Mr. Nobody (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mr. Nobody)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mr. Nobody (homonymie).

Mr. Nobody

alt=Description de l'image Mr. Nobody - Logo.jpg.
Titre original Mr. Nobody
Réalisation Jaco Van Dormael
Scénario Jaco Van Dormael
Acteurs principaux
Sociétés de production Pan-Européenne
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Drame, science-fiction, uchronie
Sortie 2009
Durée 141 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mr. Nobody est un film dramatique et uchronique de science-fiction écrit et réalisé par Jaco Van Dormael sorti en 2009. Le film raconte l'histoire de la vie de Nemo Nobody, âgé de 118 ans, qui est le dernier mortel sur Terre après que la race humaine a atteint l'immortalité. Le film utilise une narration non linéaire pour raconter l'histoire de différentes vies de Nemo.

Mr. Nobody est projeté pour la première fois à la Mostra de Venise 2009, le 12 septembre 2009 où il connaît un certain succès critique et où Sylvie Olivé reçoit le prix de la meilleure contribution technique et Jaco Van Dormael le prix du meilleur film biographique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2092, Nemo Nobody, âgé de 118 ans, est le dernier mortel vivant dans un monde d'immortels. Il est interrogé sur son passé et se retrouve sous les soins du docteur Feldheim, qui veut l'aider à mettre de l'ordre dans ses souvenirs brouillés. Profondément marqué par le divorce de ses parents et par ses vies sentimentales, le vieillard a des trous de mémoire et son témoignage est constitué d’épisodes contradictoires de son enfance, de ses amours et de sa vie conjugale. Il raconte son passé à un journaliste venu l'interroger.

Nemo Nobody se remémore ses différentes vies à travers différents flashbacks. Il a pu vivre différentes vies en choisissant plusieurs possibilités : dans certaines, il est parti avec sa mère au États-Unis lorsque ses parents se sont séparés, dans d'autres il est resté avec son père en Angleterre. Il peut aussi revenir en arrière : lorsqu'il se rend compte que sa vie lui déplaît, il peut revenir en arrière et effectuer un autre choix qui modifie une grande partie de sa vie à la manière de l'effet papillon.

Ses flashbacks se concentrent surtout sur ses vies sentimentales, notamment avec Anna, Élise et Jeanne. Anna est la fille de Harry, l'amant de sa mère. Après le divorce, Harry et Anna emménagent avec eux. Nemo et Anna commencent alors une relation, et habitant dans le même appartement, ils peuvent avoir des relations sexuelles dès que leurs parents s'absentent. Ils se perdent de vue lorsque leurs parents se séparent. Élise est une fille qui fait souvent des dépressions. Il se marie avec elle dans une de ses vie, et ils ont des enfants. Mais Élise ne trouve jamais le bonheur. Jeanne est une fille avec qui il entame une relation parce qu'il a décidé de se marier avec la première qui dansera avec lui. Jeanne et lui dansent. Plus tard, ils se marient et ont des enfants, mais Nemo reste détaché de sa femme.

Finalement, Nemo explique au journaliste que tous deux, et le monde dans lequel ils vivent sont issus de son imagination lorsqu'il avait neuf ans, au moment de la séparation de ses parents, et qu'il devait choisir entre partir avec sa mère ou rester avec son père.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Jaco Van Dormael en compagnie des acteurs Sarah Polley, Jared Leto, Linh Dan Pham et Diane Kruger lors de la Mostra de Venise 2009

Source et légende : version française (VF) sur le site d’Alter Ego[2] (la société de doublage[3])

Production[modifier | modifier le code]

Jaco Van Dormael a mis sept ans à écrire le scénario du film[4]. Le point de départ de ce projet est È pericoloso sporgersi, un court métrage que Van Dormael a réalisé en 1982 et qui traitait déjà de la problématique du choix et de ce qui en découle[5]. Avec Mr. Nobody, le véritable challenge était, pour le réalisateur, d'arriver à parler au cinéma, qui est simplificateur, de l'extrême complexité de la réalité qui nous entoure[5]. Le scénario est paru en novembre 2006 aux Éditions Stock dans un ouvrage au nom homonyme[6]. Pour chacune des vies de Mr. Nobody, le réalisateur et le chef opérateur Christophe Beaucarne ont inventé des véritables « grammaires visuelles », usant de la caméra à l'épaule, du hors champs ou encore de la distance, des couleurs et du flou pour les différencier[7].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale du film sort en Belgique le 26 janvier 2010 sur le label américain Milan Records.

