Mouloudia Club d'Alger (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MCA.

Mouloudia Club d'Alger
نادي مولودية الجزائر

Logo du Mouloudia Club d'Alger  نادي مولودية الجزائر
Généralités
Nom complet Mouloudia Club d'Alger
Surnoms Mouloudia
Roi D'alger
club Du Peuple
Ouled el khedra
Les verts
M.C.A
La Juvé
Noms précédents Mouloudia Chaàbia d'Alger (MCA) de 1921 à 1977
Mouloudia Pétroliers d'Alger (MPA) de 1977 à 1986
Mouloudia Club d'Alger (MCA) de 1986 à nos jours
Fondation
(&&&&&&&&&&03385792 ans, 8 mois et 11 jours)
Statut professionnel Société Sportive par Actions (S.S.P.A)
Couleurs Vert et Rouge
Stade Stade du 5-Juillet-1962
(80 000 places)
Siège Lotissement Benhaddadi,
villa n°12 Chéraga
Championnat actuel Ligue 1
Propriétaire Drapeau : Algérie Sonatrach
Président Drapeau : Algérie Boudjemaâ Boumela
Entraîneur Drapeau : Algérie Fouad Bouali
Joueur le plus capé Drapeau : Algérie Ali Bencheikh
Meilleur buteur Drapeau : Algérie Abdesslem Bousri (164 buts)
=
Palmarès principal
National[1] 7 Ligue 1
6Coupes
2 Supercoupes

Coupe de la Ligue (1)

International[1] 1 Ligue des champions

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2012-2013 du Mouloudia d'Alger
0

Dernière mise à jour : .

Le Mouloudia Club d'Alger (arabe : نادي مولودية الجزائر) est un club de football algérien basé à Alger. Il est tout aussi connu sous son premier nom de Mouloudia Chaàbia d'Alger. Le club fondé en 1921 est considéré comme le doyen des clubs algériens. Le MC Alger est aussi le deuxième club le plus titré au pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo de la composition du club en 1921

1921 : Naissance du Mouloudia[modifier | modifier le code]

L'idée de fonder le premier club algérien[modifier | modifier le code]

Comme tous les autres jours du mois sacré, à la place du cheval, actuelle place des Martyrs, régnait une animation particulière. Un monument érigé comme un défi face à la Casbah : la statue du Duc d’Orléans, pointant son sabre vers la mosquée Djamaa Ejdid. La foule était dense, les étals bien achalandés exposaient toutes sortes de victuailles et de friandises. Abderrahmane Aouf flânait sur la grande place et savourait les bienfaits de la brise de mer. À quelques mètres de lui, des enfants joyeux, jouaient au football avec une pelote confectionnée à l’aide de papiers savamment ficelés. Il s’arrêta un instant pour contempler ce spectacle dont la sérénité n’a d’égale que l’insouciance de ces enfants. À ce moment-là, un groupe de soldats français passa. Un sergent émergea du lot, regarda dédaigneusement en direction des enfants et prononça cette ignoble phrase : « Voici le Parc des Princes des Arabes ! » Abderrahmane Aouf resta stupéfié, désemparé. Cette phrase pleine de mépris resta empreinte indélébile dans sa mémoire et constitua un affront à son amour-propre, ce fut la goutte qui fit déborder le vase, ce jour là plus que tous les autres, l’idée de créer un club devint plus frappante voire irréversible. Le soir même, il s’enferma dans sa chambre et se mit à méditer. Le lendemain, il fit part de son projet à ses amis.

Le à la veille du Mawlid Ennabaoui Echarif, un groupe de jeunes Algériens de la Casbah (Historique quartier d'Alger) entrèrent en contact avec leurs compatriotes de Bab El-Oued (Quartier Populaire à Alger) avec l'intention de fonder un club de football Algérien. Le contact fut établi en grande partie grâce à Abderrahmane Aouf qui assurait la liaison entre les deux quartiers. La réunion qui donna naissance au club fut à l'arrière boutique du café Benachere actuellement Yahi. Il fallait trouver un nom au club. Les noms suivants furent proposés : Eclair Sportif d’Alger, Croissant Club d’Alger, Étoile sportive d’Alger, Jeunesse Sportive d’Alger. Les participants avaient des difficultés à trouver un nom quand tout à coup, une voix s’éleva du fond de la salle du café maure, de fortune, de la rue Benachère (appelée Souikia) où un groupe de braves gens étaient réunis, criant le nom « Mouloudia », en référence à cette belle nuit du Mewlid Ennabawi Echcharif, à l’écoute de la résonance des pétards éveillant son attention. Le club est ainsi officiellement nommé Mouloudia Chaàbia Aljazairya. Les couleurs (vert et rouge) qui sont aussi celles du drapeau Algérien furent choisies pour ces raisons :

  • Le Vert qui représente le signe de l’espoir du peuple Algérien, c’est aussi la couleur symbolique de l’Islam.
  • Le Rouge qui représente le signe de l’amour de la nation et du sacrifice.

La fondation du club[modifier | modifier le code]

Abderrahmane Aouf a consacré toute la nuit à rassembler les grandes lignes pour l’élaboration d’un document relatif à la création du club et à la constitution de tous les éléments nécessaires: Statut et règlement de l’association, effectif, préparation des moyens (matériels et finances), choix du sigle, problèmes de l’encadrement, acquisition d’un terrain de jeu et d’un cercle sportif. Ses amis applaudirent vivement son idée et l’encouragèrent à aller jusqu’au bout de son rêve. Ayant reçu leur aval, Aouf adressa une requête à la préfecture pour obtenir l’agrément de la fondation du club. La réponse fut négative. L’administration lui expliqua qu’il ne pouvait prétendre fonder une association étant donné qu’il n’était pas encore majeur. Effectivement, il n’avait que 19 ans et quelques mois. Mais, il ne se découragea pas. Il arriva à berner les autorités coloniales en procédant à une affaire de falsification de papiers au nom d’Abdelmalek le mari de sa tente, car son projet devenait une véritable obsession. Abdelrrahmane Aouf , rappelons-le, a été convoqué deux fois par la préfecture. Objectif :passer au peigne fin tout le dossier concernant la création du club Musulman. Habile comme il est, Aouf arrivait à trouver les bonnes réponses aux questions pièges avec un langage aussi éloquent que rassurant. En effet, dans la première convocation on l’a interrogé sur le but de ce club musulman et il a répandu que c’était pour préparer les jeunes aux épreuves du service militaire. La seconde concernait le choix des couleurs proposées au futur club. Dans un réflexe espiègle, Aouf prononça ces phrases « le vert, le paradis, le rouge l’enfer pour les autres en quête de formation ». Une belle victoire sur la préfecture qui, voyant que les réponses étaient convaincantes, signa aussitôt cette requête autorisant la fondation du MCA. D’autant plus que les autorités coloniales envoyèrent au siège une note précisant que les locaux du club doivent servir uniquement à des fins sportives, ceci ayant pour but d’interdire toute forme de rassemblement politique.

