Mouzeil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouzeil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Ancenis
Canton Ligné
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ancenis
Maire
Mandat
Hervé Bréhier
2014-2020
Code postal 44850
Code commune 44107
Démographie
Gentilé Mouzeillais
Population
municipale
1 825 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 56″ N 1° 20′ 49″ O / 47.4488888889, -1.3469444444447° 26′ 56″ Nord 1° 20′ 49″ Ouest / 47.4488888889, -1.34694444444  
Altitude Min. 9 m – Max. 54 m
Superficie 18,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Mouzeil

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Mouzeil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouzeil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouzeil
Liens
Site web http://www.pays-ancenis.fr/

Mouzeil est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Mouzeil dans le département de la Loire-Atlantique.

Situation[modifier | modifier le code]

Mouzeil est situé dans le bocage du nord de la Loire-Atlantique, à 30 km au nord-est de Nantes, 10 km à l'est de Nort-sur-Erdre et 15 km au nord-ouest d'Ancenis. Les communes limitrophes sont (dans le sens inverse des aiguilles d'une montre) Ligné au sud-ouest, Couffé, Mésanger, Teillé, Trans-sur-Erdre et Les Touches.

Rose des vents Les Touches Trans-sur-Erdre Teillé Rose des vents
Ligné N
O    Mouzeil    E
S
Ligné Couffé Mésanger

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est peu accidenté. La hauteur moyenne est de 35 m au-dessus du niveau de la mer. Le point le plus élevé, à 53 mètres, se situe au moulin de la Grande Chesnaie ou de la Cottinière. La partie nord est légèrement plus élevée que celle du sud. Au centre se trouve une dépression[M 1],[1].

Mouzeil se situe à l'extrémité est du Massif armoricain, dans la zone Bretagne centrale. Le nord de la commune est constitué d'une formation de Frégréac indifférenciée, série schisto-grèseuse et volcanique (Ordovicien supérieur-Dévonien inférieur). Plus au sud, sur environ 1 km de largeur, apparaît une formation de Montjean-sur-Loire, schistes, psammites, grauwackes, conglomérats (Serpukhovien, début du Bashkirien). Dans cette zone sont situés des faisceaux de houille. Au sud de cette zone se trouve une formation des Mauges, schistes satinés du « horst de Pouillé-les-Coteaux ». La zone la plus au sud est une formation du Culm du synclinal d'Ancenis, série grèso-pélitique (Frasnien-Dinantien). La moitié nord-ouest de la commune est recouvert de vastes zones de sables du Pliocène[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Au nord, le ruisseau de la Montagne sert de limite entre Mouzeil et Trans-sur-Erdre. La commune est arrosée à l'est par le Donneau, délimitation de la commune de Teillé, dans lequel se jette le ruisseau du Pont-Guitton qui traverse le centre de la commune d'ouest en est. Mouzeil et Ligné ont pour ruisseaux communs la Passière et la Péginière, celui-ci longeant également Mésanger[M 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Loire-Atlantique.

Mouzeil est soumise à un climat de type océanique[3]. Les données concernant le climat de Mouzeil qui suivent sont extraites d'une source basant le site de relevé des données météorologiques aux coordonnées 47°09'N - 1°37'O[4], ce qui correspond à la position de l'Aéroport Nantes-Atlantique situé sur la commune de Bouguenais, distante de 38 kilomètres.

Climatologie de Mouzeil d'après la station de Bouguenais sur la période 1961 - 1990 :
Températures moyennes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[4]


Ensoleillement, humidité, précipitations
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Nombre de jours avec précipitations 12,8 11 11,1 8,9 11 7,7 6,7 7 8,4 10,4 11,1 11,5 117,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 6,1 4,8 4,9 3,6 4,5 2,9 2,7 3,1 3,9 5 6,2 6,1 53,7
Humidité relative (%) 88 84 80 77 78 76 75 76 80 86 88 89 81
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[4]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le bourg est traversé d'est en ouest par la D16 et du nord jusqu'au Boulay, principal nœud routier de Mouzeil, par la D24. Celle-ci rejoint l'axe principal traversant le territoire de la commune, la D164, qui relie Ancenis à Redon. La D9, d'axe sud-ouest - nord-est, relie Ligné à Teillé[1].

