Moubarak al-Shamikh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mubarak al-Shamikh)
Aller à : navigation, rechercher
Moubarak al-Shamikh
امبارك عبدالله الشامخ
Fonctions
8e Secrétaire général
du Congrès général du peuple libyen

(chef de l'État)
5 mars 200926 janvier 2010
(10 mois et 21 jours)
Premier ministre (Secrétaire du Comité général populaire)
Baghdadi Mahmudi
Prédécesseur Moftah Kaïba
Successeur Mohammed Abou el-Kassem Zouaï
9e Secrétaire général du Comité populaire général
(23e chef du gouvernement libyen)
1er mars 200014 juin 2003
Président Zentani Mohammed az-Zentani
Prédécesseur Mohammed Ahmad al-Mangoush
Successeur Choukri Ghanem
Biographie
Date de naissance 7 juin 1942 (72 ans)
Lieu de naissance Benghazi (Cyrénaïque)
Nationalité libyenne
Diplômé de Université centrale de Floride
Profession Ingénieur (génie électrique)
Religion Islam

Moubarak al-Shamikh
Chefs d'État libyens

Moubarak al-Shamikh (arabe : امبارك عبدالله الشامخ, également écrit Embarek Shamekh) né le 15 mai 1952 à Benghazi, est un ingénieur et homme politique libyen, chef de l'État (secrétaire général du Congrès général du peuple) de la Jamahiriya arabe libyenne de 2009 à 2010.

Nommé par le colonel Mouammar Kadhafi, il a succédé le 5 mars 2009 à Muftah Kaïba. Plusieurs fois ministre entre 1984 et 2004, il a également exercé les fonctions de chef du gouvernement (secrétaire du Comité général populaire) de 2000 à 2003.

Shamikh est ingénieur diplômé de la Faculté de génie électrique et de communication de Floride, il a occupé diverses fonctions ministérielles et exécutives sous l'autorité du colonel Kadhafi :

  • Ministre des Transports (1984-1990)
  • Gouverneur de Syrte (1990-1992)
  • Ministre du Logement et des Travaux publics (1992-2000)
  • Chef du gouvernement (2000-2003)
  • Président du Conseil de la Planification (2003-2004)
  • Gouverneur de Benghazi (2004-2005)

Fin février 2011, il fait défection en partant vers l'Égypte voisine[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gregg Carlstrom, Gaddafi clung to a fading reality, Al Jazeera, 12 mai 2012