Comme les précédents films de Jaco Van Dormael, la bande originale de Mr. Nobody a été écrite par Pierre Van Dormael. Il a travaillé sur des thèmes simples et sur des boucles qui se décalent les unes par rapport aux autres, « un mélange de simplicité apparente et de complexité sous-jacente »[8]. Il a écrit des thèmes qui se superposent pour en former un nouveau, chacun des thèmes continuant à exister tout en étant mélangé à l'autre. Le réalisateur voulait une musique qui ne force pas l'émotion, ainsi lui et Pierre choisissent une orchestration minimaliste, sans orchestre symphonique, le plus souvent avec une guitare seule. Jaco Van Dormael affirma « Nous voulions que l'on sente l'instrument et la personne qui joue. Ce parti pris résume d’ailleurs cette aventure : un projet un peu maximaliste avec une approche minimaliste »[8].

Mr. Nobody est le dernier film du compositeur Pierre Van Dormael avant sa mort en 2008[9]. Sa musique remporta le Magritte de la meilleure musique originale pendant la 1re cérémonie des Magritte[10].

No Titre Durée
1. Sous les draps 2:55
2. Trois petites filles 1:47
3. Waltz 1:42
4. La nature des peurs 1:53
5. Du bout des doigts 1:39
6. Le temps immobile 2:24
7. Cercles 2:35
8. Celui qui n'existe pas 0:53
9. Sous les draps 4:13
10. Au fond des bois 2:28

Exploitation[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Une version antérieure du film encore en cours de traitement et plus longue, a été rejetée pour la compétition du Festival de Cannes 2009, qui a offert à cette version du film une place hors compétition[11]. Le producteur Philippe Godeau refuse l'offre[11]. La décision prise par le Festival de Cannes de ne pas exposer le film créé une controverse nationale[12]. Finalement, le studio a tenu l'avant-première du film à la 66e édition de la Mostra de Venise le 12 septembre 2009[13]. Le film a ensuite été projeté au Festival international du film de Toronto[14], Festival international du film de Catalogne et le Festival international du film de Stockholm avant sa sortie en salles[15],[16].

La version Director's Cut a finalement pu être projetée à diverses occasions[17].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box office[18] Nombre de semaine Classement
Drapeau de la Belgique Belgique 816 771 $ 23 4
Drapeau de l'Espagne Espagne 322 056 $ 11 10
Drapeau de la Finlande Finlande 217 774 $ 8 9
Drapeau de la France France 1 051 211 $ 2 8
Drapeau de la Pologne Pologne 334 114 $ 5 6
Drapeau de la Russie Russie 590 330 $ 38 10

Le film sort en Belgique le 13 janvier 2010 dans 36 salles et rapporte 227 917 $ pour son premier week-end d'exploitation, avec une moyenne de 6 331 $ par copie[19]. Il atteint la quatrième place au box-office derrière Avatar, Sherlock Holmes et Alvin et les Chipmunks 2, et surpasse la concurrence de Tempête de boulettes géantes, Invictus et Twilight, chapitre II : Tentation. Au cours du deuxième week-end, le film a chuté de 21.9% du chiffre d'affaires, en gagnant 178 098 $[20]. Le film sort en France dans 150 cinémas et atteint la huitième place au box-office avec 640 517 $ lors de sa première semaine d'exploitation[21]. Il réalise 142 536 entrées en France, 97 965 en Belgique, 85 604 en Russie et 70 518 en Pologne[22]. Selon les données du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel, Mr. Nobody est l'un des dix films ayant réalisé le plus de recettes en 2010 en Belgique[23].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'avant-première du film a eu lieu le 12 septembre 2009, en compétition à la Mostra de Venise 2009. Il a été accueilli sous les applaudissements des critiques cinématographiques et reçoit également dix minutes d'applaudissement lors de la projection publique[24]. Le jury du festival remet à Sylvie Olivé le prix de la meilleure contribution technique et à Van Dormael le prix du meilleur film biographique[25],[26].