1921-1935 : Les débuts[modifier | modifier le code]

Effectif du MC Alger saison 1926-1927

Le Mouloudia joua durant la saison 1921-1922 à l’ANAFA et termina à une honorable position. L’année suivante, le MCA s’affilia à la FFF et forgea ses armes en division de district. Pour sa 1re sortie officielle, qui a eu lieu le au stade de la Pointe pescade, le Mouloudia subit une véritable correction (0-8) contre l’Elan de Bab-El-Oued. Le rapport des forces en présence étant vraiment trop disproportionné. Depuis ce jour-là, les Mouloudéens qui se forgent très vite, multiplient leurs sorties, s’adaptent à toutes les circonstances et arrivent à se transcender. Nationalistes jusqu’au bout des ongles, ils font preuve d’une farouche gaieté au combat. Aux qualités techniques et physiques qui s’améliorent sans arrêt, ils ajoutent une solidarité à toute épreuve. Au fil des matchs, l’équipe subjugue par sa volonté, sa maîtrise collective et son organisation tant sur le terrain qu’en dehors.

Lors de sa deuxième saison 1922-1923 le MCA fut officiellement admis à la ligue régionale Algérienne (FFF) dans la 5e division (2e série). Malgré ces belles prestations et la qualité de son jeu, le MCA voyait ses matches non relatés dans la presse, qui ne publiait pas les résultats du club par crainte d’augmenter sa popularité, mais aussi par l’apparition de la loi BORDE qui obligeait les clubs musulmans à faire jouer au moins deux joueurs européens. En fin de saison le Mouloudia accède en 4e division (1re série).

Durant les deux saisons qui suivent (1923-1924) et (1924-1925) le Mouloudia réalise des performances moyennes. En 1925, de nombreux joueurs du MCA furent appelés à passer obligatoirement le service militaire ce qui priva l’équipe de ses meilleures éléments et obligea les dirigeants à suspendre les compétitions durant deux saisons. Le retour du Doyen lors de la saison 1927-1928 en compétition sera couronné par un titre de champion de la saison et accéda en 3e division, où il demeura trois saisons jusqu’à la saison 1930-1931. Cette année-là, le club après avoir terminé premier dans son championnat de troisième division régionale, remporta son match de barrage contre l’ES Zéralda par forfait.

1935-1936 : L’accession en première division[modifier | modifier le code]

L’équipe du Mouloudia qui accède en division d’honneur en 1936

Après l’accession en 2e division en 1931 et durant les cinq saisons qui suivirent le doyen a toujours raté l’accession de peut, jusqu’à la saison historique en 1935-1936 qui voit le Mouloudia accéder en division d’Honneur parmi l’élite du Football Français en battant au match barrage l’Olympique Marengo en trois rencontres. Les deux premières s’étant soldées par un score de parité un but partout (1-1) au stade de la maison carrée (El-Harrach actuellement) alors que lors de la troisième manche, à El-Affroune, le MCA sortit vainqueur en battant son adversaire par deux buts à un (2-1). Les deux réalisations du Mouloudia ont été l’œuvre de Chelbabi et Abbed. Il faut signaler aussi que le Mouloudia s’est illustré au championnat départemental d’Alger, terminant presqu’à chaque fois second.

1936-1956 : Les performances du doyen parmi l’élite[modifier | modifier le code]

1936-1939 : Les premiers pas[modifier | modifier le code]

Pour sa première saison parmi l’élite, le Mouloudia termine quatrième du championnat. C’est également par une 4e place que se terminera la deuxième saison (1937-1938). Lors de la troisième saison, le doyen termina 7e. Le club participe à la Coupe d'Afrique du Nord de football où il fut éliminé au 2e tour par l’AS St Eugène après avoir battu le Gallia Sport d’Orléansville 3-0 au premier tour de la compétition.

Match de championnat opposant le Mouloudia au RUA en septembre 1941

1939-1956 : La conquête des titres[modifier | modifier le code]

La saison 1939-1940 fut marquée par les débuts mouvementés du déclenchement de la deuxième guerre mondiale, ce qui retarda la reprise du Championnat. Cette saison sera disputée sous forme de critérium de guerre avec trois groupes A, B, C et au terme de cette édition, les premiers de ces poules disputeront un tournoi dont le vainqueur sera déclaré champion. Le MCA jouait dans le groupe C avec le FC Blida, l’OHD, l’USM Blida, l’AS Boufarik, le RASA et l’OM Ruisseau. Il termina en tête et affronta pour le titre le Gallia et le RUA, premiers de leur groupe respectif. Les Mouloudéens s’imposèrent facilement 3-0 face au RUA et 3-0 devant le Gallia. Après ce titre tant attendu le Mouloudia continua sur sa lancée mais il termina à un point seulement derrière le champion l’AS St Eugène. Cela se répétera pendant les saisons qui suivent, et cela jusqu’à la saison 1944-1945 ou le MCA parvient à se classer premier ex-æquo avec l’AS St Eugène. Le titre est alors partagé. Après ce sacre, le Mouloudia terminera second 6 fois consécutives. Le club a participé à la coupe départementale, appelée Coupe Forconi remportée à deux reprises en 1948 en battant en finale l’AS Saint Eugène par le score de (5-3) après prolongations, et en 1951 contre le même adversaire par le score de (3-2), après avoir notamment éliminé la JS Kabylie en 1/8e de finale sur le score de (7-0). La 3e finale de 1952 sera une défaite contre le FC Blida par (3-1) le dimanche 15 juin 1952.

