Mouthier-en-Bresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouthier-en-Bresse
L'église de Saint-Vite.
L'église de Saint-Vite.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Pierre-de-Bresse
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Pierre-de-Bresse
Maire
Mandat
Pierre Nicolle
2008-2014
Code postal 71270
Code commune 71326
Démographie
Population
municipale
410 hab. (2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 34″ N 5° 23′ 20″ E / 46.8594444444, 5.38888888889 ()46° 51′ 34″ Nord 5° 23′ 20″ Est / 46.8594444444, 5.38888888889 ()  
Altitude Min. 187 m – Max. 217 m
Superficie 30,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouthier-en-Bresse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouthier-en-Bresse

Mouthier-en-Bresse est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mouthier fait partie de la Bresse bourguignonne, et est plus spécifiquement dans la Bresse louhannaise, avec Bellevesvre et Pierre-de-Bresse, à l’opposé de la Bresse comtoise avec Chaumergy et Chapelle-Voland. La commune est très étendue. Sa superficie est de 3032 ha, dont 800 sont boisés. Elle est traversée par une petite rivière, la Brenne.

Le village, situé à 30 km de Lons-le-Saunier et Louhans, 35 km de Dole, 45 km de Chalon-sur-Saône, 70 km de Dijon et 140 km de Lyon, est assez isolé.

Et c'est la deuxième superficie de Saône-et-Loire

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Mouthier-en-Bresse est limitrophe de onze autres communes, dont six sont situées dans le département du Jura.

Rose des vents Neublans-Abergement (Jura)
Authumes
Petit-Noir, Les Hays, Les Essards-Taignevaux
(Jura)
Rye
(Jura)
Rose des vents
La Chapelle-Saint-Sauveur, Torpes N Beauvernois
O    Mouthier-en-Bresse    E
S
Bellevesvre Chapelle-Voland (Jura)

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et période monastique[modifier | modifier le code]

Le territoire local a été occupé dès l'Antiquité, mais la nature du sol humide, argileux, dépourvu de pierres, n'a pas permis l'érection de monuments durables. Toutefois, de nombreuses traces sont encore visibles sur le terrain : sites jonchés de débris de tuiles et briques d'époque gallo-romaine, tessons, traces visibles de voies romaines.

Mouthier doit son nom à son monastère (moustier = couvent).
Bien avant l'an mille, des moines sont venus s'installer dans ce lieu : il est à peu près certain que Mouthier fut évangélisé par Saint-Lautein (470-547) et que celui-ci fonda le monastère dont il ne reste plus rien aujourd'hui. Celui-ci est mentionné en 926 dans un testament de l'abbé Bernon, premier abbé de Cluny, sous le nom d'Ethice, puis dans différents titres en date de 1089, 1107, 1111, 1159... sous les noms de « Cenobium Ethicense », « Abbatia », « Monastérium », « Ecclesia Si Eugendi Ethicae » ou encore « Ethicencis ». (Au XVe siècle, il sera finalement nommé « Monastérium in Brixia » dans le catalogue des bénéfices de l'abbaye de Cluny.
La cohésion religieuse grandissant au Xe siècle, c'est sous l'autorité de l'abbé Bernon, que le couvent de Mouthier fut uni aux abbayes de Gigny, Baume-les-Messieurs et Silèce (Saint-Lothain), toutes « filles » de celle de Cluny.

À sa mort, en 927, l'abbé Bernon légua le gouvernement de Baume, Gigny, Ethice et Silèce à un parent, et celui de Cluny à un autre disciple. Le destin du prieuré de Mouthier rejoint celui de Baume et se sépare désormais de celui de Cluny.

Jusqu'au XVIe siècle, le tissu des relations étroites entre les monastères reste solide, mais aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, les moines cédèrent les fonctions curiales à un prêtre séculier, les prieurs étaient « commendataires », nommés par le roi, ils avaient la jouissance des revenus de l'abbaye. Laïcs, ils laissaient souvent l'administration spirituelle du monastère à des prieurs claustraux ou des prêtres desservant le prieuré. À partir de 1771, les moines, peu assidus à la vie monastique abandonnèrent le prieuré qui fut réuni au chapitre de Baume. Les bâtiments claustraux abritèrent le régisseur de l'abbé commendataire, servirent à la fois de mairie et d'école, l'église du couvent - l'église de Saint-Oyant - servit de remise à bois.
À la Révolution, les biens du prieuré furent nationalisés, bâtiments démolis et vendus par lots, mobilier et ornements vendus (fondus en monnaie) malgré la supplique du curé paroissial et de la municipalité de l'époque adressée aux administrateurs du département. Le moulin du prieuré fut vendu en état en 1792.