Le site américain Rotten Tomatoes rapporte que 67 % des 27 critiques sélectionnées donnaient un avis positif sur le film, avec une moyenne de 6.6/10[27]. Sur le même site, le Top Critic, constitué des avis des professionnels les plus populaires des milieux de la presse écrite, de l’Internet, de la télévision et de la radio[28] notait positivement le film à 80 % avec une note moyenne de 7,3 sur 10 sur un échantillon de cinq critiques[27]. Damon Wise du magazine Empire considère Mr. Nobody comme un film culte, pour sa philosophie et sa photographie, son caractère personnel et la musique de Pierre Van Dormael[29]. Le critique du Le Soir, Nicolas Crousse écrit : « Sur ce scénario passionnant, qui transforme les réflexions d'Ilya Prigogine (la théorie du chaos) et d'Henri Laborit (l'éloge de la fuite) en cinéma, Jaco Van Dormael a bâti une œuvre prodigieusement audacieuse, autour d'une polyphonie narrative rythmée de mélodies populaires. Une œuvre importante, qui pourrait valoir, comme à certains de ses prédécesseurs (on pense au 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick, martyrisé à sa sortie), un accueil très divisé. Déconcertant, certes, mais fascinant, riche tant esthétiquement qu'intellectuellement, habité par des moments magiques, sinon d'anthologie, Mr. Nobody mérite sa décoration de film ovni. Ce cauchemar surréaliste fait désormais partie de notre patrimoine artistique »[30]. Fernand Denis de La Libre Belgique écrit : « Avec ingéniosité, malice, humour et tension, Jaco interconnecte ces récits. Et tout ce qu’on peut regretter, c'est qu'il ne dispose pas de plus de temps pour donner encore davantage de chair aux vies de Nemo. Car si le temps réel de Mr. Nobody est de 2h18, son temps perçu est infiniment plus court. Un film vertigineux »[31].

En France, le film reçoit des critiques mitigées. Le site AlloCiné, qui regroupe plusieurs critiques de la presse spécialisée et des grands quotidiens français, lui attribue une note moyenne de 2,8/5[32]. On remarque notamment les cinq étoiles des 20 minutes, dans lequel on peut lire que « Mr. Nobody, bouleversant poème filmé, présente un garçon pas comme les autres, incarné par le très convaincant Jared Leto »[33], ou Brazil, qui écrit « Mr. Nobody est le genre de film qui vous emporte instantanément avec lui dès les premières minutes, et ne vous lâche plus »[32]. Pierre Fornerod de Ouest-France donne au film deux étoiles sur cinq et écrit « Van Dormael joue avec les hasards et les coïncidences. La démonstration est lourde et longue, mais esthétiquement, c'est superbe »[32]. Libération lui donne la même note, écrivant « On a un peu le sentiment que le cinéaste est tombé dans sa blague et que personne dans son entourage n'a eu le courage d'aller le repêcher »[34].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2009
Mostra de Venise Prix Osella pour la meilleure contribution technique[25] Sylvie Olivé
Biografilm Award[26]
Festival international du film de Catalogne Meilleur maquillage[35] Kaatje Van Damme
Festival international du film de Stockholm Meilleure photographie[36] Christophe Beaucarne
2010
Biografilm Festival Prix du public[37]
Puchon International Fantastic Film Festival Meilleur acteur[38] Jared Leto
Fonskes Meilleur film belge[39]
American Film Institute Meilleurs films européens[40]
Prix du cinéma européen Prix du public[41]
Union de la critique de cinéma Meilleur film[42]
2011
Magritte du cinéma Meilleur film[43]
Meilleur réalisateur[43] Jaco Van Dormael
Meilleur scénario original ou adaptation[43] Jaco Van Dormael
Meilleure image[43] Christophe Beaucarne
Meilleur montage[43] Matyas Veress
Meilleure musique originale[43] Pierre Van Dormael
2012
Silverback Awards Meilleur film[44]
Meilleur réalisateur[44] Jaco Van Dormael