1956 : Les incidents du 11 mars et l’arrêt des activités[modifier | modifier le code]

Dernier match disputé par le Mouloudia en période coloniale le

Les Massacres de Sétif et Guelma du 8 mai 1945 poussèrent les joueurs algériens opérant dans les clubs français à rejoindre les clubs musulmans. Deux joueurs qui ont porté le maillot de l’AS Saint Eugène signent au MCA, il s’agit de A. Ibrir et du Dr Maouche. Les formations décidèrent toutes ensemble de se battre pour supprimer la décision d’incorporation d’éléments européens qui avait un but de sabotage. Après d’incessantes luttes, les dirigeants musulmans eurent gain de cause. À partir de là, toutes les formations musulmanes furent constituées intégralement de joueurs musulmans. Le , le Mouloudia décida d’arrêter toute participation aux compétitions sportives à la suite des incidents qui ont émaillé pendant et après le match nul obtenu contre l’AS Saint Eugène, le jour même, au stade de St-Eugène en ébullition. La partie terminée, une bagarre éclate entre supporters des deux équipes et un envahissement du terrain s’en est suivi. L’intervention des policiers aurait envenimé les choses pour rendre une simple manifestation de joie après le but égalisateur du Mouloudia, en réelle émeute qui débuta à St Eugène avant de gagner le populeux quartier Nelson à Bab El-Oued. On déplora ce jour là plusieurs blessés parmi les supporters mouloudéens en particulier. Des voitures furent saccagées aux alentours du stade et l’ampleur des dégâts a eu un grand écho dans tout le pays et la plupart des fans du MCA furent bastonnés, emprisonnés et certains trouvèrent la mort dans les locaux du commissariat sous la torture. Après ces incidents, l’état-major du MCA s’est réuni pour réclamer l’arrêt du championnat ou de se retirer carrément des compétitions[réf. nécessaire], ce qui fut fait le malgré l’appel à la sagesse de la ligue et des autorités coloniales de l’époque. La décision était irrévocable et donna suite à un grandiose mouvement de solidarité de la part des clubs musulmans qui ont emboité le pas au grand Mouloudia de l’époque. Le MCA et l’USM Blida arrêtent la compétition et mettent ainsi leurs menaces à exécution. D’autres clubs musulmans leur emboîtent le pas tels que le NA Hussein Dey, le RC Kouba, l’USM Maison-Carrée, l’USM Marengo, la JSMA, l’ASPA, et le Widad de Belcourt, après l’ESM Alger, l’USM Alger et l’OM St Eugène.

1962-1964 : Reprise de jeu et qualification pour le premier championnat[modifier | modifier le code]

Vice-champion d’Algérie 1962-1963

L’indépendance acquise, le MCA intègre le premier championnat de l'Algérie libre le . Le Mouloudia enregistra l'arrivée de deux joueurs de l'équipe du FLN, Abderrahmane Boubekeur et Amokrane Oualiken mais perd Basta Ali, Ferhani et Bourkika (tombés au champ d’honneur). La reprise footballistique dans l’Algérois sous forme de critérium d’Honneur de cinq groupes de dix clubs chacun, le MCA remporte la 1re place du groupe 1, et au terme de la saison (1962-1963), se qualifie pour la finale du championnat, mais perd face à son voisin rival l’USM Alger par le score de (3-0). La saison suivante 1963-1964, le Mouloudia s'est qualifié au premier championnat national en se classant 5e loin derrière le 1er le NA Hussein Dey.

1964-1965 : Le ministre fait reléguer le MCA[modifier | modifier le code]

Le MCA était considéré comme l'équipe pratiquant le meilleur football tant sur le plan technique que sur le plan tactique. En recevant le MC Oran pour le compte du dernier match aller, la veille de la fête de la fin du ramadhan, le Doyen comptait prendre les commandes du championnat d’Algérie. Les Oranais en solide leader étaient en confiance. Le match fut heurté et haché, l’ailier oranais Boudjellal sera évacué à l’hôpital après le choc avec le rugueux défenseur Algérois Djazouli. Le score est de 0-0 à la mi-temps. À la reprise et à la surprise générale, le MC Oran ouvre le score par l’intermédiaire de Belabbès d’un tir sec qui a eu raison de la vigilance de Zerga. Le MCA égalise par Aouadj Zoubir à la 57e minute. Le match redouble de férocité, ainsi Oucif (MCA) et Meguenine (MCO) sont expulsés. Aouadj, trompe pour la seconde fois le gardien oranais Larbi et permet au MCA de glaner les points de la victoire et le fauteuil du leader. Au coup de sifflet final, de graves incidents vont se produire à la suite de l’invasion du terrain par les supporteurs. La bataille rangée est tellement violente et générale que plusieurs blessés dans les deux camps sont évacués vers l’hôpital.

En conséquence, le Mouloudia d’Alger est mis à l’index et écope d’une sanction extrême qui entraîne inéluctablement sa descente en division inférieure (Division d’honneur). Avec la radiation à vie infligée par le ministre de la jeunesse et des sports de l’époque (Sadek Batel) à quatre joueurs Zerga , Metrah (Internationaux), Maarouf et Sennane, à laquelle s’ajoutent les sérieuses blessures des attaquants internationaux Lemoui et Bouras (en plus d’un joueur oranais blessé en l’occurrence Boudjelal et 2 expulsions de chaque côté (Oucif pour le MCA et Meguenine côté MCO), la formation algéroise ne peut se maintenir parmi l’élite en se classant à la 14e place et fut rétrogradé par décision ministérielle d’abord et par la mauvaise fin de son parcours ensuite.

1965-1970 : Débuts difficiles et retour en force[modifier | modifier le code]

Retour parmi l’élite saison 1968-1969

Pour sa première saison en régional (1965-1966), le MCA termine premier et se qualifie pour la première Nationale 2 de l’histoire. Un bon parcours en Championnat et en Coupe d’Algérie. L’arrivée d’Ali Benfeddah était pour quelque chose dans la métamorphose du vieux club algérien. Il commença par intégrer au fur et à mesure des jeunes qui donnèrent entière satisfaction au rendement de l’équipe (ces jeunes étaient Betrouni, Chouchi, Maloufi, Berkani, Kaoua, Guedioura, Moussa...). Benfeddah s’en va, le relais fut pris par Hahad, grand joueur du club dans les années cinquante. En plus de l’héritage laissé par son prédécesseur et l’arrivée d'excellents joueurs tels que Tahir Hacéne, Cheikh... l’entraîneur Hahad, par son expérience mise à la disposition de ces jeunes, donna plus d’assises au Mouloudia. Le résultat est immédiat: Accession en Division nationale lors de la saison 1967-1968. Le MCA passa, donc, trois longues années en divisions inférieures. En raison d’une nouvelle formule de compétition (la nationale Deux faisant son apparition pour la première fois), le Mouloudia d’Alger qui se classera premier de la division d’honneur (avec 7 points d’avance sur l’USMA) ne retrouvera la nationale « une » que trois saisons après (1967-1968 avec un match historique à Tizi-Ouzou au début de l’été 1968) qui vit la montée du Doyen dans l’élite. Le retour du Mouloudia en nationale-une avec une nouvelle génération de joueurs fut un retour en force puisqu’il termine la saison 1968-1969 en 4e position avec 46 pts. Le Mouloudia continue alors de monter en puissance. Pour sa seconde année en D1 (1969-1970) après son accession, les vert et rouge arrivent à se classer parmi les grands de ce championnat. En terminant vice-champion, le MC Alger annonce son retour parmi les ténors avec seulement 3 défaites en 22 matchs joués, tout en terminant seconde attaque du championnat derrière la fameuse triplette du CRB.

