Mozuku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mozuku
Image illustrative de l'article Mozuku
Mozuku

Autre nom 水雲,藻付,海蘊,海雲,モズク
Lieu d’origine Japon
Place dans le service Ingrédient de la cuisine japonaise
Ingrédients algues brunes
Mozuku
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Mozuku » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Defaut 2.svg
Taxons concernés

Mozuku (水雲,藻付,海蘊,海雲, モズク?, nuage d'eau) est le nom vernaculaire donné à diverses espèces d'algue brunes comestibles au Japon [4] de la famille des Chordariales. Les principales variétés consommées au Japon sont les okinawa mozuku (o-mozuku, mozuku-su ou encore hon-mozuku [2], Cladosiphon okamuranus) et les ishi-mozuku (Sphaerotrichia divaricata) et ito-mozuku (Nemacystus decipiens) [3], les o-mozuku étant plus épais et croquants [5] . Le vocable désignait initialement l'espèce Nemacystus decipiens puis a été étendu à des algues similaires de la famille des Chordariales (appelée nagamatsumo en japonais).

Description[modifier | modifier le code]

Les algues se présentent sous la forme de longs filaments soit poussant sur une algue existante et pouvant atteindre une dizaine de centimètres mais de très petit diamètre, soit en poussant en longs filaments directement sur la roche pour l' okinawa mozuku, pouvant atteindre 30 cm [4]. Les mozuku poussent naturellement dans les haut-fond marins, dans des zones tempérées et tropicales [6]. La saison des mozuku s'étend d'avril à juin [7].

Mozuku est un type d'algue brune qui pousse sur d'autres algues ; mo signifie algue, et la façon dont les mozuku poussent peut être exprimé par "mo ni tsuku", les mots "ni tsuku" signifiant "pousser en étant collé dessus". Le nom mozuku vient du son de cette expression[7]. En chinois, ces algues sont appelées hai yun.

Production[modifier | modifier le code]

Les mozuku sont principalement présentes autour d'Okinawa d'où provient 90% de la production totale de mozuku [5], la production étant le fait de petits producteurs locaux (dont l'association produit 60% de la production totale d'Okinawa). Elle est aussi cultivé sur le reste des Îles Ryūkyū. 90 % de la production destinée à la consommation humaine est soit du Okinawa mozuku (Cladosiphon okamuranus) soit du ishi-mozuku (Sphaerotrichia divaricata), car elles sont les espèces les plus facilement cultivables. La mise en place de l’aquaculture industrielle des mozuku a été développée à partir de 1975, testée en 1977, avant d'être mis en place en 1979. Le volume produit était initialement de mille tonnes, a atteint 2 millions de tonnes en 2003 [8].

Consommation[modifier | modifier le code]

Il est difficile de trouver des mozuku hors du Japon ; on peut là bas les trouver sous différentes formes : fraîches, conservées en salaison, déshydratées, prêtes à consommer (déjà assaisonnées souvent avec de la sauce Sanbaizu).

On les sert notamment en soupe, vinaigrées et froides (sunomono) ou encore en tsukudani. Quand elles ont été conservées dans le sel, on peut les manger comme snack (tsumamimono) [9] ou les dessaler avant des utiliser dans des recettes. Sèches, elles peuvent être réhydratées ou jetées directement dans la soupe [10]. On peut aussi les déguster en tenpura [6] , en ochazuke ou encore en ganmodoki [5]

Pauvre en calorie, l'algue est riche en vitamines et en minéraux. C'est une source d'un sulfate de polysaccharide appelé Fucoidan (en) utilisé dans le traitement du cancer[4] comme complément alimentaire et connu pour ses effets sur l'estomac[11].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recherche du nom commun Mozuku sur le site AlgaeBase
  2. a et b Tetsuo Yanagi, « Japanese Commons in the Coastal Seas: How the Satoumi Concept Harmonizes Human Activity in Coastal Seas with High Productivity and Diversity », Springer environmental science and engineering, SpringerLink : Bücher,‎ 2013 (ISBN 4431541004, 9784431541004[à vérifier : isbn invalide], consulté le 26 juin 2013)
  3. a et b « Isolation and characterizartion of alginic acid from commercially cultured Nemacystus decipiens (Itomozuku) », Biosci Biotechnol Biochem. 2001 Mar;65(3):654-7. (consulté le 26 juin 2013)
  4. a, b et c « Ocean Farming », sur Japan for Sustainability (consulté le 26 juin 2013)
  5. a, b et c « Okinawa gourmet guide », sur Okinawa2Go (consulté le 25 juin 2013)
  6. a et b « Mozuku », sur www.cuisine-japonaise.com (consulté le 26 juin 2013)
  7. a et b « Mozuku Su (vinegar) », sur Okinawa2Go (consulté le 25 juin 2013)
  8. (ja) Okinawa Mozuku aquaculture, « 沖縄もずくとは(Okinawa et le mozuku) » (consulté le 26 juin 2013)
  9. « Mozuku », sur Japanese food dictionnary (consulté le 26 juin 2013)
  10. « Mozuku », sur Okinawa prefectural Government (consulté le 26 juin 2013)
  11. Hitoshi KAWAMOTO, Yasunari MIKI, Takayuki KIMURA, Katsunori TANAKA, Tsuyoshi NAKAGAWA,Makoto KAWAMUKAI, and Hideyuki MATSUDA, « E#ects of Fucoidan from Mozuku on Human Stomach Cell Lines », Food Sci. Technol. Res.,‎ 2006 (consulté le 26 juin 2013)