Mrs. Dalloway

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mrs. Dalloway (film).
Mrs. Dalloway
Auteur Virginia Woolf
Genre Roman
Version originale
Titre original Mrs. Dalloway
Éditeur original Hogarth Press
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1925
Version française
Traducteur Simone David
Lieu de parution Paris
Éditeur Stock, Delamain et Boutelleau
Date de parution 1929
Nombre de pages 240

Mrs. Dalloway est un roman de Virginia Woolf, publié en 1925.

Historique du texte[modifier | modifier le code]

Woolf avait initialement intitulé cet ouvrage The Hours. Ce titre fut repris en 1998 par Michael Cunningham pour un roman qui met en scène Virginia Woolf au moment de l'écriture de Mrs. Dalloway.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le récit décrit une journée de Clarissa Dalloway, dans l'Angleterre d'après la Première Guerre mondiale. Elle se rend d'abord chez le fleuriste, mais loin de se centrer sur ce seul personnage, Virginia Woolf offre une fresque de la ville de Londres et de ses habitants, vie rythmée pour tous par Big Ben. Peu après, Mrs. Dalloway revient chez elle, et alors qu'elle fait le point sur le choix qu'elle a fait des années plus tôt d'épouser Richard Dalloway au lieu de Peter Walsh, elle reçoit la visite impromptue de ce dernier soupirant. La conversation avec ce dernier est émaillée par le ressac d'anciens souvenirs qui jaillissent dans l'esprit de Clarissa. Ici, Virginia Woolf réussit à entrecroiser surface des choses et exploration en profondeur des consciences intimes au fil des secondes qui s'écoulent, dans le désordre apparent de ce qui surgit en soi et dans le monde.

En contrepoint de Clarissa Dalloway, le récit s'attarde sur Septimus Warren Smith, un jeune ex-militaire qui souffre depuis son retour du Front, d'hallucinations et de schizophrénie. Ce jour-là, il se défenestre au moment où le médecin qui le soigne cherche à l'interner. Or, ce même médecin se trouve être un des invités à la soirée de Mrs. Dalloway, et quand il mentionne devant elle cet événement, Clarissa se retire à l'écart, bouleversée par le choix de ce jeune homme que, pourtant, elle ne connaît pas.

Thème[modifier | modifier le code]

L'un des thèmes principaux de cet ouvrage est l'altérité, qu'il s'agisse de soi face aux autres, mais aussi du face-à-face entre soi et soi-même. Mrs. Dalloway s'apprécie ainsi de plusieurs façons. D'abord, elle apparaît un personnage mondain, puisqu'elle prépare au cours de la journée une réception qui a lieu à la fin du roman. À ce moment-là, elle est un être en représentation, elle joue son rôle d'hôtesse de maison comme un chef d'orchestre. Il y a aussi une distinction entre Mrs. Dalloway et Clarissa bien qu'il s'agisse de la même personne. Clarissa représente le personnage dans son intériorité, en tant que personne qui pense et qui sent. Mrs Dalloway représente le moi public du personnage, c'est sa situation civile, son rang social. Le même type de distinction s'opère pour chacun des personnages secondaires. Cette dichotomie, au cœur du roman, laisse des zones d'interrogation, notamment sur les raisons qui ont poussé Clarissa à quitter l'être qu'elle aimait pour se marier avec un inconnu qui avait pour seule caractéristique de "bien présenter".

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions originale en anglais
  • Mrs. Dalloway, Londres, Hogarth Press, 1925
Éditions françaises
  • Mrs. Dalloway, (traduction de Simone David), Paris, Stock, Delamain et Boutelleau, 1929
  • Mrs Dalloway, (traduction de Pascale Michon), dans Romans et nouvelles, Paris, LGF, « Le Livre de poche. La Pochothèque », 1993
  • Mrs Dalloway, (traduction de Marie-Claire Pasquier[1]), Paris, Gallimard, « Folio classique » no 2643, 1994

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette traduction sera révisée pour sa publication dans Virginia Woolf, Œuvres romanesques complètes, vol. 1, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2012.