dont un qui fait perdre tout leur sens aux travaux de Lynch, mais que le réalisateur refait lui-même en une seule nuit. Mais ABC n'est pas convaincu par le pilote, d'autant plus que le réseau et Lynch entretiennent depuis le début des années 1990 des rapports conflictuels, entre grands succès (Twin Peaks), échecs (On the Air, Hotel Room) et tensions. Après moult tractations, la chaîne, qui a déjà déboursé sept millions de dollars, décide de ne pas utiliser le pilote, effrayée par sa durée (2 h 30) et par la complexité de l'histoire. Elle juge également le rythme trop lent. C'est alors que StudioCanal contacte Lynch pour le convaincre de transformer le pilote en long métrage pour le cinéma. Le cinéaste est immédiatement séduit par cette idée et, avec le soutien financier de Canal+ et d'Alain Sarde, décide donc d'en faire un film. Il retourne certaines scènes et change totalement l'histoire.

Cependant, Lynch n'a jamais révélé quelles parties du film étaient dans le pilote de la série et quelles parties ont été retournées. Tantôt elles sont très peu présentes dans une séquence, tantôt elles modifient totalement le sens de la scène ou son système dramatique :

  • Dans le pilote, on sous-entend que le bureau de Mr Rock et la maison de production d'Adam Kesher seraient dans le même bâtiment (affirmant le mystère et suspectant le système des productions hollywoodiennes de façon satirique), en faisant sortir les Castigliani avant Kesher à l'issue de la réunion au sommet (avec le recrachage de café). Kesher va alors casser leur pare-brise alors qu'ils sont partis bien avant, et seraient donc restés dans le building.
  • Le pilote contenait une histoire d'amour entre Betty et Adam Kesher, ce qui a été complètement éludé dans le montage final. Betty est censée rencontrer Adam à cause de son voisin, Wilkins, qui apparaît un des soirs où Betty et Rita discutent (dans le pilote), alors que (dans le film) il n'apparaît, comme un clin d'œil, qu'à la soirée où Camilla annonce son mariage avec Adam (Wilkins est le voisin de table de Betty/Diane). C'est d'ailleurs Wilkins qui laisse son chien faire ses besoins partout dans la résidence de Coco.

Canal+ a tourné un documentaire sur le film, Retour à Mulholland Drive, réalisé par Philippe Rouyer, en apportant une grille de lecture non officielle.

Bande originale[modifier | modifier le code]

  1. Jitterbug
  2. Mulholland Drive
  3. Rita Walks/Sunset Boulevard/Aunt Ruth
  4. Diner
  5. Mr Roque/Betty's Theme
  6. The Beast
  7. Bring It On Home
  8. I'Ve Told Every Little Star
  9. Dwarfland/Love Theme
  10. Silencio
  11. Llorando (Crying)
  12. Pretty 50s
  13. Go Get Some
  14. Diane And Camilla
  15. Dinner Party Pool Music
  16. Mountains Falling
  17. Mulholland Drive/Love Theme

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Références liées au film[modifier | modifier le code]

  • Le dernier mot du film est « Silencio », tout comme « Silenzio » est le dernier mot du film Le Mépris, de Jean-Luc Godard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Traduction possible : « Une histoire d'amour dans la cité des rêves »
  2. Citation originale : « an intoxicating liberation from sense, with moments of feeling all the more powerful for seeming to emerge from the murky night world of the unconscious. »
  3. En version originale, l'homme s'exprime en espagnol et en anglais.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A. O. Scott, « Critic's Notebook; Shoving Through the Crowd To Taste Lyrical Nostalgia », New York Times,‎ 17 mai 2001 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Hors-série des Inrockuptibles dédié à David Lynch et à Mulholland Drive (ISSN 02983788)
  • 2006 : Mulholland Drive, de David Lynch (Dirt Walk With Me), étude du film par Hervé Aubron, éd. Yellow Now

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]