Mount and Blade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mount&Blade)
Aller à : navigation, rechercher
Mount and Blade
image

Éditeur Paradox Interactive
Développeur TaleWorlds
Concepteur Armağan Yavuz
Steve Negus
Cem Çimenbiçer

Date de sortie USA16 septembre 2008
EUR19 septembre 2008
Version 1.011 (3 novembre 2008)
Genre Action-RPG, stratégie en temps réel
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PC (Windows)
Média DVD, téléchargement (Steam, Taleworlds Webstore)
Langue Anglais
Contrôle Souris et clavier

Évaluation PEGI : 12+
ESRB : T
Configuration minimum - PC
Processeur 766 MHz
Mémoire vive 512 Mb
Carte graphique 64 Mb

Mount and Blade est un jeu vidéo action-RPG développé par TaleWorlds et sorti sur PC en 2008. Le jeu se déroule dans un univers d'inspiration médiévale mais sans élément de fantasy et propose au joueur de gérer une armée et un royaume et de livrer des batailles à d'autres armées, en mettant l'accent sur le combat de cavalerie réaliste.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule en Calradia, un monde où cinq factions se livrent des guerres incessantes, les Khergits, les Nords, les Rhodoks, les Swadians et les Vaegirs (qui rappellent respectivement les mongols, les vikings, les chevaliers européens, et les peuples slaves[réf. nécessaire]

Basé sur un gameplay non-linéaire, le jeu livre le joueur à lui-même qui est donc entièrement libre d'opérer comme bon lui semble : devenir marchand, pilleur, esclavagiste, mercenaire, prêter allégeance à un suzerain ou œuvrer pour un prétendant au trône. Le joueur peut se déplacer librement sur une carte du monde et visiter les villes, les villages et les châteaux sur sa route. Il peut également recruter des soldats pour monter une armée qui l'escorte et le protège des pilleurs et des seigneurs ennemis qui parcourent le monde ou pour prendre d'assaut les châteaux et les villes ennemis. Bien que le combat soit le principal aspect du jeu, il reste optionnel : le joueur peut par exemple gagner de l'argent et de l'expérience par le commerce de biens entre les villes, grâce à une mécanique d'économie basée sur l'offre et la demande. Le joueur peut, enfin, accomplir un certain nombre de quêtes pour le compte d'un seigneur ou d'une guilde commerciale, ou défendre l'honneur d'une dame.

Personnage et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le personnage du joueur possède quatre attributs principaux (Force, Agilité, Intelligence, Charisme) déterminés durant la phase de création du personnage par une suite de questions retraçant son origine et sa vie. Le jeu déduit alors une feuille de personnage (que le joueur peut retoucher) à laquelle est associé un certain nombre de compétences (premiers secours, athlétisme, équitation, commerce…) et cinq aptitudes de combats (arme à une main, arme à deux mains, arme de jet, arc, et arbalète).

Les compétences sont très diverses et liées aux attributs : le Charisme est nécessaire pour augmenter sa compétence de commerce et l'agilité pour la compétence archer monté. Certaines compétences sont personnelles (la plupart des compétences de combat), certaines liées au groupe (les compétences de soin) et d'autres réservées au leader (gestion des prisonniers).

À chaque montée de niveau, le joueur peut modifier ses attributs, compétences et aptitudes au combat. Ces dernières s'améliorent également par la pratique, la lecture de livres peut également améliorer certaines caractéristiques.

Enfin, les traits du visage sont entièrement personnalisables grâce à un système similaire à celui régissant la création d'un personnage dans Les Sims 2 ou The Elder Scrolls IV: Oblivion, une option random permettant la création d'un visage aléatoire. Après la création du personnage, il est possible de modifier à nouveau l'aspect du visage ou la coiffure.