1970-1980 : L’âge d’or[modifier | modifier le code]

L’équipe qui a remporté le triplé en 1976

La période post-indépendance fut riche pour le MCA en matière de titres et de consécrations. Le dimanche , restera une date gravée dans la mémoire des Mouloudéens qui venaient de décrocher brillamment leur premier titre dans l’histoire du MCA post-indépendance. En effet, le doyen des clubs algériens, sous la houlette de l’entraîneur Ali Benfeddah, remporta sa première coupe d’Algérie face à l’USM Alger, spécialiste de l’épreuve et qui était à sa troisième finale consécutive. Les camarades du capitaine Tahir Hacène ont bien fêté le cinquantenaire du club (1921-1971) en venant à bout du voisin rouge et noir au stade municipal de ruisseau. Ce sacre permit au Mouloudia de participer à sa première Coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe organisée à Alger et qui s’est déroulé au stade municipal de ruisseau, considéré comme le plus grand de la capitale. À l’entame de cette compétition, le MCA devait en découdre avec l’équipe tunisienne de l’ES Tunis qu’il domina par 3 à 0, avant de remporter le titre en finale face à l’autre club de la capitale tunisienne le Club africain. La saison suivante (1971-1972) a vu le Mouloudia remporter le premier titre de champion d’Algérie de son histoire, ce titre sera suivi par une autre coupe d’Algérie en 1973, puis une nouvelle Coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe en 1974, avant de remporter le championnat à nouveau au terme de la saison 1974-1975 aux dépens de son voisin le RC Kouba.

L’année 1976 restera à jamais comme l’année de tous les succès. Une finale maghrébine raté pour un sacre africain avec un doublé coupe et championnat d’Algérie. Sous un soleil de plomb et une chaleur suffocante, le Mouloudia d’Alger entama la série des moissons en s’adjugeant sa 3e coupe d’Algérie en battant en finale son homonyme constantinois du MO Constantine, deux semaines seulement après avoir remporté la coupe d’Algérie. Le Mouloudia réalise le doublé en devenant champion d’Algérie, en allant battre la JS Kabylie dans son fief d’Oukil Ramdane à Tizi-Ouzou sur le score de 3 buts à 2. Le 3e titre de champion fut difficilement acquis vu la fatigue dû aux longs périples africains. À cette époque les journaux titraient « Le MCA irrésistible » « Le Mouloudia impérial » ou encore « Qui arrêtera le Mouloudia »... tellement les vert et rouge balayaient tout sur leur chemin en ne laissant que des miettes aux autres. Heureusement que la légendaire Attaque B constituée des virtuoses Bencheikh, Betrouni, Zoubir Bachi, Bousri, Bachta ou Bellemou paraissait toujours en mesure de faire la décision quand bon lui semblait. Les gradins du Stade du 5-Juillet-1962 ne désemplissaient point pour chanter les louanges du Mouloudia qui forçait respect et admiration. En coupe d’Afrique des clubs champions, le Mouloudia a fait un excellent parcours, en éliminant de sa route des grosses cylindrés de l’épreuve comme c’est le cas du club égyptien d'Al Ahly SC en quart de finale ou des nigérians d’Enugu Rangers en demi-finale, avant de se qualifier à la finale pour rencontrer le Hafia Conakry. La première manche jouée à Conakry le , fut cauchemardesque sur tous les plans, le MCA subit une cuisante humiliation dans un environnement hostile avec une défaite 3-0 qui risquait de compromettre ses chances de remporter le trophée. Au match retour le rêve devient, le MCA réalisa un retentissant exploit en venant à bout des coriaces Guinéens sur le même score de 3-0. Le MCA gagnera le titre 4 tirs au but à 1. Le vers 23 heures le Mouloudia Châabia d’Alger devenait Roi d’Afrique en s’accaparant la 12e édition de la défunte coupe d’Afrique des clubs champions. Après cette saison historique le club a remporté deux autres titres de champion d’Algérie en 1978 et 1979.

1980-1990 : L’âge de plomb[modifier | modifier le code]

En 1979-1980, pour freiner sa formidable ascension, de nombreux joueurs tels que Bachi , Amrous, Kaoua et Betrouni furent écartés, en prétextant que leur âge ne leur permettait pas d’être performant (27 ans et 28 ans !!). Certains dirigeants subirent le même sort. Le Mouloudia devint un club quelconque, en jouant le milieu de tableau, malgré ces mauvaises prestations le Mouloudia a parvenu en 1983 à remporter, de nouveau, le trophée de la dame coupe en battant une bonne équipe de l’ASM Oran (4-3) après prolongations. Cette consécration lui permit de jouer la Coupe d’Afrique des clubs vainqueurs de Coupe. Son apparition pour la joute continentale fut médiocre, puisqu’il se fait écarter au deuxième tour par l’Ahly du Caire (3-1). À l’aller, le MCA avait gagné par 1-0. Les années passèrent, les nombreux éléments qui ont défilé au Mouloudia, ne purent faire oublier les Bachi, Bousri, Betrouni, Bencheikh, Draoui... Ces derniers avaient hissé tout haut les couleurs « vert et rouge ». Ensuite, certains problèmes se répercutèrent sur le MCA qui rétrograda en Division Régionale. Mais une année après, il retrouvera l’élite sans aucun changement pour la suite et le Mouloudia a failli, une fois de plus, goûter aux affres de l’enfer. Mais heureusement que la victoire (1-0) tiré par les cheveux devant l’ES Setif l’avait maintenu parmi les ténors. Et dès lors, le vieux Mouloudia termina le Championnat dans une place de non relégable. Ayant constaté que leur équipe était devenue un simple figurant et ce malgré les moyens mis à sa disposition, des anciens dirigeants étaient de retour aux commandes du club, qui espéraient redorer son blason terni par cette longue traversée du désert.

1990-2000 : Des hauts et des bas[modifier | modifier le code]

Après 1990 et pendant 10 ans, l’équipe jouait sans ambition et se contentait du maintien en D1, en se classant toujours au milieu du tableau, avant que vienne le titre de la saison 1998-1999 avec un certain Saïfi dans l’effectif mais aussi l’année du surnom de « Chnaoua » aux supporters du Mouloudia par leur nombre et leurs déplacements avec leur équipe. Mais après la délicieuse saison de 1998-1999 venait un véritable cauchemar pour les Mouloudéens car le MCA réalisait des résultats catastrophiques.

