Mouvement de Schönstatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo du Mouvement de Schönstatt

Le Mouvement de Schönstatt est une communauté catholique regroupant des laïcs et des personnes consacrées (prêtres, religieuses, célibataires consacrés). Il compte environ 100 000 membres dans le monde.

Parmi eux, se trouvent 300 prêtres et 300 séminaristes, les Pères de Schoenstatt[1] qui ne font partie d'aucun diocèse et 200 prêtres diocésains, membres de l'Institut de Schoenstatt des Prêtres diocésains. Il y a également 300 religieuses séculaires appelées femmes de Schönstatt et 200 Sœurs de Marie de Schoenstatt, plus retirées du Monde que les premières. Enfin, font aussi partie du mouvement de Schoenstatt l'Institut de Schoenstatt des frères de Marie qui est un institut séculier pour les laïcs de sexe masculin et l'Institut des familles de Schönstatt qui compte 300 couples.

Parmi les groupes de jeunes se trouve les jeunes hommes de Schönstatt et le mouvement de Schönstatt filles et jeunes femmes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Mouvement de Schönstatt a été fondé en 1914 par le père Joseph Kentenich dans le petit séminaire des pères pallottins à Vallendar près de Coblence (Koblenz). À l’origine un simple groupe de spiritualité mariale, le Mouvement de Schönstatt a déjà connu un grand essor dans les années 1930. Le Mouvement apostolique de Schönstatt regroupe aujourd'hui plus de 100 000 membres dans le monde entier. Les fidèles du mouvement reconstruisent à l'identique la chapelle où est né le mouvement partout où une famille souhaite recevoir le mouvement à travers le Monde. Ses fidèles affirment que de nombreuses grâces sont reçues là où le mouvement s'implante. Le mouvement est présent dans 42 pays dont 17 en Europe, 10 en Amérique, 6 en Afrique et 5 en Asie[2], mais à travers les pèlerins de la mère de Dieu, il a fait des actions dans déjà 110 pays[3].

En Europe, il existe des centres de Schönstatt en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en Hongrie, en Croatie, en Pologne, en Tchéquie, au Royaume-Uni, en France, en Italie, en Espagne et au Portugal[4]. En France, le mouvement a un sanctuaire à Cambrai. En Suisse, le mouvement est très répandu avec 7 sanctuaires, dans un total de 3 cantons différents. En Belgique, le mouvement est en plein essort mais il n'existe pas encore de sanctuaire.

Spiritualité[modifier | modifier le code]

La devise du mouvement est dédiée à la Sainte Vierge et dit « Rien sans toi. Rien sans nous. » ou en allemand "Nichts ohne dich. Nichts ohne uns."

La sainteté au quotidien prônée à Schönstatt, pour tous y compris les laïcs.

Une spiritualité mariale.

La foi pratique en la Divine Providence.

La spiritualité de l'instrument.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Lejeune, Schönstatt chemin d'alliance : Joseph Kentenich, 1885-1968. Coauteur Adélaïde Lejeune ; préface de René Laurentin. Paris : Saint-Paul, 1985.