La voie ferrée de la ligne Segré - Nantes-État qui traversait le sud de la commune depuis 1885 a été déclassée en 1993 (section d'intérêt général Freigné-Carquefou). Le déclassement entraîne le transfert du terrain occupé par les voies dans le domaine privé de Réseau ferré de France, ce qui en autorise la vente[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Mosellum jusqu'en 1135[M 2].

Mouzeil possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Mózelh (écriture ELG, prononcé [mu.zəj ])[6].

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Des pierres polies découvertes sur le territoire de la commune dénotent la présence d'humains 4 000 ans avant l'ère chrétienne[M 3]. Les Ligures, Namnètes et autres Armoricains s'installent dans la zone[M 4]. La région est une zone de peuplement celte puis gallo-romaine. L'activité commerciale des Romains entraînent la construction de voies de communications et l'exploitation du sous-sol de Mosellum[M 3]. Des colonies s'installent aux endroits où les matériaux affleurent. Les mines exploitent le fer, le calcaire, pierre à chaux[M 5]. Une paroisse existe à Mouzeil dès le Ve siècle[F 1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle une partie de la population de Mouzeil est tuée, les habitations incendiées par les Vikings. À cette époque les moines d'Indre construisent des lieux de cultes, des prieurés ou un moine est chargé d'un territoire. Ces territoires sont la base des paroisses, celle de Mouzeil tire son origine de cette période[M 6]. Les Vikings sont chassés en 938 par Alain Barbetorte. Mouzeil passe sous domination bretonne, et fait partie des Marches de Bretagne, aux confins de la Bretagne, de l'Anjou et du royaume de France. Le découpage féodal place Mouzeil dans la baronnie d'Ancenis, dans le Comté de Nantes. La région autour de Mouzeil subit les dommages liés aux combats menés par Henri II Plantagenêt en 1174, par Jean sans Terre en 1214, ceux de la guerre de Succession de Bretagne entre 1341 et 1368. En 1488, les armées de Charles VIII assiègent Ancenis, pillant Mouzeil et les environs[M 7].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La région d'Ancenis recèle un gisement de charbon qui appartient à un filon s'étendant sur une centaine de kilomètres, dont la moitié en Loire-Inférieure. L'exploitation du charbon remonte à l'Antiquité, mais s'accroît sous l'Ancien Régime ; Mouzeil compte quelques dizaines de mineurs au XVIIe siècle[M 8].

Révolution[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution française, Mouzeil, contrairement à beaucoup de communes de la région, est favorable à la République. Alors que la plupart des municipalités se trouvant dans le district d'Ancenis n'envoient pas de volontaires dans la Garde nationale, Mouzeil en envoie cinq sur les douze du district (trois viennent de Belligné, trois autres de Riaillé et un de Trans-sur-Erdre). La commune ne participe pas au soulèvement chouan, mais subit pillage et meurtres[M 9].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'extraction de la houille prend de l'ampleur avec l'évolution des techniques : les puits d'aérage, le boisage[Note 1], l'exhaure. La profondeur d'exploitation autorisée passe à cent pieds en 1791. Cinq puits sont ouverts à Mouzeil entre 1820 et 1826[M 10], notamment en 1825 un puits important est installé au sud-est du territoire de la commune. Un autre s'ouvre en 1838 au centre, près du village de la Bourgonnière. Six cents personnes sont employées dans ce secteur sur la commune en 1850[M 8].