2000-2010 : Mauvais début puis retour au podium[modifier | modifier le code]

La saison 1999-2000 était catastrophique sur tous les plans, et le MCA échappe de peu à la relégation, qu’il connaît durant la saison qui suit (2001-2002), selon les professionnels et autres techniciens et observateurs[Qui ?] le MCA ne pouvait pas espérer mieux pour lui. En attendant l’accession s’est faite avec une équipe qui s’est redessinée avec un entraîneur du nom de Saàdi, d’anciens joueurs comme Benali et des jeunes joueurs ou recrues tels que Belkheir, Chaouch, Hamoutène ou Fodhili. Durant les saisons 2003-2004 et 2004-2005, le MCA réalise de bons résultats mais ne parvient toujours pas à remporter un nouveau titre. Le Mouloudia ne renoue pas avec le succès avant la saison 2005-2006 ou plus précisément le 15 juin 2006, où sous la houlette de François Bracci, elle s’impose en finale de Coupe d’Algérie face à l’éternel rival, l’USM Alger dans un match explosif où l’intensité fut de mise. Une rencontre que le MCA remporta finalement sur le score de 2-1 (doublé de Nourredine Daham pour le MCA et un but de Doucouré pour l’USMA). L’année suivante 2006-2007, le MCA remporte un autre titre face à la JS Kabylie en finale de la Supercoupe d’Algérie (mettant en opposition le champion sortant et le vainqueur de la coupe). Match où le Mouloudia s’illustra grâce aux buts de Bougueche (40’) et Belkaid (75’). La JSK était parvenu à égaliser à la 56e minute par l’entremise de Douicher. Malgré ce succès, François Bracci est évincé peu de temps après le président Mohamed Messaoudi et il cède sa place à l’Italien Enrico Fabbro alors qu’un directoire s’installe à la tête du club dirigé par Omar Ketrandji. Finalement, le nouvel entraîneur parvient, malgré une saison très décevante où l’équipe termina 11e, à rééditer l’exploit de la saison précédente en remportant à nouveau la Coupe d’Algérie, encore une fois face au rival de toujours l’USM Alger. Le match se termina sur le score de 1-0 grâce à un magnifique but de Fodil Hadjadj qui se logea en pleine lucarne du gardien adverse Mohamed Lamine Zemmamouche. Après ce match, le MCA confirme sa suprématie devant l’USMA et par la même occasion, démontre encore une fois qu’il reste imbattable en finale, avant de s’imposer une nouvelle fois en finale de la Supercoupe d’Algérie contre l’ES Setif sur le score de 4-0. Après ce titre le club réalise deux mauvaises saisons en se classant 7e en 2007-2008 et 5e en 2008-2009. Pour la saison 2009-2010, le club a enregistré beaucoup de changements dans ses effectifs, des départs importants et des arrivées tout aussi intéressantes. Classé 5e durant la saison précédente, le Mouloudia devait prendre part à la Coupe de l'UAFA qui a été finalement annulée à cause d’une surcharge de calendrier[réf. nécessaire]. Sur le plan des départs, le MCA a vu partir 13 joueurs : Badji (retraite), Hamadou, Yacef, Younes, Belghomari, Benhamou, Doukha, Chaoui, Bentocha, Belaid, Bencharif, Bénié, Lachekham et Boujenah alors qu’il enregistre l’arrivée de 7 nouveaux visages en l’occurrence Mokdad, Senouci, Kheddis et Attafen, Zemmamouche, Hamrat, Derrag et la promotion de plusieurs juniors à savoir Slimani, Aberrane, Bensalem, Essaid, Moumen et Kabla pour venir s’ajouter à la prometteuse pépinière déjà en place et qui a fait ses preuves en fin de saison passée. Il faut noter au passage qu’une nouvelle réglementation sera applicable pour cette nouvelle saison (à moins d’un revirement) qui oblige tous les clubs de D1 à avoir 27 éléments au maximum en équipe fanion avec obligation de faire jouer un seul joueur de moins de 20 ans au minimum comme titulaire. Pour le cas du MCA, Brahim Bedbouda sera l’heureux élu en devenant, titulaire en défense pour épauler les chevronnés Coulibaly, Zeddam ou Kheddis. Après une phase aller de tout premier ordre où le MCA termina en leader incontesté avec seulement 2 défaites, les poulains du nouvel entraîneur Bracci qui a remplacé Alain Michel parti au Qatar s’attaquent au matches retour avec plein d’espoir et beaucoup de changements dans son effectif. Au départ de Coulibaly (Ahly de Benghazi Libye), Kheddis (pays du golfe), le Mouloudia enregistre le retour de Mokdad et Hadjadj en disgrâce avec le club lors de la phase aller et l’arrivée de Harkat (USMA) et Megherbi (ASMO) deux défenseurs centraux pour pallier les départs dans ce secteur le plus touché. Auteur d’un parcours jugé exceptionnel, le MCA s’est adjugé son 7e sacre, un titre de champion qui le fuyait depuis 1999 et se trouve officiellement qualifié à la prestigieuse Ligue des champions de la CAF.

2010-2011 : Dixième place[modifier | modifier le code]

Pour sa première présence dans le championnat professionnel, le Mouloudia inquiète, le démarrage est catastrophique avec 3 défaites en 4 matches...une finale de la Supercoupe de l'UNAF perdue face au club africain et un premier tour en Ligue des champions de la CAF face au représentant du Centrafrique le Real de Bangui qui remet le Mouloudia dans les compétitions régionales et continentales.

Au mercato d’hiver, le club attire 3 nouveaux joueurs avec le retour du gardien de but Azzedine, l’attraction Laraf de la JSMB et l’Oranais du WAT Tayeb Berramla. Au chapitre départ, le MCA libéra presque tous les joueurs recrutés à l’inter saison, ce qui nous oblige à se poser pas mal de questions quant à la politique de recrutement au niveau du club.

À la phase Aller, le MCA termine à la 15e place une honteuse place pour le champion en titre. Alain Michel et son adjoint Achouri Kamel sont limogés après la défaite contre l’USMB. Zekri Noureddine, vice-champion avec l’ESS derrière le Mouloudia la saison passée, prend le train marche et débute contre le Dynamos de Harraré en Ligue des champions de la CAF par une autre défaite par 4 à 1. Madoui Kheireddine l’ancien joueur sétifien rejoint le staff technique pour seconder Zekri en compagnie de Menguellati. Le choc psychologique s’est réalisé lors de l’exploit contre le Dynamos au match retour où le MCA réalisa son meilleur match plein et efficace en renversant le résultat et se qualifier pour matcher les angolais de l’inter club. L’élimination en coupe d’Algérie contre le MCO en 1/4 est venu au bon moment pour se focaliser sur le seul objectif de la saison à savoir le maintien et admettre que désormais tout est à revoir dans la maison Mouloudéenne et qu’il faut une révolution positive. Le MCA est néanmoins parvenu à rentrer dans le gotha des huit meilleurs clubs africains en éliminant les Angolais de l’interclub et se qualifier ainsi pour la phase des poules. Le bricolage du début de saison a rattrapé le club en championnat, puisqu’il est passé de la zone de relégation du début pour terminer à la 10e place.

