Mouvement pour l'indépendance, la renaissance et l'intégration africaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Mouvement pour l'indépendance, la renaissance et l'intégration africaine (Miria) créé en 1994 par des dissidents de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-Pasj) est un parti politique malien.

Historique[modifier | modifier le code]

En opposition à Alpha Oumar Konaré et Ibrahim Boubacar Keïta[modifier | modifier le code]

Le Miria a été créé par des militants proches de Mamadou Lamine Traoré qui a quitté l’Adema-Pasj en septembre 1994 lors de la nomination du Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta à la présidence du parti présidentiel. Le secrétariat exécutif national du nouveau parti comprend 23 membres dont plusieurs anciens responsables de l’Adema-Pasj comme Mohamedoune Dicko, ancien secrétaire politique, Tiémoko Sangaré, ancien président du groupe parlementaire, Samba Sidibé, ancien ministre de l’Équipement et sept députés[1]

Le Miria se positionne dans l’opposition à la politique mené par le président Alpha Oumar Konaré et le gouvernement. Il leur reproche de ne pas avoir fait les changements nécessaires par rapport à la politique de Moussa Traoré, notamment dans les domaines de l'éducation, de la santé ou de l'administration[2].

Le Miria boycotte les élections législatives et présidentielle de 1997.

Un allié du président Amadou Toumani Touré[modifier | modifier le code]

En 2002, le Miria soutient la candidature d’Amadou Toumani Touré[3] et présente, pour la, première fois, des candidats aux élections législatives[4].

Aux élections communales de 2004, il fait élire environ 130 conseillers communaux[5].

Le Miria a pour la première fois deux élus à l’Assemblée nationale lors des élections législatives maliennes de 2007[6].

Le Miria a tenu son 3e congrès le 27 février 2010. Mamadou Kassa Traoré a été élu au poste de président de ce parti[7].

2012, soutien à Ibrahim Boubacar Keïta[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 2011, neuf partis politiques, dont le Miria, ont rejoint le Rassemblement pour le Mali pour appeler à une candidature de l'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta à l'élection présidentielle malienne de 2012[8].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Le Miria au cours des élections depuis 1992
Année Élection Scores et observations
1997 Élection présidentielle A boycotté l’élection
1997 Élections législatives a boycotté les élections
1998 Élections communales
1999 Élections communales
2002 Élection présidentielle Soutient la candidature d’Amadou Toumani Touré
2002 Élections législatives
2004 Élections communales 130 conseillers communaux[5]
2007 Élection des conseillers nationaux pas d’élu
2007 Élection présidentielle Membre de l’Alliance pour la démocratie et le progrès qui a soutenu la candidature d’Amadou Toumani Touré[9]
2007 Élections législatives 2 députés (sur 147) [6]
2009 Élections communales 99 conseillers[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des dissidents de l'Adema créent un parti, le MIRIA, afrique-Express, 23 décembre 1994 [1]
  2. Pas assez de changements ? : accusations d'un parti d'opposition contre le pouvoir, Afrique express, N° 100 du vendredi 1er décembre 1995, [2]
  3. MDC: 5 pour la plate-forme, 4 pour soutenir ATT, L’Essor, 12 mars 2002 [3]
  4. Législatives 2002: MIRIA : un autre angle de combat, L’Essor, 5 juillet 2002 [4]
  5. a et b Parti: le MIRIA au sortir des municipales, L’Essor, 3 août 2004
  6. a et b Base de données de l’Union interparlementaire [5]
  7. Bruno D Segbedji, « Mamadou K.Traoré dénonce «l'affairisme au sein de l’Etat» », L'Indépendant,‎ 3 mars 2010 (lire en ligne) ; O Dembélé, « Parti : le Miria choisit koutiala pour se remobiliser », L’Essor,‎ 8 mars 2010
  8. Modibo Fofana, « IBK plébiscité pour 2012 », Journaldumali.com,‎ 31 octobre 2011
  9. S. Doumbia, Conférence nationale : Le Miria toujours avec ATT, L’Essor, 19 décembre 2006
  10. Mali, Ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales, Nombre de conseillers communaux obtenus par partis, 2009 [6]