En 1856 Napoléon III se rendant d'Angers à Nantes doit faire un détour par Mouzeil en raison d'une crue de la Loire. Les Mouzeillais l'acclamant à son passage, l'Empereur s'arrête, et accorde à une femme venue lui offrir des fleurs la réalisation de deux vœux qu'elle émet : la création d'un relais de poste et l'autorisation d'ouvrir une auberge à Boulay-les-Mines, au Petit-Boulay. L'auberge du Cheval blanc (couleur du cheval tractant l'Empereur) et le relai de poste sont créés[M 11].

Depuis le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les mines ferment en 1911, rouvrent épisodiquement pendant les deux guerres mondiales, avant de cesser définitivement leur activité[M 12]. Cent cinquante personnes sont employées à Mouzeil lors de la fermeture[M 13]. Pour les concessions des mines de Mouzeil-Montrelais, il est compté 79 morts par accident du travail entre 1819 et 1909, principalement à Mouzeil. Les conditions de travail sont dures, les mesures de sécurité et précautions tardives[M 14].

Une ligne de chemin de fer, la ligne Segré - Nantes-État est ouverte en 1885. Une halte est placée sur le territoire de Teillé, mais plus proche du bourg de Mouzeil que de celui de Teillé, tout proche des mines au sud de Mouzeil[M 15]. Le service transport de voyageurs ferme en 1939[M 16], celui destiné aux marchandises s'arrête en 1988[M 17]. Lors de la Première Guerre mondiale, 46 Mouzeillais sont morts, soit le quart des mobilisés de la commune[M 18]. L'abandon de l'activité minière a donné à l'agriculture une place prépondérante dans l'économie de la commune. La proximité de Nantes, Carquefou et Ancenis assurent à Mouzeil dès la fin du XXe siècle un dynamisme démographique[F 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mouzeil est située dans le canton de Ligné, arrondissement d'Ancenis, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[7]. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 1 500 et 2 500 habitants, le conseil municipal est constitué de dix-neuf membres en 2011[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Louis Baudoin    
1792 1793 René Jourdon    
1793  ? Jean Chapeau, Gabriel Baudoin, Adrien Gros   commissaires
 ?  ? Jean Chapeau, Jean Cruaud, Christophe Mercier   commissaires
1800 1807 Jean Cruaud    
1807 1815 René Jourdon[M 19]    
1815 1828 Jean Amiot    
1828 1832 Pierre Baudoin    
1832 1843 Louis Corroyer   directeur des mines et des fours à chaux
1843 1846 Pierre Godard   gérant des mines
1846 1851 Jean Baudoin    
1851 1852 Jean Leduc    
1852 1855 Jean Baudoin    
1855 1865 Jean Bossard    
1865 octobre 1870 Jean Leduc    
octobre 1870 avril 1871 Félix Baudoin, Félix Rouxeau, Alexandre Cordeau, Eugène Bunel, Jean Chapeau   commission nommée par le préfet
1871 1878 Pierre Ouary    
1878 1886 Félix Baudoin    
1886 1896 Jean Chapeau-Bourgeois    
1896 1919 Julien Cottineau    
1919 1943 Alexandre Lermite    
1943 1944 Jean Guérin    
1944 1951 Alexandre Chauveau    
1951 1959 Eugène Cruaud    
1959 1971 Jean Jourdon    
1971 1983 Louis Michaud    
1983 1995 Jean Colas    
1995 en cours Hervé Bréhier[Note 2] UDF puis MoDem puis NC retraité de la fonction publique, président de la Communauté de communes du pays d'Ancenis
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Mouzeil est membre de la communauté de communes du Pays d'Ancenis, qui est constituée de vingt-neuf communes regroupées autour d'Ancenis. La commune est représentée au conseil intercommunal par le maire et deux élus communautaires[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 27 mars 2011, Mouzeil n'est liée par aucun accord de jumelage[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Mouzeil est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire[11].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 825 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 781 816 974 1 333 1 402 1 434 1 578 1 443
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 566 1 555 1 629 1 565 1 615 1 561 1 533 1 406 1 505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 363 1 357 1 114 1 064 959 927 903 855 826
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
836 790 720 872 1 190 1 213 1 520 1 825 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[14])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Mouzeil en 2009 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,2 
2,6 
75 à 89 ans
4,6 
7,4 
60 à 74 ans
6,0 
16,1 
45 à 59 ans
15,4 
29,7 
30 à 44 ans
26,8 
16,2 
15 à 29 ans
16,2 
27,7 
0 à 14 ans
30,8 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Patrimoine et culture locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle la mairie est installée dans une grande maison bâtie au début du XIIIe siècle pour la famille de Charbonneau. La bâtisse est en pierre et tuffeau[F 1].