2011-2012 : Toujours au milieu[modifier | modifier le code]

N’assurant son maintien qu’à l’issue de la dernière journée du précédent exercice, le Mouloudia tient à corriger les errements du passé et espérer un avenir plus radieux mais surtout plus stable, cependant entre les paroles et les actes, le club n’avance plus malgré la bonne volonté de tous ceux qui veulent le voir retrouver son lustre d’antan. Terminant le championnat le 8 juillet et enchaînant une semaine après avec l’épuisante mais néanmoins prestigieuse ligue des champions africaines, le MCA se devait de représenter dignement les couleurs du club et du pays, son prestige et son passé. Le temps manquant et les problèmes financiers pesant sur l’atmosphère du club, le début de cette compétition africaine a été catastrophique en gestion et résultats, avec un départ massif de la colonne vertébrale de l’équipe championne d’Algérie en 2010 à savoir Zemamouche, Bouchema, Mokdad et Derrag. L’équipe s’est vite retrouvée amoindrie et sans ses meilleurs éléments en ajoutant Boudebouda parti en Ligue 2 française. Un nul à domicile contre l’ES Tunis qui n’était que l’ombre de lui-même le jour du match, deux défaites à Casablanca et au Caire contre les immenses WAC et Ahly, le match nul vierge au retour contre les Cairotes, avant de terminer son périple africain sur une bonne note en surclassant les Marocains du Wydad sur le score de 3-1.

Après avoir perdu plusieurs joueurs Zemmamouche et Bouchemma (USMA), Mokdad (El Kelba Emirats D2)-Boudebouda (Le Mans), Derrag (JSMB), Harkat (El Qadissiya Arabie saoudite, avant résiliation du contrat), Slimani (PAC) Sofiane Youcef (ESS), Hamrat Islam, Aberane (faute de licence, signe à l’ASMO), le Mouloudia a été très actif sur le plan recrutement en enrôlant pas moins de 11 joueurs avec l’ambition de reconquérir son titre perdu au profit de l’ASO Chlef la saison précédente. Tout le monde[Qui ?] au Mouloudia est satisfait du recrutement bien que les supporters du Mouloudia[réf. nécessaire] auraient aimé voir certains noms à l’image de Djediat, mais dans l’ensemble avec cet effectif, les inconditionnels des Vert et Rouge croient dur comme fer que le club jouera le titre cette saison, même si la mission s’annonce difficile.

Le doyen a réussi à recruter des joueurs talentueux à l’image des deux Africains, du meilleur gardien du championnat Chaouchi pour ne citer que ceux là. L’équipe première comptant trois gardiens (Chaouchi, Azzedine et Bouzidi, neuf défenseurs (Mobitang, Zeddam, Besseghir, Babouche, Bensalem, Cherfa, Megherbi, Belaid, Djeghbala ), sept milieux (Ghazi, Daoud, Koudri, Berradja, Attafen, Berramla, Yanis) et six attaquants (Amroune, Oussalé, Yalaoui, Sayeh, Laref et Daouadi), cependant le Mouloudia termina sixième de la compétition.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales Compétitions internationales
Distinctions personnelles Autres compétitions


  • Trophée du 75e anniversaire du Real Madrid :
    • Demi-finaliste (3e) : 1977.
  • Coupe Myladi de football (3) :

Statistiques et records[modifier | modifier le code]

Statistiques historiques[modifier | modifier le code]

Dernière modification le 23 septembre 2011

National Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Ligue 1 45 7 1277 505 403 369 1657 1304 +353
Ligue 2 5 3 128 79 36 13 246 85 +161
Supercoupe 2 2 2 2 0 0 6 1 +5
Coupe de la Ligue 4 1 27 15 8 4 34 17 +17
Coupe d'Algérie 47 6 174 121 25 28 360 122 +238
Total 104 17 1607 722 472 414 2303 1529 +774
International Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Compétitions africaines 9 1 46 21 8 17 70 60 +10
Compétitions arabes 4 - 22 11 5 6 29 27 +2
Compétitions nord africaines 7 - 16 7 2 7 24 19 +5
Compétitions maghrébines 6 2 13 6 4 3 15 10 +5
Total 26 3 97 45 19 33 138 116 +22
Total Général 130 20 1704 767 490 447 2441 1645 +796
  • 1er but en criterium : JSI Issers 1-10 MCA (Azef), le 7 octobre 1962
  • 1er but en D1 : MCA 1-1 ES Setif (Oucif), le 4 octobre 1964
  • 100e but en D1 : MCA 2-2 USM Bel-Abbès (Maloufi), le 20 septembre 1970
  • 500e but en D1 : ES Setif 1-1 MCA (Bousri), le 13 octobre 1978
  • 1000e but en D1: MCA 3-1 JS Bordj Menail (Lazizi), le 31 octobre 1994
  • Plus large victoire dans l'histoire du club : JSI Issers 1-10 MCA, le 7 octobre 1962
  • Plus large défaite dans l'histoire du club : Elan de Bab El Oued 8-0 MCA, le 15 octobre 1921

Autres records[modifier | modifier le code]

Les adversaires du Mouloudia[modifier | modifier le code]


