Mounir Fatmi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mounir Fatmi est un artiste marocain, né en 1970 à Tanger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1970 à Tanger,

mounir fatmi construit des espaces et des jeux de langage qui libèrent tout particulièrement la parole de ceux qui les regardent. Ses vidéos, installations, dessins, peintures ou sculptures mettent au jour nos ambiguïtés, nos doutes, nos peurs, nos désirs. Ils pointent l'actuel de notre monde, ce qui survient dans l'accident et en révèle la structure.

Son travail traite de la désacralisation de l'objet religieux, de la déconstruction et de la fin des dogmes et des idéologies. Il s'intéresse spécialement à l'idée de la mort de l'objet de consommation. Cela peut s'appliquer à des câbles d'antennes, des machines photocopieurs, des cassettes VHS, ainsi que à une langue morte ou à un mouvement politique. Bien qu'esthétiquement très séduisant, le travail de mounir fatmi offre un regard sur le monde à partir d'un autre angle de vue, en refusant d'être aveuglé par les conventions.

Ses œuvres ont été montrées au Migros Museum für Gegenarskunst, Zürich, Museum Kunst Palast, Düsseldorf, Centre Georges Pompidou, Paris, Moderna Museet, Stockholm et au Mori Art Museum de Tokyo. Il a participé à plusieurs biennales dont la 52e Biennale de Venise, la 8e Biennale de Sharjah, la 5e Biennale de Gwangju, la 2e Biennale de Séville et la 10e Biennale de Lyon.

En 2008, son travail fait partie de la programmation Paradise Now ! Essential French Avant-garde Cinema 1890-2008 à la Tate Modern de Londres, ainsi qu'à l'exposition Traces du Sacré au Centre Georges Pompidou à Paris. Depuis 1993, il a reçu plusieurs prix dont le Grand Prix Léopold Sédar Senghor, la plus haute récompense de la 7e Biennale de Dakar, le prix de la meilleure création vidéo au 8e Festival international de la vidéo, Îles Canaries, le Uriôt prize, stichting kunstprijs Willem F.C, à la Rijksakademie, Amsterdam. Il reçoit en 2010 le prix de la Biennale du Caire.

Il participe à la première exposition pan-arabe The Future of a Promise à la 54e Biennale de Venise en 2011.

Lors de sa participation au festival Le Printemps de septembre à Toulouse en 2012, il retire son installation vidéo Technologia (une projection de versets du Coran au sol) sous la pression de quelques personnes qui jugent cette œuvre « blasphématoire »[1].

Il vit et travaille entre Tanger et Paris.

Sélection d'œuvres[modifier | modifier le code]

  • Impossible Union, 2011
  • Mehr Licht!, 2009 - 2011
  • Les Temps Modernes, Une Histoire de la Machine, 2009 - 2010
  • Maximum Sensation, 2010
  • Keeping faith, 2007
  • I like America, 2007
  • Underneath, 2007
  • Out of history, 2006
  • Hard head, 2006
  • Obstacle, 2004
  • May God Forgive me, 2001-2004
  • Bordersickness, 2001
  • Body bags, 1999
  • Embargo 1997

vidéos, courts-métrages[modifier | modifier le code]

  • Sleep Al Naim, 2011
  • The Beautiful Language, 2010
  • Architecture Now!, 2010
  • Histoire de l'histoire, 2006
  • L'homme sans cheval, 2004
  • Commercial, 2004
  • Manipulation, 2004
  • Les Ciseaux, 2003
  • Les égarés, 2003-2004
  • Festin, hommage à William Burroughs, 2002
  • Survival Signs, 1998

Expositions[modifier | modifier le code]

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

2013

  • History is Not Mine, Paradise Row, Londres
  • The Blinding Light, Analix Forever, Genève

2012

  • Kissing Circles, Shoshana Wayne Gallery, Santa Monica
  • Suspect Language, Goodman Gallery, Le Cap
  • Oriental Accident, Lombard Freid Projects, New York

2011

  • Megalopolis, AKBank Sanat, Istanbul
  • Linguaggi Costituenti, Fondazione Collegio San Carlo, Modène
  • The Angel's Black Leg, Galerie Conrads, Düsseldorf

2010

  • Seeing is believing, Galerie Hussenot, Paris
  • The Beautiful Language, Galerie Ferdinand van Dieten, Amsterdam

2009

  • Fuck architects: chapter III, FRAC Alsace, Sélestat
  • Minimalism is capitalist, Galerie Conrads, Düsseldorf

2008

2007

  • Sans histoire, Musée Picasso, la guerre et la paix, Vallauris
  • Fuck Architects : chapter I, Lombard-Freid Projects, New York
  • Something is possible, Shoshana Wayne Gallery, Los Angeles
  • J’aime l’Amérique, la maison rouge, Fondation Antoine de Galbert, Paris

2004

  • Comprendra bien qui comprendra le dernier, Centre d'art contemporain Le Parvis, Ibos

2003

  • Obstacles, next flag, Migros Museum, Zurich

1999

Principales expositions collectives[modifier | modifier le code]

2013

  • Ici, Ailleurs, Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture
  • 25 years of arab creativity, Emirates Palace, Abu Dhabi
  • If you were to live here, 5e Triennale d'Auckland
  • The Progress of Love, The Menil Collection, Houston
  • Re-Orientation, 2nd Biennale de la Méditerranée, Sakhnin
  • Le Pont, Musée d’Art Contemporain, Marseille