L'église Saint-Pierre date en partie du XIIIe siècle. C'est à cette période qu'est construite une chapelle seigneuriale. Un clocher et une nef sont attestés en 1686. Un nouveau clocher est construit en 1724. Pour faire face à l'augmentation de population, une croisée de transept est ajoutée entre 1848 et 1852. L'église abrite des statues : un Christ en Croix, un saint Jean-Baptiste, une sainte Emérance et un saint Pol de Léon datant du XIVe siècle. Ces œuvres bretonnes révèlent une influence byzantine[F 2]. On trouve également dans l'église un bénitier et des fonts baptismaux de marbre datant du XVIIIe siècle[F 3].

Le château de Cope-Choux est construit dans la seconde moitié du XIXe siècle pour M. Decroix, propriétaire des fours à chaux. Il est possible qu'un bâtiment antérieur ait existé sur le domaine[F 4].

  • Parc de sculptures monumentales de la Petite Fournerie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Technique de menuiserie destinée à retenir les terres lors de creusement de tranchées ou de galeries de mine.
  2. Réélu en 2001, 2008 et 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Gilbert Massard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique,‎ 1999 (voir en bibliographie).
  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Flohic_p517.
  2. p. 517-518
  3. p. 518
  4. p. 519
  1. a et b p. 14
  2. p. 16
  3. a et b p. 12
  4. p. 14-15
  5. p. 13
  6. p. 17-18
  7. p. 18-19
  8. a et b p. 132-133
  9. p. 98-99
  10. p. 138
  11. p. 127-128
  12. p. 168
  13. p. 179
  14. p. 180-181
  15. p. 269
  16. p. 261
  17. p. 257-258
  18. p. 288
  19. p. 124
  • Autres références.
  1. a et b Plan topographique de Mouzeil sur Géoportail.
  2. « Visualiseur Infoterre, carte géologique au 1/50000e », sur infoterre.brgm.fr (consulté le 27 mars 2011)
  3. « Carte France - Climat », sur site CartesFrance.fr (consulté le 1er mars 2011)
  4. a, b et c Relevés 1961-1990 « Normale et records - Nantes, Loire-Atlantique (44), 26 m - 1961-1990 », sur site infoclimat,‎ 21/03/2010 (consulté le 23 mars 2011)
  5. « Retranchement ou déclassement de lignes ou sections de lignes des chemins de fer français », sur lignes-oubliees.com (consulté le 27 mars 2011)
  6. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  7. « Fiche de la commune de Mouzeil », sur insee.fr (consulté le 8 avril 2011)
  8. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  9. « Mouzeil », sur Communauté de commune du Pays d'Ancenis (consulté le 23 mars 2011)
  10. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 27 mar 2011)
  11. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 27 mars 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  14. « Mouzeil 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  15. « Résultats du recensement de la population - Mouzeil - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  16. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Gilbert Massard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 1127-1129 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Georges Mehran, Mouzeil d'hier à aujourd'hui, Mouzeil,‎ 1997, 318 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article (consultable à la bibliothèque Jacques Demy à Nantes, cote 944.167 MOU)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :