Mouvement des droits civiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Mouvement des droits civiques se réfère habituellement au mouvement éponyme aux États-Unis dans les années 1950-60, sous la pression duquel la ségrégation raciale a été abolie, tandis que les Noirs américains ont obtenu la jouissance de leurs droits civiques élémentaires (en particulier par le Civil Rights Act et le Voting Rights Act). En un sens plus étendu, on peut qualifier de « mouvement des droits civiques » tout mouvement social visant à obtenir, d'une manière ou d'une autre, le respect des droits civiques impartis à chaque citoyen d'un pays. En ce sens, la Northern Ireland Civil Rights Association (Association des droits civiques d'Irlande du Nord), fondée en 1967, s'inspirait explicitement des méthodes du mouvement américain des droits civiques. La lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud peut aussi être comprise comme telle, de même que le premier féminisme qui se concentrait sur la lutte pour l'égalité politique.

Si l'objectif initial des luttes pour les droits civiques se rapportait directement à l'obtention de ceux-ci, ces mouvements ont tous été, peu ou prou, traversé par des problématiques sociales et culturelles. Ainsi, le second féminisme s'est concentré sur la domination sociale (non directement « politique »), Martin Luther King lui-même évolua vers une attention plus grande portée aux problèmes sociaux, tandis que le Black Panther Party revendiquait ouvertement la « question sociale et raciale » comme domaine privilégié de son intervention. Ainsi, un certain nombre d'activistes du mouvement des droits civiques ont évolué, à l'instar de Stokely Carmichael, soit vers davantage de radicalité, soit vers une extension des thèmes abordés, allant bien au-delà de seules questions juridiques et « politiques ».

En cela, ces mouvements ont aussi été appelés nouveaux mouvements sociaux (New Social Movements) et sont très proches de la « New Left » (ou Nouvelle Gauche), lesquels se préoccupaient non seulement de luttes contre la domination politique ou l'exploitation économique, mais aussi de luttes écologistes, ou de « luttes de subjectivation » (Michel Foucault) ou « Empowerment »).

Voir aussi[modifier | modifier le code]