Mouloud Achour (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouloud Achour (écrivain) et Achour.

Mouloud Achour

Description de cette image, également commentée ci-après

Mouloud Achour, à droite, en compagnie de Xavier Beauvois lors du déjeuner des nommés des César du cinéma 2011.

Naissance 1er août 1980 (34 ans)
Drapeau de la France Noisy-le-Sec (France)
Nationalité Drapeau de l'Algérie Algérienne
Drapeau de la France Française
Profession animateur de télévision
Autres activités

Mouloud Achour, né le 1er août 1980 à Noisy-le-Sec, est un animateur de télévision, journaliste, musicien, acteur et scénariste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2013, il intervient dans l'émission Le Grand Journal de Canal+ où il tient une chronique sur les nouveaux mouvements. Il participe également à la Bataille Musicale du vendredi, face à Tania Bruna-Rosso et depuis septembre 2010 le Daily Mouloud dans Le Grand Journal. Il intervient dans l'émission d'Arthur, Les Enfants de la télé, en tant que DJ Mouloud.

Il a aussi été animateur sur la radio parisienne Fréquence Paris Plurielle et sur MTV. Avant Le Grand Journal, il tenait une chronique dans La Matinale, appelée L'Avis de Mouloud.

Il est aussi journaliste dans la presse écrite : il tient le journal Radikal de la fin des années 1990 au début des années 2000, et écrit les premiers articles sur Rohff, Booba, insérant dans le journal les interviews de rappeurs français, systematiquement mis en couverture.

il a ainsi participé à The Source, magazine spécialisé dans le hip-hop, et collabore actuellement à Technikart et au magazine féminin Be. Il fut également un des premiers redacteurs de l'édition française de Vice.

Il a fondé le label Kerozen avec le groupe de rap La Caution[1].

En septembre 2013, il présente le magazine de culture populaire Clique, le samedi à 12 h 10 sur Canal+[2]. L'audience est très faible (0,9 % de part de marché)[3],[4]. Sont venus dans Clique : Noam Chomsky, Pharell Williams, Rick Ross, Usain Bolt, Vincent Cassel, Zinédine Zidane, Claude Hagège, Vladimir Cosma ou encore Kaaris.

En 2014; il est égérie pour la marque Uniqlo.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le musicien de jazz Ibrahim Maalouf est souvent confondu avec lui.

Ses émissions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

* 2008 : publicité pour Curly[5] (« Si t'as pas d'amis, prends un Curly »)

Clips[modifier | modifier le code]

  • 2002 : (Je n'arrive pas à) Danser du groupe TTC
  • 2004 : Il y en a des biens de Didier Super ; dans le clip Thé à la menthe du groupe La Caution
  • 2006 : Dirty Dancing de Enhancer
  • 2008 : Je porte plainte du rappeur Tunisiano, membre du groupe Sniper
  • 2010 : N'importe Comment du dj The Toxic Avenger feat. Orelsan
  • 2011 :
    • Shalom, Salam, Salut du rappeur Seth Gueko ;
    • Kush rmx Pavanons-nous d'Ol Kainry feat. Jango Jack ;
    • La Source du groupe 1995 ;
    • Taxiphone de Mokobé du 113 feat Soprano.
  • 2011 : tournée américaine de Mustapha El Atrassi ; à cette occasion, un film est tourné et diffusé dans le cadre d'une soirée spéciale sur Comédie+, le 9 février 2012.
  • 2012 : remix de Invincible de Nakk
  • 2013 : Le Rap C Mieux (wesh !) de Disiz

Documentaires[modifier | modifier le code]

On lui doit aussi, avec Ariel Wizman, plusieurs documentaires sur la banlieue et le rap français, pour Canal+ :

  • La face B du hip hop (diffusé le 26 mai 2003 dans Lundi investigation) ;
  • Banlieue superstar (diffusé le 13 novembre 2005) ;
  • Crunk : l'outrance des rappeurs (diffusé le 13 mars 2006 dans Lundi investigation).

Il s'est également mis en scène dans un documentaire traitant de l'écologie, intitulé Mouloud passe au vert, diffusé sur Canal+ le 17 juillet 2008.

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

En 2007, il était présent au stade Charléty lors du meeting de Ségolène Royal, alors candidate à l'élection présidentielle de 2007. En 2014, il dément toute ambiguïté dans un entretien : « J'ai soutenu personne. Jamais », et précise : « Ni droite, ni gauche, je n'irai jamais collaborer avec les gens qui ont créé SOS Racisme, ni avec ceux qui ont ouvertement affiché la haine de mes ancêtres »[7].

Cinq ans plus tard, il cosigne avec Mokless et Félix Marquardt une tribune de ce dernier dans Libération, intitulée « Jeunes de France, votre salut est ailleurs : barrez-vous ! »[8], abordant le sort réputé peu enviable de la génération Y en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Autre source[modifier | modifier le code]

  • Stéphanie Binet, « Portrait : Son kif dans le PAF », Libération, no 8364,‎ 27 mars 2008, p. 32 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]