Clubs J G N P Bp Bc Diff Premier match Dernier match
JS Kabylie 82 26 33 22 112 119 -7 04/10/1951 (7-0) au Stade du 20-août-1955 (Alger) 21/01/2012 (0-0) au Bologhine (Alger)
CR Belouizdad 82 19 33 30 103 107 -4 28/09/1963 (0-4) au Bologhine (Alger) 22/02/2013 (2-1) au Stade du 5 juillet 1962(Alger)
USM Alger 82 36 28 18 116 81 +35 14/11/1940 (4-1) au Bologhine (Alger) 26/11/2011 (1-0) au Stade du 5 juillet 1962(Alger)
MC Oran 82 29 25 26 103 102 +1 12/01/1964 (2-1) au Stade Ahmed-Zabana (Oran) 31/04/2011 (1-1) au Stade Ahmed-Zabana (Oran)
ES Setif 81 26 28 27 97 99 -2 04/10/1964 (1-1) au Bologhine (Alger) 27/01/2012 (1-0) au Stade du 8-mai-1945 (Sétif)
USM Blida 74 28 26 20 98 86 +12 05/11/1939 (1-1) à Blida 01/07/2011 (1-0) à Bologhine (Alger)
NA Hussein Dey 69 25 33 11 89 68 +21 11/05/1963 (1-0) à Bologhine (Alger) 28/02/2012 (2-2) au Stade du 5 juillet 1962(Alger)
USM El Harrach 66 23 21 22 69 63 +6 18/11/1962 (1-3) au Bologhine (Alger) 07/04/2012 (1-0) au Stade du 5 juillet 1962(Alger)
ASM Oran 59 26 14 19 95 71 +24 15/11/1964 (2-0) à Bologhine (Alger) 15/02/2007 (2-2) à Chlef
RC Kouba 54 24 17 13 76 58 +18 04/12/1965 (2-3) au Stade du 20-août-1955 (Alger) 19/02/2009 (2-0) à Kouba
WA Tlemcen 53 24 12 17 55 53 +3 17/10/1971 (5-2) à Bologhine (Alger) 12/05/2012 (3-2) à Tlemcen
ASO Chlef 47 25 11 11 52 29 +23 19/05/1963 (3-0) au Stade du 20-août-1955 (Alger) 06/06/2011 (0-1) à Bologhine (Alger)
USM Bel-Abbès 42 22 11 09 68 40 +28 24/11/1968 (1-0) à Bologhine (Alger) 06/05/2003 (4-2) à Bologhine (Alger)
CA Batna 39 18 07 11 54 41 +13 02/02/1975 (3-2) à Constantine 19/03/2010 (2-1) à Rouiba
MO Constantine 37 15 09 13 56 39 +17 02/05/1948 (4-0) à Stade du 20-août-1955 (Alger) 14/02/2002 (0-0) au Stade du 5 juillet 1962(Alger)
USM Annaba 37 12 13 12 38 33 +5 08/10/1984 (1-1) à Annaba 28/05/2011 (1-2) au Stade du 19 mai 1956 (Annaba)
AS Aïn M'lila 31 12 13 06 42 21 +21 26/01/1969 (6-0) à Bologhine (Alger) 03/06/2002 (0-0) à Aïn M'lila
CS Constantine 31 14 09 08 44 29 +14 30/11/1970 (1-1) à Constantine 13/04/2006 (1-2) à Constantine
JSM Bejaïa 21 03 12 06 15 24 -9 14/10/1999 (0-0) au Stade du 5-Juillet-1962 (Alger) 11/06/2011 (1-1) à Bejaïa
MC Saïda 21 11 07 03 31 17 +14 06/12/1964 (1-1) à Saïda 28/07/2011 (0-1) à Saïda
CA Bordj Bou Arreridj 19 09 03 07 23 17 +6 23/06/1969 (1-0) à Setif 11/05/2013 (0-2) à Bordj-Bou-Arreridj
Hamra Annaba 16 09 02 05 29 21 +8 18/10/1964 (3-2) à Annaba 25/01/1976 (1-0) au Stade du 20-août-1955 (Alger)
MSP Batna 13 06 04 03 18 11 +7 23/02/1964 (2-0) au Stade du 20-août-1955 (Alger) 31/05/2010 (4-0) au Stade du 5 juillet (Alger)
AS Khroub 13 05 06 02 20 16 +4 06/11/1966 (2-2) auBologhine (Alger) 14/04/2012 (3-1) auBologhine (Alger)
  1. Effectif actuel
Effectif du MC Alger de la saison 2013-2014
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[2] Nom Date de naissance Sélection[3] Club précédent
1 G Drapeau de l'Algérie Fabre, MichaëlMichaël Fabre &0000000000010869.00000010 869 15 juillet 1984 (29 ans) Algérie RC Lens
12 G Drapeau de l'Algérie Djemili, HouariHouari Djemili &0000000000009835.0000009 835 15 mai 1987 (26 ans)
WA Tlemcen
35 G Drapeau de l'Algérie Bouzidi, FaresFares Bouzidi &0000000000008773.0000008 773 11 avril 1990 (24 ans)
0 Formé au club
11 D Drapeau de l'Algérie Besseghir, AbdelkaderAbdelkader Besseghir Capitaine &0000000000013193.00000013 193 5 mars 1978 (36 ans)
RC Kouba
27 D Drapeau de l'Algérie Hachoud, AbderahmaneAbderahmane Hachoud &0000000000009421.0000009 421 2 juillet 1988 (25 ans) Algérie ES Setif
30 D Drapeau de l'Algérie Djeghbala, AbdelmalekAbdelmalek Djeghbala &0000000000011371.00000011 371 1er mars 1983 (31 ans)
USM El Harrach
4 D Drapeau de l'Algérie Aksas, AmineAmine Aksas &0000000000011367.00000011 367 5 mars 1983 (31 ans)
CR Belouizdad
13 D Drapeau de l'Algérie Bachiri, RedouaneRedouane Bachiri &0000000000011496.00000011 496 27 octobre 1982 (31 ans)
JSM Béjaïa
X D Drapeau de l'Algérie Bellaïd, HabibHabib Bellaïd &0000000000010248.00000010 248 28 mars 1986 (28 ans) Algérie CS Sedan-Ardennes
5 D Drapeau de l'Algérie Bensalem, ZinedineZinedine Bensalem &0000000000008729.0000008 729 25 mai 1990 (23 ans) Algérie -23 0 Formé au club
23 M Drapeau de l'Algérie Metref, HocineHocine Metref &0000000000011065.00000011 065 1er janvier 1984 (30 ans) Algérie JSK
6 M Drapeau de l'Algérie Ghazi, KarimKarim Ghazi &0000000000012886.00000012 886 6 janvier 1979 (35 ans)
USM Alger
X M Drapeau de l'Algérie Gharbi, SabriSabri Gharbi &0000000000009824.0000009 824 26 mai 1987 (26 ans)
ASO Chlef
18 M Drapeau de l'Algérie Daoud, FaridFarid Daoud &0000000000009002.0000009 002 25 août 1989 (24 ans) Algérie -23 0 Formé au club
24 M Drapeau de l'Algérie Moumen, BilalBilal Moumen &0000000000008827.0000008 827 16 février 1990 (24 ans) Algérie -23 0 Formé au club
8 M Drapeau de l'Algérie Kacem, MehdiMehdi Kacem &0000000000010115.00000010 115 8 août 1986 (27 ans)
JSM Béjaïa
14 M Drapeau de l'Algérie Yalaoui, NabilNabil Yalaoui &0000000000009849.0000009 849 1er mai 1987 (26 ans)
JS Kabylie
10 M Drapeau de l'Algérie Ouali, BillalBillal Ouali &0000000000009834.0000009 834 16 mai 1987 (26 ans) JSM Béjaïa
7 A Drapeau de l'Algérie Yahia Chrif, Sid AliSid Ali Yahia Chrif &0000000000010696.00000010 696 4 janvier 1985 (29 ans)
FC Istres
21 A Drapeau de l'Algérie Yachir, SamirSamir Yachir &0000000000010698.00000010 698 2 janvier 1985 (29 ans)
USM El Harrach
22 A Drapeau : Kenya Lavatsa, EdwinEdwin Lavatsa &0000000000007776.0000007 776 2 janvier 1993 (21 ans) Kenya Gor Mahia FC
17 A Drapeau de l'Algérie Djallit, MoustaphaMoustapha Djallit &0000000000011167.00000011 167 21 septembre 1983 (30 ans) - JSM Béjaïa
99 A Drapeau de l'Algérie Bouguèche, HadjHadj Bouguèche &0000000000011090.00000011 090 7 décembre 1983 (30 ans) Algérie Al Taawon
Entraîneur(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Algérie Dahmane Sayah
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Algérie Mohamed Ait Mouhoub