Seigneuries[modifier | modifier le code]

Le territoire de Mouthier fut placé sous la dépendance de 4 seigneuries :

  • la baronnie de Bellevesvre (seigneur du clocher de Mouthier, suzerain sur les hameaux de Four-en-Chaux, La Ronce, Les Creuillons, Le Rond, une partie d'Hiège et La Verne). Son château se trouvait à Bellevesvre.
  • la baronnie de Dissey (suzerain sur les hameaux de Dissey, Le Colombier, Les Champs, Les Rattes). Le château existait encore au Colombier en 1634. Il disparut peu après, quelques traces sont encore visibles au sol.
  • les seigneuries d'Hiège-Evans tenaient leurs fiefs du baron de Bellevesvre, régnaient sur les hameaux d'Evans, l'autre partie d'Hiège, Les Bigueurs, Le Tilleret, Chêne-Sec. Le château, plutôt une maison forte, existait encore en 1778 à la dernière rénovation du terrier, le puits subsiste toujours au hameau d'Evans.
  • la seigneurie d'Authumes (issue de la baronnie de Pierre) régnait sur les hameaux de Chouillère, Favry et sur Authumes, où les restes du château sont encore imposants.

Chaque quartier avait donc ses redevances propres selon son appartenance à l'une ou l'autre de ces seigneuries. Les seigneurs avaient depuis longtemps fait établir par leurs notaires des actes de reconnaissance de leurs droits sur leurs sujets.

La paroisse de Mouthier[modifier | modifier le code]

Mouthier posséda deux églises : celle du prieuré, l'église de Saint-Oyant, très vaste, était réservée au monastère ; l'autre plus modeste, l'église de Saint-Vite bâtie juste à côté sous la protection du seigneur de Bellevesvre, était l'église paroissiale. En 1783, les habitants, attachés à leur église, demandent le réparation de celle de Saint-Vite et refusent d'occuper celle de Saint-Oyant pourtant plus vaste : un gros budget de réparation s'engage donc, accordé par la subdélégation de Seurre : clocher, toit de la nef, chapelle latérale, porte, carrelage, sacrisite, chœur.

La paroisse de Mouthier était considérable, englobant les territoires de « Mouthier rive gauche de la Brenne » et de « Dissey rive droite » , avec Beauvernois, Chêne-Sec, Le Tilleret, Teignevaux, Saint-Martin, Chalange. Responsable de 2158 paroissiens en 1791, le curé demandait des assistants pour le seconder dans sa trop lourde tâche. L'actuelle église, incendiée en 1855, puis réparée, renferme la pierre légendaire de Saint-Vite, sur laquelle le saint fut martyrisé par les Romains et rapportée du royaume de Naples ; elle renferme aussi une piéta, sculpture polychrome toute de bois du XVIe siècle, ainsi que quatre bâtons de pèlerin magnifiquement travaillés, classés au registre des monuments historiques.

La communauté administrative de Mouthier à la Révolution[modifier | modifier le code]

En 1790, la communauté regroupe trois zones administratives distinctes :

  • « Mouthier rive gauche » qui englobait Le Bourg, Hiège, Evans, Le Rond, Les Creuillons, La Ronce, Four-en-Chaux, administrée par un échevin élu, mais aux pouvoirs limités ;
  • Beauvernois qui recouvre Le Tilleret, Les Bigueurs, Chêne-Sec administrée par le même échevin que Mouthier ;
  • « Dissey rive droite » qui englobait Dissey, Les Champs, Les Rattes, La Verne, Chouillère, Favry, administrée par son propre échevin élu ;

Ces trois communautés étaient souvent appelées à travailler ensemble pour de mêmes causes. En 1789, deux d'entre elles, Mouthier et Dissey, seront réunies pour former l'actuelle commune de Mouthier, séparées désormais de la commune de Beauvernois en Saône-et-Loire, celles du Tilleret et de Chêne-Sec en Franche-Comté.

Hiège[modifier | modifier le code]

Le nom de Hiège provient de "aqua" , eau en latin, qui a donné "aige " en patois pour désigner un canal d'irrigation.

L'école[modifier | modifier le code]

Les premiers instituteurs furent les moines, et les écoles étaient annexées au monastère, encore en 1783, malgré leurs départs.

