Mpongwe (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mpongwe (peuple d'Afrique))
Aller à : navigation, rechercher

Mpongwe

Populations significatives par région
Drapeau du Gabon Gabon 1 000-4 000 (2000)
Autres
Langues

dialecte du myènè

Religions

christianisme

Ethnies liées

Myènè (Galwa, Orungu, Enenga, Nkomi, Adyumbas)

Les Mpongwe sont un peuple d'Afrique centrale établi au Gabon. C'est un sous-groupe des Myènè.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on rencontre plusieurs variantes de l'ethnonyme : Bayugu, Bongoué, Bongwe, Empoongwe, Mpongoué, Mpongwes, Mpungwe, Npongwe, Pongo, Pongoué, Pongwe[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

« Denys, roi de la rive gauche du Gabon » (aquarelle de Darondeau)

Ils étaient déjà installés dans l'estuaire du Gabon lorsque les premiers marins portugais y parvinrent au XVe siècle et donnèrent leur nom à l'île qui est à son embouchure, l'île Pongo, puis au territoire continental, le Pongo, ancien nom du Gabon[2]. Pendant plusieurs siècles, ils servirent d'intermédiaires commerciaux entre les marchands européens et les tribus de l'intérieur, trafiquant de l'ivoire mais aussi des esclaves. Leurs relations avec les Européens furent parfois tumultueuses. Toujours, ils s'efforcèrent de les dissuader d'entrer directement en contact avec les autres peuples du Gabon, de manière à préserver leurs intérêts de courtiers. La langue des Mpongwè, l'omyènè (ou myènè), a longtemps servi de langue de communication dans l'ouest du Gabon.

C'est avec des chefs mpongwè, Denis Rapontchombo (surnommé « le roi Denis »[3]), Georges Rassondji, Louis Dowé, Quaben, Kringer, Glass, François Rèdembino, que les Français signèrent des traités qui leur permirent de s'implanter dans l'estuaire du Gabon au milieu du XIXe siècle.

Ayant été davantage en contact avec les Européens, beaucoup de Mpongwè ont du sang métissé. Aujourd'hui, ils ne constituent plus que l'une des composantes de la population de Libreville et des environs.

Langue[modifier | modifier le code]

Selon la classification des langues bantoues établie par Malcolm Guthrie le mpongwè appartient au groupe des langues myènè (B10) et est codé B11a.

En 2000 le nombre de locuteurs était estimé entre 1 000 et 4 000[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]
  2. A. A. Bruzen de la Martinière, Le Grand Dictionnaire Géographique et Critique, vol. I, t. 4, La Haye, C. van Lom & P. de Hondt,‎ 1732, p. 7
  3. Elikia M'Bokolo et Bernard Rouzet, Le roi Denis : la première tentative de modernisation du Gabon, Dakar - Abidjan, Afrique biblio-club - Les Nouvelles éditions africaines,‎ 1976, 94 p. (ISBN 2-85-809044-0)
  4. (en) « Myene. A language of Gabon », sur Ethnologue.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Henry Hale Bucher, « The village of Glass and Western intrusion : an Mpongwe response to the American and French presence in the Gabon estuary : 1842-1845 », The International journal of African historical studies, vol. 6, no 3,‎ 1973, p. 363-400
  • (en) Henry Hale Bucher, « Mpongwe origins : historiographical perspectives », History in Africa, no 2,‎ 1975, p. 59-89
  • (en) Henry Hale Bucher jr., The Mpongwe of the Gabon estuary : a history to 1860, Ann Arbor (Mich.), UMI,‎ 1986, reproduction d'une thèse de doctorat de l'Université de Wisconsin-Madison, 1977, 455 p.
  • (en) D. E. Gardinier, « The American Presbyterian Mission in Gabon : Male Mpongwe Converts and Agents, 1870-1883 », American Presbyterians, vol. 69, no 1,‎ 1991, p. 61-70
  • (en) Karl David Patterson, The Mpongwe and the Drungu of the Gabon coast, 1815-1875 : the transition to colonial rule, Ann Arbor (Mich.), Université Stanford,‎ 1971, University Microfilms (thèse)
  • R. P. Gautier, Étude historique sur les Mpongoues et tribus avoisinantes, Imprimerie Lafitte-Lauriol,‎ 1950, 69 p.
  • François de Paul Ivanga, Contribution à l'histoire des Mpongwe, des origines à 1845, Libreville (Gabon), Université Omar Bongo,‎ 1985, (Mémoire de maîtrise), 121 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]