Légende

Consultez la documentation du modèle

Soutien et image[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters du mouloudia sont issus principalement des quartiers de la Casbah (quartier historique d’Alger et lieu de l'ancien siège du club ), Bab El Oued, El Biar, Alger-Centre, Ben Aknoun, Dely Ibrahim, El Madania, Kouba, Hydra, Raïs Hamidou, Chéraga, El Hammamet, Chevalley mais le club est aime dans les 48 wilayas du pays en raison de sa valeur historique.

Parmi les groupes de supporters du club, les Ultras Verde Leone (Lion Vert) est un groupe de jeunes supporters créé en 2007. L'Ultras a fait sa première apparition le 10 octobre 2007 lors d'un match de championnat Algérien. Il est le premier groupe Ultras en Algérie. avec les Ultras The Thewelf Player 11 est les green Corsaires 12 forment le Virage sud Unie mouloudéen.

De plus les mouloudéens sont considérés comme les meilleurs supporters de l’Algérie ou même de l'Afrique par la qualité de leur galerie, leur histoire et leur nombre.

Logo Ultras Verde Leone

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Anciens grands joueurs[modifier | modifier le code]

Ce tableau répertorie une liste de grands joueurs du club avec les titres, en club ou en sélection, ou récompenses individuelles, obtenus alors que le joueur évolue sous les couleurs du clubs.

Pays Nom Poste Période Palmarès avec le club
Drapeau de l'Algérie Mohamed Bouras (fondateur de Scoutisme Algérien) Milieu 1928-1932
Drapeau de l'Algérie Mustapha Berzig Milieu 1929-1940 Champion d'Algérie
Drapeau de l'Algérie M'Hamed Missoum Ailier droit 1934-1948 Deux fois champion d'Algérie
Coupe d'Algérie
Drapeau de l’Argentine Albor Jordan Attaquant 1935-1945 Champion d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Kader Firoud Milieu 1936-1939
Drapeau de l'Algérie Omar Hahad Avant-centre 1939-1962 Deux fois Champion d'Algérie
Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Mansour Abtouche Gardien 1940-1952 Champion d'Algérie
Coupe d'Algérie Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Mokhtar Arribi Milieu 1944-1946 Champion d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Hamid Akliouat Attaquant 1945-1951 Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l’Argentine Roberto Aballay Attaquant 1955-1957
Drapeau : Tunisie Drapeau de l'Algérie Abdelkader Ghalem (Zarga) Gardien 1964-1972 Champion d'Algérie
Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Zoubir Bachi Milieu 1967-1984 Cinq fois champion d'Algérie
Quatre fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Hassen Tahir Attaquant 1967-1972 Champion d'Algérie
Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Zenir Abdelwahab Défenseur central 1968-1984 Cinq fois champion d'Algérie
Quatre fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Omar Betrouni Ailier droit 1968-1980 Cinq fois champion d'Algérie
Trois fois vainqueur Coupe d'Algérie
Jeux Méditerranéens
vainqueurs des Jeux africains
Drapeau de l'Algérie Abdennour Kaoua Gardien 1968-1979 Cinq fois champion d'Algérie
Trois fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Abdesslem Bousri Avant-centre 1971-1987 Cinq fois champion d'Algérie
Trois fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Ali Bencheikh Milieu 1971-1988 Cinq fois champion d'Algérie
Trois fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
vainqueurs des Jeux africains
Vainqueur du Ballon d'argent africain
Vainqueur de la Ballon de bronze africain
Drapeau de l'Algérie Bouzid Mahiouz Défenseur polyvalent 1971-1986 Cinq fois champion d'Algérie
trois fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Finaliste de la CAN
vainqueurs des Jeux africains
Drapeau de l'Algérie Mohammed Azzouz Arrière gauche 1971-1982 Cinq fois champion d'Algérie
deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Mohamed Ait Mouhoub Gardien 1973-1985 Quatre fois champion d'Algérie
Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Aissa Draoui Ailier gauche 1973-1977 Deux fois champion d'Algérie
Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Jeux Méditerranéens
Drapeau de l'Algérie Abdenour Zemmour Arrière droit 1974-1980 Quatre fois champion d'Algérie
Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Nasser Bouiche Attaquant 1977-1987 Deux fois Champion d'Algérie
Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Lakhdar Belloumi Milieu 1979-1981 Finaliste de la CAN
Vainqueur du Ballon d'or africain
Drapeau de l'Algérie Chaabane Merzekane Arrière droit 1987-1989
Drapeau de l'Algérie Tarek Lazizi Défenseur central 1987-1996 puis 1998-2002 Champion d'Algérie
vainqueurs de la CAN
Drapeau de l'Algérie Ameur Benali Milieu 1989-2004 Champion d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Rafik Saïfi Milieu 1996-1999 Champion d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Kamel Bouacida Défenseur central 2000-2007 Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Noureddine Daham Avant-centre 2003-2006 Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Réda Babouche Arrière gauche depuis 2004 Champion d'Algérie
Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Fayçal Badji Milieu offensif 2004-2009 Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau : Mali Rafan Sidibé Attaquant 2004-2009 Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau : Mali Drissa Diakité Milieu défensif 2004-2006
Drapeau de l'Algérie Hadj Bouguèche Ailier 2005-2010 Champion d'Algérie
Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Sofiane Younes Ailier 2005-2009 puis 2011 - Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau : Mali Moussa Coulibaly Défenseur central 2005-2010 Champion d'Algérie
Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Merouane Abdouni Gardien 2005-2007 Deux fois vainqueur de la Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Ismaël Bouzid Défenseur central 2005-2006 Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Farouk Belkaïd Milieu 2006-2008 Coupe d'Algérie
Drapeau de l'Algérie Mohamed Derrag Ailier 2009-2011 Champion d'Algérie

Anciens entraîneurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  3. Seule la sélection la plus importante est indiquée.