2012

  • Unfolding Tales, The Brooklyn Museum, Brooklyn
  • Beyond Memory, Museum on the Seam, Jerusalem
  • In Other Words/ Blackmarket of Translation, NGBK, Berlin
  • Machines – les Formes du mouvement, Manif d’Art 6, Québec
  • L’histoire est à moi! , Le Printemps de septembre, Toulouse
  • Unrest, Apexart, New York
  • Transit, Modern Museum of Art, Salvadore de Bahia, Brasil
  • Contemporary practices and Social Dynamics, Dakar Biennial

2011

  • The Future of a promise, 54e Biennale de Venise, Venise
  • Unfolding Tales, Brooklyn Museum, New York
  • Told, Untold, Retold, Mathaf, Arab Museum of Modern Art, Doha
  • A Rock and a Hard Place, 3rd Thessaloniki Biennale, Thessalonique
  • Inspiration Dior, Musée des Beaux Arts Pouchkine, Moscou
  • Une terrible beauté est née, 11e Biennale de Lyon, Lyon.
  • West end?, Museum on the Seam, Jerusalem
  • Terrible Beauty: Art, Crisis, Change, Dublin Contemporary 2011, Dublin

2010

  • XIIth Cairo Biennial, Cairo
  • Unexpected, Unerwartet, Kunstmuseum Bochum, Bochum
  • Res publica, Moscow museum of modern art, Moscou
  • Biennale Cuvée, Offenes Kulturhaus, Linz
  • Silence_Storm, International triennial of contemporary art, Izmir
  • The Storyteller, The New School, New York
  • Shadow Dance, KAdE, Amersfoort

2009

  • The Spectacle of the Everyday, Xe Biennale de Lyon, Musée d'art contemporain, Lyon
  • 8e rencontres photographiques de Bamako, Bamako, Mali
  • America, Beirut Art Center, Beyrouth
  • The Storyteller, Salina Art Center, Salina
  • After Architecture: Tipologies de Després, Santa Monica Art Center, Barcelone
  • Planète Cerveau, Musée Denys Puech, Rodez

2008

  • Paradise Now!, essential French avant-Garde Cinema 1890-2008, Tate modern, Londres
  • Looking Forward to hearing from you, Musée Gounaropoulos, Athènes
  • Flow, Studio Museum in Harlem, New York
  • Traces du sacré, Centre Georges Pompidou, Paris, Haus der Kunst, Munich
  • Visionary Tales of a Balanced Earth, The Te Papa Museum, Wellington
  • Attempt to exhaust an African place, Santa Monica Art Center, Barcelone

2007

  • 52nd International Venice Biennial, Italie
  • 8e biennale de Sharjah, art, ecology and the politics of change, Dubaï
  • Africa Remix, Johannesburg Art Gallery, Johannesburg
  • Biennial, international art exhibition, Nadezda Petrovic Memorial, Cacak, Serbia

2006

  • 2e biennale de Séville, the unhomely, phantom scenes in global society, Séville
  • Africa Remix, Contemporary art of a continent, moderna museet, Stockholm
  • Absolumental, Les Abattoirs, Musée d’Art Moderne et Contemporain, Toulouse
  • The photographers gallery, explorations in film & vidéo, Londres
  • Courants alternatifs, Le Parvis, Ibos & CAPC musée d'art contemporain, Bordeaux
  • Africa Remix, Contemporary art of a continent, Mori Art Museum, Tokyo

2005

  • Africa Remix, l'art contemporain d'un continent, Centre Georges Pompidou, Paris
  • Meeting Point, the Stenersen Museum, Oslo
  • Tourist class, Konstmuseum, Malmö
  • Marokko Kunst & Design, Wereldmuseum, Rotterdam
  • Africa Remix, contemporary art of a continent, Hayward Gallery, Londres

2004

  • A drop of water, a grain of dust, gwangju biennale, Gwangju
  • Inventaire contemporain II, galerie nationale du jeu de paume, Paris
  • Africa Remix, contemporary art of a continent, museum kunst palast, Düsseldorf
  • Nearer the near east, a public space project, schirn kunsthalle frankfurt, Francfort

2000

  • 5e biennale de Dakar, Dakar
  • UC Berkeley & Pacific Film Archive, San Francisco
  • Biennale Arte Vidéo tv, Bologne

1999

  • L’objet désorienté, musée des arts décoratifs, Paris
  • 7e biennale art media, Wroclaw
  • Regards Nomades, FRAC Franche-Comté - musée des beaux-arts, Dole

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphanie Le Bars, « Un artiste marocain se résout à retirer une œuvre jugée blasphématoire », sur Le Monde.fr du 06 octobre 2012.
  1. Charles Dannaud, Les Limites de l'Histoire sur artshebdomedias [1] du 8 mai 2013.
  2. Frances Cooper, Mounir Fatmi: History is Not Mine at Paradise Row Gallery, London [2] du 20 avril 2013.
  3. Ashitha Nagesh, Mounir Fatmi: History is Not Mine, Paradise Row Gallery [3] du 8 mai 2013.

Télévision[modifier | modifier le code]

  1. La 23e dimension, Numéro 23, [4] du 2 juin 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]