Mouvement socio-libéral (Suisse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouvement socio-libéral
(de) Sozial-liberale Bewegung
(it) Movimento social-liberale
Image illustrative de l'article Mouvement socio-libéral (Suisse)
Logo officiel
Présentation
Président Samuel Schmid
Fondation 2011
Siège MLS Suisse

Balderstrasse 13
3007 Berne

Idéologie conservatisme social[1]
Couleurs orange
Site web www.msl-suisse.ch
Présidents de groupe
Conseillers fédéraux -
Représentation
Conseillers nationaux
0 / 200
Conseillers aux États
0 / 46

Le Mouvement socio-libéral (MSL), appelé en allemand Sozial-Liberale Bewegung (SLB) et en italien Movimento social-liberale[2] (MSL), est un parti politique suisse. Samuel Schmid, député au Grand Conseil argovien jusqu'en 2012 en est le président depuis sa création le 23 avril 2011[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ricardo Lumengo, conseiller national est accusé de fraude électorale en 2010. Élu lors des élections fédérales suisses de 2007 sur les listes du Parti socialiste suisse, ce dernier en est exclu dès que le Tribunal d'arrondissement de Bienne l'ait condamné pour fraude électorale[3]. Ayant porté l'affaire devant la Cour Suprême du Canton de Berne, ce dernier est acquitté en mai 2011[4]. Il annonce rejoindre le Mouvement socio-libéral le 16 juin 2011 et son intention de briguer un nouveau mandat lors des élections fédérales suisses de 2011 sous les couleurs de ce parti[5] mais n'est pas ré-élu.

Force politique[modifier | modifier le code]

Au niveau national[modifier | modifier le code]

  • Ricardo Lumengo fut Conseiller national pour le canton de Berne jusqu'en 2011.

Au niveau cantonal[modifier | modifier le code]

  • Samuel Schmid, élu sous l'étiquette de l'UDF, fut député MSL au Grand Conseil argovien de 2011 à 2012.
  • Beat Leuenberger, élu sous l'étiquette de l'UDC, fut député MSL pour la fin de la législature de 2012 à 2012.

Au niveau communal[modifier | modifier le code]

Le parti revendique une centaine de membres et trois sections, dans les cantons de Berne, Zurich et Argovie[7].

Orientations[modifier | modifier le code]

Le MSL revendique une orientation sociale en s'engageant pour « davantage de sécurité et de justice »[8] et libérale principalement sur les questions de libertés individuelles[9].

Le parti revendique une position neutre concernant le plan religieux. Toutefois, son président, Samuel Schmid, fut élu sous l'étiquette de l'UDF[10], parti protestant-conservateur, qui lança notamment l'Initiative populaire « Contre la construction de minarets ».

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Foppa: Und noch eine soziale und liberale Partei (« Et encore un parti social et liberal »), Tages-Anzeiger, 23 avril 2011 (allemand). Consulté le 30 juin 2011.
  2. Lumengo si ricandida al Nazionale, Radio-télévision suisse de langue italienne, consulté le 30 juin 2011
  3. Ricardo Lumengo quitte le Parti socialiste, mais reste à Berne, La Tribune de Genève, consulté le 30 juin 2011
  4. Le conseiller national Ricardo Lumengo n'a pas commis de fraude, La Tribune de Genève, consulté le 30 juin 2011
  5. Ricardo Lumengo se représente cet automne sous les couleurs du Mouvement socio-libéral, Le Journal du Jura, consulté le 30 juin 2011
  6. Les candidats de Passerelle visent le Municipal, Le Journal du Jura, consulté le 30 juin 2011
  7. Fédérales 2011: Lumengo en lice pour le Mouvement socio-libéral, Swissinfo, consulté le 30 juin 2011
  8. MSL – pour davantage de sécurité et de justice
  9. MSL – pour davantage de liberté et de développement
  10. Gesamterneuerungswahlen des Grossen Rates 2009 - Samuel Schmid, Grand conseil argovien, consulté le 30 juin 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]