Muhammad Bahâdur Shâh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Muhammad Shah.
Muhammad Bahâdur Shâh

Muhammad Bahâdur Shâh connu aussi sous le nom de Bahâdur Shâh Zafar de Zafar son nom de poète ( - ) est le dernier empereur moghol de l'Inde de 1837 à 1857. Il est le fils de Muhammad Akbar Shâh par son épouse hindoue Lalbai. Il monte sur le trône à l'âge avancé de 62 ans, et sera le dernier empereur d'une lignée qui gouverne l'Inde depuis 300 ans. Cependant, comme ses prédécesseurs, il ne jouit quasiment d'aucun pouvoir, ils ont tous été confisqués par la compagnie anglaise des Indes orientales, il ne gouverne pratiquement que sur le Fort rouge de Delhi et vit de la pension que lui versent les Britanniques.

Comme son grand-père et son père, Muhammad Bahâdur Shâh est un poète et un mécène protégeant des poètes d'expression ourdou tels que Ghâlib, Zauq, Momin et Dâgh. L'amour et le mysticisme étant ses sources d'inspiration favorites, il exprime aussi dans sa poésie son désarroi devant la décomposition du pouvoir impérial. Il est aussi un excellent calligraphe.

Lorsque la révolte des Cipayes éclate en 1857, les insurgés en font un symbole de liberté, certainement contre son gré, et le nomment commandant-en-chef. Après les succès du début de l'insurrection, les Britanniques prennent le dessus et, bientôt, l'empereur est arrêté à la tombe d'Humâyûn à Delhi, où il se cache avec ses trois fils et un petit-fils. Le lieutenant William Hodson abat ses fils et petit-fils, Mîrzâ Moghul, Mîrzâ Khizr Sultan et Mîrzâ Abu Bakr, de sa propre autorité. Condamné pour trahison, il est déposé et exilé à Rangoun en Birmanie où il meurt à l'âge de 87 ans.

Précédé par Muhammad Bahâdur Shâh Suivi par
Muhammad Akbar Shâh
Flag of the Mughal Empire.svg Empereur moghol Flag of the Mughal Empire.svg
(fin de la dynastie)

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]