Mujū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mujū Dōkyō (無住道曉, 1er janvier 1227 - 9 novembre 1312), né Ichien Dōkyō, est un moine bouddhiste du Japon de l'époque de Kamakura. Il est souvent considéré comme appartenant à l'école Rinzai à cause de son ouvrage, le Shasekishū, compilation de koans, mais il y a de bonnes raisons de penser qu'il était aussi proche des sectes Tendai, Terre pure et Hossō-shū et même des sectes Shingon et Ritsu.

Né à Kamakura dans une famille du clan des Kajiwara, Mujū commence à servir à 13 ans comme page au temple Jufuku-ji. Il devient prêtre à 18 ans dans la Province de Hitachi, puis part pour Kantō pour étudier. Il fonde le temple Chōraku-ji à Ueno et bien d'autres avant de se retirer à l'âge de 80 ans. Il fut un disciple de Enni (en) qui pratiquait le zazen et étudiait beaucoup de traditions diverses.

La seule idéologie que Mujū désapprouvait était l'intolérance. Il avait du mépris pour ses contemporains qui, à l'instar de Nichiren, rejetaient toutes les pratiques différentes des leurs, et il considérait que toutes les écoles du bouddhisme avaient un enseignement utile. Il écrit dans la préface du Shasekishū : « Ce n'est pas qu'il n'y ait qu'un seul moyen d'entrer dans la Voie du bouddhisme. Les conditions débouchant sur l'Éveil sont bien nombreuses. Quand on connaît leurs significations majeures, les diverses doctrines ne diffèrent pas quant à leur contenu. Quand on passe aux pratiques, on trouve qu'elles sont, quant à leur intention profonde, toutes les mêmes dans leur diversité. »[1]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Collection de sable et de pierres, traduction par Hartmut O. Rotermund de Shasekishū, Gallimard, « Connaissance de l'Orient » no 49, 1979

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Seiichi Iwao, Dictionnaire historique du Japon, vol. 2, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 1889

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mujū, Collection de sable et de pierres, préface, p. 41