Mouvement lavallois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouvement lavallois
Présentation
Chef Marc Demers
Fondation 3 mars 2009
Siège Laval, Québec
Niveau municipal
Président Anthony Giosi
Idéologie Social-démocratie
Site web www.mouvementlavallois.org

Le Mouvement lavallois (ML) est un parti politique œuvrant sur la scène municipale dans la Ville de Laval au Québec, depuis mars 2009. À la suite des élections municipales du 3 novembre 2013, il prend le pouvoir avec l'élection de son candidat à la mairie, Marc Demers et de 17 de ses 21 candidats aux postes de conseillers municipaux [1],[2].

Fondation[modifier | modifier le code]

Le Mouvement lavallois a été formé à l'automne 2008 par un groupe de citoyens désirant offrir une alternative à l'administration en place. Il est officiellement reconnu par le Directeur général des élections du Québec le 3 mars 2009.

Aux élections municipales de 2005 à Laval au Québec, 9 candidats du parti au pouvoir ont été ré-élus sans opposition[3]. C'est la principale raison qui a amené David De Cotis, le fondateur du Mouvement lavallois, en politique municipale. Après s'être affilié à un tierce parti ne répondant pas véritablement à ses valeurs, il fonde le Mouvement lavallois dans le but de ramener la démocratie et la transparence dans l'administration municipale lavalloise.

Croissance[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 2009, le parti progresse et s'affirme rapidement sur la scène lavalloise. Aux élections du 1er novembre 2009, c'est le seul parti à présenter une équipe complète contre l'équipe sortante.

Deux des ex-candidats à la mairie de Laval ont annoncé publiquement leur appui au Mouvement lavallois[4]. L'un d'eux, Émilio Migliozzi, a même joint ses rangs et s'est présenté comme candidat à un poste de conseiller.

Bien qu'aucun candidat n'a été élu aux élections du 1er novembre 2009[5], les résultats sont des plus clairs. En huit mois d'existence, le Mouvement lavallois a récolté pour la mairie près de 23 % des voix exprimées, faisant de Lydia Aboulian la plus sérieuse prétendante au poste de maire.

L'élections de 2013 confirme la progression du Mouvement lavallois, alors que son chef et candidat à la mairie, Marc Demers est élu sur le thème de la transparance avec une large avance de plus de 23 000 votes sur son plus proche rival. C'est aussi 17 des 21 postes de conseillers qui sont comblés par les candidats du Mouvement [2].

Orientations socio-politiques[modifier | modifier le code]

Le Mouvement lavallois garde dans ses objectifs premiers de ramener la transparence dans l'administration de la Ville et de développer un sentiment d'appartenance chez les citoyens.

Chefs du Mouvement lavallois[modifier | modifier le code]

Nom Chef
Lydia Aboulian De septembre 2009 à juin 2013
Marc Demers Depuis le 5 juin 2013

Lydia Aboulian a choisi de poursuivre sa carrière professionnelle plutôt que de se représenter comme candidate pour la mairie de Laval. Le Mouvement lavallois a choisi Marc Demers, un policier de Laval retraité, pour lui succéder. La candidature de Marc Demers fut sujette à la controverse dès son annonce : plusieurs médias ont invoqués que monsieur Demers ne peut être candidat, puisqu'il n'était pas résident à Laval dans la période prescrite selon la loi[6],[7]. Le candidat à la mairie lors de cette élection, Jacques Foucher, après avoir annoncé qu'il ne souhaitait pas contester l'élection de M. Demers [8] est passé à l'action [9]. Finalement, le 17 décembre 2014, Marc Demers est confirmé dans son rôle de maire par un jugement de la Cour supérieure du Québec.[10]

Présidents du Mouvement lavallois[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]