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(es)
2008
Visuelt Meilleure affiche[45] Kåre Martens
2009
Mostra de Venise Lion d'or[46]
Grand prix du jury[47]
Coupe Volpi pour la meilleure interprétation masculine[48] Jared Leto
Prix FIPRESCI[47]
Festival international du film de Catalogne Meilleur film[35]
Festival international du film de Stockholm Meilleur film[36]
2010
Festival international du film de Karlovy Vary Prix du public[49]
Puchon International Fantastic Film Festival Meilleur film[38]
2011
Magritte du cinéma Meilleur son[43] Emmanuel de Boissieu
Frédéric Demolder
Dominique Warniert
2012
Silverback Awards Prix du public[44]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En Allemagne, le film est interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles.
  2. Le PG12 signifie que les mineurs de 12 ans doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  3. Au Royaume-Uni, le film est interdit aux moins de 15 ans lors de sa sortie en salles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aurore Engelen, « Mr. Nobody enfin dévoilé », Cineuropa,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 3 octobre 2012)
  2. « Mr. Nobody », sur RS Doublage (consulté le 3 octobre 2012)
  3. « Fiche de doublage VF du film » sur Alterego75.fr, consulté le juin 2013
  4. (en) Borys Kit, « 'Mr. Nobody' cares for two somebodies », The Hollywood Reporter,‎ 17 juillet 2007 (consulté le 12 octobre 2012)
  5. a et b Jouneaux, Duvoisin et Rey 2009, p. 6
  6. (en) Jean-Michel Vlaeminckx et Anne Feuillère, « Jaco Van Dormael : Mr Nobody », Cinergie,‎ 13 juillet 2007 (consulté le 12 octobre 2012)
  7. (en) Sheila Johnston, « Jaco van Dormael – The return of a hero », The Independent,‎ 28 mars 2008 (consulté le 12 octobre 2012)
  8. a et b Jouneaux, Duvoisin et Rey 2009, p. 14
  9. (en) Ian Mundell, « Composer Pierre Van Dormael dies », Variety,‎ 4 septembre 2008 (consulté le 9 octobre 2012)
  10. Aurore Engelen, « Van Dormael, héros du cinéma belge », Cineuropa,‎ 7 fevrier 2011 (consulté le 9 octobre 2012)
  11. a et b (en) Nick Vivarelli, « Dormael's 'Nobody' bows at Venice », Variety,‎ 10 septembre 2010 (consulté le 11 octobre 2012)
  12. (en) Ian Mundell, « Helmer back to future with 'Mr. Nobody' », Variety,‎ 14 septembre 2009
  13. (it) Valentina D'Amico, « Jaco Van Dormael e Jared Leto a Venezia con Mr. Nobody », Movieplayer.it,‎ 11 septembre 2009 (consulté le 11 octobre 2012)
  14. (en) Bruce Kirkland, « 'Mr. Nobody' hopes to make an impression », Toronto Sun,‎ 20 août 2009 (consulté le 11 octobre 2012)
  15. (es) Juan Luis Caviaro, « Mágica 'Mr. Nobody', y sobre el respeto », Blogdecine.com,‎ 5 octobre 2009 (consulté le 11 octobre 2012)
  16. (en) Scott Roxborough, « Stockholm fest sets lineup », Film Journal International,‎ 21 octobre 2009 (consulté le 11 octobre 2012)
  17. Van Dormael a dû raccourcir son « Mr Nobody » Le Soir, 17 mars 2010
  18. (en) « Mr. Nobody (2009) », Box Office Mojo (consulté le 3 octobre 2012)
  19. (en) « Belgium Box Office, January 13–17, 2010 », Box Office Mojo (consulté le 3 octobre 2012)
  20. (en) « Belgium Box Office, January 20–24, 2010 », Box Office Mojo (consulté le 3 octobre 2012)
  21. (en) « France Box Office, January 13–17, 2010 », Box Office Mojo (consulté le 3 octobre 2012)
  22. (en) « Mr. Nobody », sur Base de données Lumière (consulté le 3 octobre 2012)
  23. « Bilan 2010 », Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel (consulté le 10 janvier 2013)
