Mouche du fromage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouche.

La mouche du fromage, de son nom latin Piophila casei, est un membre de la famille des Piophilidæ de l’ordre des diptères (mouches), famille qui inclut aussi les deux familles maintenant désuètes des néottiphilidées et des thyreophoridées depuis leur inclusion. La plupart se nourrissent de détritus animaux et de pourritures. Piophila casei, la mieux connue de cette famille, est une petite mouche d’environ quatre millimètres qui est partout répandue dans le monde. Sa larve qui mesure environ huit millimètres infeste la viande faisandée, le poisson fumé, les fromages et les animaux en décomposition. Cheese skipper, un de ses noms anglais, fait référence à sa possibilité de sauter d’un fromage au fromage voisin. Lorsqu’il est dérangé ou veut se déplacer subitement, ce petit asticot peut en effet effectuer un bond à la verticale de 15 cm[1].

Les larves résistent à l’acide stomacal et peuvent vivre un certain temps dans l’intestin après une ingestion accidentelle ou autre. On parle alors de « myase entérique ou intestinale ». Les larves de mouches du fromage sont la principale cause des myases chez l’humain et sont les insectes retrouvés le plus souvent dans l’intestin[2]. Elles peuvent causer des lésions sévères en tentant de perforer la paroi intestinale. Les symptômes incluent la nausée, les vomissements, les douleurs abdominales et une diarrhée sanguinolente. Les larves mortes ou vivantes peuvent passer dans les selles.

Cette espèce étant nécrophage, la médecine légale peut se servir de la présence des larves pour estimer la date d’un décès, celles-ci n’arrivant dans la dépouille qu’après trois à six mois[3].

Le corps de la mouche adulte est noir, bleu noir ou bronze, avec un peu de jaune sur la tête, les antennes et les pattes. Une légère iridescence peut être aperçue sur les ailes qui reposent sur l’abdomen au repos. La mouche avec ses quatre millimètres fait environ le tiers de la mouche domestique. Liopiophila est un genre typique de cette mouche.

Les larves arrivent à sauter en se repliant sur elles-mêmes, attrapant leur arrière-train avec leurs crochets buccaux, tendant leurs muscles, puis relâchant prise rapidement. Un effet de ressort les propulse en l’air. Une galerie de photographies visible sur internet[1] illustre ce phénomène chez la petite piophilidée Protopiophila litigata, à laquelle les anglais ont donné le nom de antler fly, une appellation qui peut se traduire librement en « mouche des panaches », puisque l’espèce n’infeste que les bois en décomposition des cervidés.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Voir un article en anglais du Dr Russell Bonduriansky sur la « mouche des panaches »  Antler flies  (en)
  2. Aluja, Martin et Norrbom, Allen (1999). Fruit Flies (Tephritidæ). CRC Press. ISBN 0-8493-1275-2.  p. 32
  3. article sur les différentes escouades d'animaux nécrophages intervenant après un décès. (fr) [1]