Moulin rouge (film, 1952)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moulin rouge (homonymie).

Moulin rouge

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La Goulue et Valentin le désossé
Affiche de Toulouse-Lautrec

Titre original Moulin-Rouge
Réalisation John Huston
Scénario John Huston
Anthony Veiller
Acteurs principaux
Sociétés de production Romulus Films
Moulin Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film biographique
Comédie dramatique
Sortie 1952
Durée 119 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Moulin rouge est un film anglo-américain réalisé par John Huston et sorti en 1952.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Paris, à la fin du XIXe siècle, le peintre Henri de Toulouse-Lautrec, à cause de sa difformité, noie son mal de vivre dans l'alcool et en compagnie des filles légères de Montmartre. Il devient un client assidu du Moulin-Rouge dont il va exécuter, sans le savoir et pour la postérité, les portraits de quelques artistes qui deviendront les figures emblématiques d'un cabaret mythique. Au gré d'aventures sentimentales hasardeuses et désespérées, Toulouse-Lautrec sera vaincu par ses excès.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le roman de l'écrivain français Pierre La Mure, Moulin-Rouge paraît en 1951 aux Presses de la Cité. José Ferrer en achète, la même année, les droits d'adaptation[2], pressentant le potentiel d'un rôle tel que celui de Lautrec.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu du 23 juin au 10 septembre 1952 aux studios de Shepperton (Royaume-Uni) et en extérieurs à Paris (7e et 8e arrondissements).

Pour essayer de recréer à l'écran l'aplat des affiches de Toulouse-Lautrec, John Huston engage le photographe Eliot Elisofon de Life Magazine afin d'expérimenter les nouvelles techniques du Technicolor. John Huston, les consultants en Technicolor et le directeur de la photographie Oswald Morris, utilisent un filtre simulant une brume pour créer une qualité monochromatique[2].

Certains costumes et maquillages sont autant d'hommages rendus au talent d'affichiste de Toulouse-Lautrec. Les protagonistes sont éclairés dans des tonalités différentes pour mieux les caractériser : José Ferrer est filmé avec un filtre bleu-vert, Colette Marchand avec un filtre violet et Suzanne Flon avec un filtre rose[2].

Sortie[modifier | modifier le code]

En mai 1952, John Huston écrit une lettre à l'administrateur Geoffrey Shurlock de la commission de classification cinématographique MPAA/PCA (Production Code Administration) l'assurant que les danseuses du cancan porteront de longs bas dissimulant leurs jambes. Mais, en décembre 1952, le film faillit être refusé parce que l'affiche de la campagne promotionnelle montrait une danseuse avec une jambe partiellement dénudée. L'affiche fut alors modifiée durant des semaines afin de dissimuler « le corps du délit »[2].

Le 23 décembre 1952, Moulin rouge fait partie de la liste des films pouvant être sélectionnés pour concourir aux Oscars. Le magazine Variety présume que « la course pour sa qualification a laissé le temps au film pour achever de se policer afin d'être d'une indéniable qualité »[2].

Mais, avant sa sortie, le film est interdit par l'American Legion ; selon un article de Variety de décembre 1952, John Huston et José Ferrer ont alors rencontré les protestataires dont ils ont dénoncé le fascisme, et l'interdiction a été levée. Toujours en décembre, l'Hollywood Citizen-News révèle que, malgré les efforts des cinéastes, quelques contestataires maintiennent un piquet de grève devant le lieu prévu pour la première avec des affiches proclamant « John Huston a aidé les Dix d'Hollywood[3] » et « l'American Legion interdit José Ferrer »[2].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Dans le film, les « mains de Lautrec » sont celles de l'artiste français Marcel Vertès, directeur artistique du film. Auparavant, celui-ci avait d'ailleurs partiellement financé sa formation artistique en copiant et vendant des dessins de Toulouse-Lautrec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paroles françaises de Jacques Larue.
  2. a, b, c, d, e et f Moulin-Rouge sur The TCM Movie Database.
  3. Voir aussi l'article House Un-American Activities Committee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]