Mu Arae b

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 17h 44m 08.7s, −51° 50′ 03″

Mu Arae b
Étoile
Nom Mu Arae
Constellation Autel
Ascension droite 17h 44m 08,7s
Déclinaison −51° 50′ 03″
Type spectral G3IV–V
Planète
Type Géante gazeuse
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 1,497  UA  [1]
Excentricité (e) 0,128  [1]
Période (P) 643,25 ± 0,90  d  [1]
Argument du périastre (ω) 22,0 ± 7,0 [1]
Époque (τ) 2 452 365,6 ± 12,6 JJ
Caractéristiques physiques
Masse ≥ 1,676  MJ  [1]
Découverte
Découvreurs Butler, Marcy et al.[2]
Méthode vitesses radiales
Date 12 décembre 2000
Statut Confirmée[1]

Mu Arae b, également appelée HD 160691 b, est une exoplanète en orbite autour de l'étoile µ Arae, située à environ 51 années-lumière (15,5 pc) du Soleil, dans la constellation de l'Autel. Cette étoile est une naine jaune très semblable au Soleil, quoiqu'un peu plus grande et deux fois plus lumineuse, avec une métallicité double de celle du Soleil. Quatre planètes ont été détectées autour de cette étoile par la méthode des vitesses radiales :

Planète Masse
(MJ)
Demi-grand axe
(UA)
Période orbitale
(d)
 Excentricité 
  µ Ara c   ≥ 0,03321   0,09094   9,6386 ± 0,0015   0,172 ± 0,04
  µ Ara d   ≥ 0,5219   0,921   310,55 ± 0,83   0,0666 ± 0,0122
  µ Ara b   ≥ 1,676   1,497   643,25 ± 0,90   0,128 ± 0,017
  µ Ara e   ≥ 1,814   5,235   4 205,8 ± 758,9   0,0985 ± 0,0627
Système planétaire de Mu Arae[1].

Mu Arae b est la première de ces planètes à avoir été découverte. Son inclinaison étant inconnue, seule sa masse minimum a pu être estimée, à environ 1,7 MJ, ce qui en fait très certainement une géante gazeuse dépourvue de surface solide.

Elle boucle en 1,76 ans une orbite assez excentrique l'amenant entre 1,304 et 1,689 UA de µ Arae. Elle serait ainsi située dans la zone habitable de son étoile, de sorte que d'éventuels satellites naturels pourraient offrir des conditions habitables. Il n'est en revanche pas certain que de tels corps aient pu recevoir assez d'ultraviolets pour provoquer une abiogenèse locale[3], et il n'est pas non plus certain que des satellites beaucoup plus gros que Mars puissent se former et subsister sur des orbites stables autour de géantes gazeuses, même sensiblement plus massives que Jupiter[4].

Désignation[modifier | modifier le code]

Mu Arae b a été sélectionnée par l'Union astronomique internationale (IAU) pour la procédure NameExoWorlds, consultation publique préalable au choix de la désignation définitive de 305 exoplanètes découvertes avant le 31 décembre 2008 et réparties entre 260 systèmes planétaires hébergeant d'une à cinq planètes. La procédure, qui a débuté en juillet 2014, s'achèvera en août 2015, par l'annonce des résultats, lors d'une cérémonie publique, dans le cadre de la XIXe Assemblée générale de l'IAU qui se tiendra à Honolulu (Hawaï)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) F. Pepe, A. C. M. Correia, M. Mayor, O. Tamuz, J. Couetdic, W. Benz, J.-L. Bertaux, F. Bouchy, J. Laskar, C. Lovis, D. Naef, D. Queloz, N. C. Santos, J.-P. Sivan, D. Sosnowska et S. Udry, « The HARPS search for southern extra-solar planets – VIII. μ Arae, a system with four planets », Astronomy & Astrophysics, vol. 462, no 2,‎ février 2007, p. 769-776 (lire en ligne) DOI:10.1051/0004-6361:20066194
  2. (en) R. Paul Butler, C. G. Tinney, Geoffrey W. Marcy, Hugh R. A. Jones, Alan J. Penny et Kevin Apps, « Two New Planets from the Anglo-Australian Planet Search », The Astrophysical Journal, vol. 555, no 1,‎ 1er juillet 2001, p. 410-417 (lire en ligne) DOI:10.1086/321467
  3. (en) Andrea P. Buccino, Guillermo A. Lemarchand et Pablo J.D. Mauas, « Ultraviolet radiation constraints around the circumstellar habitable zones », Icarus, vol. 183, no 2,‎ août 2006, p. 491-503 (lire en ligne) DOI:10.1016/j.icarus.2006.03.007
  4. (en) Robin M. Canup et William R. Ward, « A common mass scaling for satellite systems of gaseous planets », Nature, vol. 411,‎ 15 juin 2006, p. 834-839 (lire en ligne) DOI:10.1038/nature04860
  5. (en) « Liste des 305 exoplanètes sélectionnées » [html], sur NameExoWorlds (consulté le 14 décembre 2014)