En 1695, une ordonnance de Louis XIV laissa aux habitants la faculté de choisir leur recteur d'école, mais l'avis du curé était indispensable. Les instituteurs communaux passaient un marché avec la municipalité qui les rétribuait ; ils s'engageaient aussi à assister le curé à la messe, chanter les vespres, assister aux enterrements, mariages, baptêmes, nettoyer, décorer l'autel... Mouthier, étant une très vaste paroisse, eut très tôt plusieurs écoles avant 1691 : au prieuré, à Chouillère, parfois au domicile des maîtres-adjoints. Le hameau de Chouillère avait des instituteurs irréguliers qui tenaient école dans l'une ou l'autre des maisons du hameau, souvent dans la « maison des grenouilles », à Charbonnière.
En 1748, la paroisse acheta au bourg une propriété pour y construire une école communale et loger le recteur, mais en 1783, celle-ci n'est pas encore construite (emplacement probable de l'actuelle mairie).

En 1847, s'ouvre la première école communale de filles ; en 1849, les sœurs de la Providence de Portieux en ouvrent une autre qui connait un vif succès (120 élèves) ; des conflits fréquents opposeront la commune et cette école libre ; en 1868, la commune vote alors la gratuité absolue des écoles communales. On construit l'école de hameau à Chouillère, avec une classe de filles et une classe de garçons en 1889.

En 1892, l'école du bourg fut reconstruite en entier sur le même emplacement (actuellement mairie). Au début 1900, les instituteurs du bourg recevaient 150 élèves d'octobre à mars. En 1912, les effectifs sont tels que la commune engage la construction d'une nouvelle école pour les filles (l'actuelle école) si bien qu'en 1914, l'école libre, faute d'effectifs, doit fermer ses portes.

L'exode rural a très vite frappé le village. En 1965, il faut déjà fermer l'école de hameau. Au bourg, deux classes subsisteront jusqu'en 1988. Aujourd'hui, une seule classe est ouverte, la municipalité a demandé son entrée dans le regroupement pédagogique intercommunal de Bellevevsre et Torpes, en 1988. Ce sont les enfants de grande section maternelle et de cours préparatoire de Mouthier, Bellevesvre, Torpes et Beauvernois qui remplissent depuis, cette classe. Heureusement, ils bénéficient du ramassage scolaire porte à porte par mini-bus matin, midi et soir.

Avant 1930, les enfants éloignés apportaient leur repas de midi, puis en 1930, on créa une cantine pour les mois d'hiver. Puis en 1945, celle-ci fonctionna toute l'année scolaire. Avec l'entrée en R.P.I., la cantine de Mouthier disparaîtra après sa fusion avec celle de Bellevesvre. Dans des locaux devenus trop exigus, la traditionnelle cantine prendra le statut de restaurant scolaire municipal dans un bâtiment neuf, construit à Bellevesvre et géré en commun par les communes du R.P.I.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie repose principalement sur l'agriculture, principalement la polyculture. Le territoire est inclus dans le domaine AOC pour la production du poulet de bresse.

Les nombreux commerces et artisanats (en 1910 : 6 aubergistes, 1 boulanger, 3 cantonniers, 3 charrons, 1 cordonnier, 4 épiciers-merciers, 3 forgerons, 2 garde-champêtres, 4 entreprises de battage, 4 maçons, 2 menuisiers, 3 meuniers, 1 perruquier, 5 sabotiers, 1 tonnelier, ...) ont pratiquement disparu. Mouthier conserve un important revendeur de matériel agricole et horticulture.

La commune devient progressivement une zone de villégiature, en raison de forêts giboyeuses, et de prairies ses prêtant bien à l'élevage de chevaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Louis Révy    
mars 2008 en cours Pierre Nicolle   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Bien que décimée, comme tous les villages des environs, lors des guerres contre les Francs-Comtois en 1636, Mouthier a connu une population importante. Village très rural, éloigné des grands axes routiers et des grands pôles économiques ou industriels, la population y a prospéré jusqu'en 1850 grâce à l'agriculture. L'industrialisation, qui a vidé le monde rural, a fortement touché le village dont la population continue à décroitre.

1793 1820 1836 1906 1911 1921 1931 1946 1962
1 442 1 503 1 703 1 649 1 575 1 349 1 141 943 704
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2009 - -
753 634 557 468 418 405 400 - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Base Insee[1],[2],[3].)


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne école de filles (école actuelle)
  • L'église héberge une vierge du XVIe siècle

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résultats du recensement de la population - Mouthier-en-Bresse », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  2. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  3. « Populations légales 2009 en vigueur le 1er janvier 2012 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Rebouillat, Histoire de Mouthier-en-Bresse, Bertrand,‎ 1908 (ISBN 2-7071-3443-0)