Gestion des troupes[modifier | modifier le code]

Que le joueur décide d'être un guerrier ou un marchand, il a besoin de soldats pour l'accompagner. Il peut recruter des mercenaires dans les tavernes, ou chercher des volontaires dans les villages ; il peut également recruter chez les soldats qu'il délivre, ou chez les prisonniers - ces derniers ont cependant tendance à déserter rapidement. Ces soldats gagnent de l'expérience et évoluent selon le souhait du joueur suivant un arbre défini par leur origine (infanterie, tireur, cavaliers). Leurs caractéristiques et équipements ne sont en revanche pas modifiables.

Le joueur peut également rencontrer des compagnons, qui sont des personnages comme lui (configurables en aspect, compétences, équipement), et ne peuvent mourir au combat. Ils apportent des compétences que le groupe ne possède pas déjà (soin, repérage, etc.). Ils ont leur moral propre et peuvent quitter le joueur en cas de désaccord sur sa conduite. De même, ils ont leurs amitiés et inimités et peuvent quitter le joueur si celui-ci a déjà des compagnons avec lequel ils ne s'entendent pas.

En combat, on peut donner des ordres simples aux différents types de troupes, voire les positionner sur une carte simplifiée.

Sièges, villes, et châteaux[modifier | modifier le code]

Le joueur, œuvrant pour un suzerain, un prétendant, ou à son propre compte, peut s'attaquer aux possessions ennemies. Il peut piller les villages ou tenter de prendre villes et châteaux. Dans ce cas, un siège débute. Suivant l'endroit assiégé et les compétences du groupe en ingénierie, il faut un certain temps pour construire échelles ou tour d'assaut. Pendant ce temps, les troupes attaquées peuvent tenter une sortie. Il faut ensuite partir à l'assaut des remparts, puis nettoyer les rues, et se débarrasser des derniers retranchés dans le bastion. Une fois la ville ou le château pris, il revient au joueur s'il agit à son compte. Sinon, il revient au suzerain qui décidera à qui le donner. Le joueur peut se rebeller contre cette décision, faire sécession et garder la place forte.

Chaque château ou ville est associé à des villages qui rapportent de l'argent sous forme d'impôts. Il faudra alors les défendre contre les pillages, et éventuellement les améliorer (moulin, école, etc.).

Histoire du développement[modifier | modifier le code]

Durant son développement, le jeu était vendu sous forme de shareware, son prix augmentant avec l'avancement du développement, afin de favoriser les premiers acheteurs tout en récoltant l'argent permettant de continuer à développer le jeu. Paradox Interactive a acquis en janvier 2008 les droits d'édition du titre. Aujourd'hui, le développement est terminé, mais le principe de shareware reste en place, à prix fixe. La version gratuite du jeu permet de jouer jusqu'au niveau 8.

Le jeu est uniquement solo, mais une extension apportant un mode multi-joueurs est prévue pour la fin de l'été 2009.

Modding et extension[modifier | modifier le code]

Modding[modifier | modifier le code]

Tout au long de son développement, TaleWorlds a permis voire encouragé le modding du jeu. On trouve donc sur le forum officiel de nombreux mods, amélioration du jeu (textures HD, nouvelles armes, etc.), ou conversions totales. Des mods permettent également la traduction en français du jeu.

Suite[modifier | modifier le code]

Article principal : Mount and Blade: Warband.

Une suite, intitulée Mount and Blade: Warband, est sorti en 2010. Le principe du jeu reste le même mais ce nouvel opus intègre notamment un mode multijoueur et plus d'options diplomatiques, ainsi que des graphismes et une intelligence artificielle améliorés.

Réception par la critique[modifier | modifier le code]

En France, le jeu est passé relativement inaperçu, sans doute car il n'est sorti qu'en anglais. Canard PC salue son arrivée dans son numéro d'octobre 2008, Jeuxvideo.com lui donne 17/20[1], et Gamekult recense une note moyenne de 6.6/10[2].

Au niveau international, le jeu obtient 73/100 sur metacritic[3] et 75 % sur Game Rankings[4].

De façon générale, les critiques regrettent des graphismes et animations un peu dépassés, mais saluent un combat très réaliste et un jeu très addictif.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]