  24. (it) Valerio Cappelli, « Il divo-rocker Jared Leto seduce con la fantascienza. Dieci minuti di applausi per «Mr. Nobody» », Corriere della Sera,‎ 12 septembre 2009, p. 53 (lire en ligne)
  25. a et b (it) « Scenografia Nobody », Il Sole 24 Ore,‎ 12 septembre 2009 (consulté le 3 octobre 2012)
  26. a et b (it) « I Biografilm Lancia Award a "Negli Occhi" e "Mr Nobody" », Cinemaitaliano.info,‎ 11 septembre 2009 (consulté le 3 octobre 2012)
  27. a et b (en) « Mr. Nobody », Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 18 octobre 2014).
  28. (en) « What do the rating icons mean? », Rotten Tomatoes (consulté le 3 janvier 2010).
  29. (en) Damon Wise, « Venice 09: Mr Nobody », Empire,‎ 12 septembre 2009 (consulté le 11 octobre 2012)
  30. Nicolas Crousse, « L’extra (et) ordinaire Mister Nobody », Le Soir,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 9 octobre 2012)
  31. Fernand Denis, « Les vies devant soi », La Libre Belgique,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 9 octobre 2012)
  32. a, b et c « Critiques Presse pour le film Mr. Nobody », AlloCiné (consulté le 9 octobre 2012)
  33. Caroline Vié, «Mr. Nobody» bien incarné sous la patte de Van Dormael, 20 minutes,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 9 octobre 2012)
  34. Didier Péron, «Mr nobody», personne n’est parfait, Libération,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 9 octobre 2012)
  35. a et b (en) « Sitges – 42ed. Festival Internacional de Catalunya (1/10 – 12/10) », Sitges Film Festival (consulté le 3 octobre 2012)
  36. a et b (en) « Festival 2009 – Stockholms filmfestival », Festival international du film de Stockholm (consulté le 3 octobre 2012)
  37. (it) « Big River Man vince il Biografilm Festival 2010 », Film.it,‎ 14 juin 2010 (consulté le 3 octobre 2012)
  38. a et b (ko) « 14th 상영작 – 미스터 노바디 Mr. Nobody », Puchon International Fantastic Film Festival (consulté le 3 octobre 2012)
  39. (en) « Mr. Nobody, best Belgian film of the year! », Wallimage,‎ 13 septembre 2010 (consulté le 3 octobre 2012)
  40. (en) « AFI European Union Film Showcase », American Film Institute (consulté le 3 octobre 2012)
  41. (en) « Winners for the 23rd European Film Awards » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), European Film Academy. Consulté le 3 octobre 2012
  42. « A single man, Grand Prix 2011 de l'UCC », Moniteur du film (consulté le 3 octobre 2012)
  43. a, b, c, d, e, f et g « Le cinéma belge était à l’honneur lors de la Première édition des Magritte du cinéma belge francophone », Moniteur du film,‎ 22 juillet 2012 (consulté le 3 octobre 2012)
  44. a, b et c (en) « Hillywood 2012 Silverback Awards: Winning movies », Rwanda Film Festival (consulté le 4 octobre 2012)
  45. (no) « Visuelt – Konkurransen 2008 », Visuelt (consulté le 3 octobre 2012)
  46. Aurore Engelen, « Mr Nobody au Lido », Cineuropa,‎ 31 juillet 2009 (consulté le 3 octobre 2012)
  47. a et b « Récompenses et nominations pour le film Mr. Nobody », AlloCiné (consulté le 3 octobre 2012)
  48. (it) Boris Sollazzo, « Il signor Nessuno di Van Dormael, l'amore secondo Tom Ford, l'horror 3D "dantesco" », Il Sole 24 Ore,‎ 11 septembre 2009 (consulté le 3 octobre 2012)
  49. (en) « Audience Award: who will win? », Film Servis Festival Karlovy Vary,‎ 6 juillet 2010 (consulté le 3 octobre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]