Mouvement cécilien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Mouvement cécilien de réforme ecclésiastique a surtout été centré sur l'Italie mais reçut une impulsion importante à Ratisbonne (Regensburg), en Allemagne, où Franz Xaver Haberl tenait une Kirchenmusikschule (école de musique d'église) de renommée mondiale (Haberl était aussi le maître de chapelle de la cathédrale de Ratisbonne, où il dirigeait un chœur hautement spécialisé dans le chant grégorien et la musique polyphonique).

Le Mouvement cécilien souhaitait prendre un nouveau virage (ou visage) après à une période d'environ cent ans (pratiquement tout le XIXe siècle) où le chant grégorien avait pris une place trop souvent secondaire dans les messes catholiques. Les musiciens de beaucoup d'églises avaient le désir de redonner vie au chant authentique de l'église, de même qu'à l'esprit de la polyphonie, qui avait trouvé son plein épanouissement à la Renaissance, grâce à des auteurs comme Palestrina, Roland de Lassus, Victoria, Felice Anerio, etc. Il s'agissait de débarrasser la mise en musique des textes liturgiques du style profane emprunté à la musique d'opéra. Avant Lorenzo Perosi, Giovanni Tebaldini, son prédécesseur à la Basilique Saint-Marc de Venise, était un des dirigeants de ce mouvement placé sous le patronage de Sainte Cécile, protectrice de la musique. Comme Tebaldini le reconnaissait lui-même, c'est Perosi qui avait amené la réalisation de ces espérances - avec le soutien du futur Pape Pie X et de son Motu Proprio Tra le sollecitudini (1903). Ce travail fut lui aussi effectué en collaboration puisque Perosi participa à sa rédaction. L'influence de Perosi, de même que celle de Pie X, était si forte que non seulement le plain-chant et la polyphonie entrèrent de nouveau dans le répertoire catholique, mais les travaux de Perosi — dès 1890 jusqu'à la Première Guerre mondiale et au-delà — furent de beaucoup les œuvres les plus largement chantées dans l'Église catholique de Rome et d'Italie. Ailleurs leur influence et celle de l'encyclique se firent sentir également.

Références[modifier | modifier le code]