Mouche du chou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La mouche du chou (Delia radicum) ou mouche de la racine du chou, est une mouche mesurant 6 à 8 mm de long, elle est grise et marquée de taches noires.

C'est un insecte ravageur des brassicacées (ou crucifères) sauvages ou cultivées comme le chou, le radis, le navet, le colza...


Description[modifier | modifier le code]

Adulte[modifier | modifier le code]

Mouche grise de 6 à 8 mm marquée de taches noires. Les femelles ont une durée de vie assez courte (10 à 15 jours) et peuvent pondre environ 150 œufs.

Larve[modifier | modifier le code]

Asticot dont l'extrémité postérieure est ornée d'une couronne de 10 petites pointes noires membraneuses dont 2 sont fendues (dites bifides), elles formeront les stigmates de la pupe. Après éclosion, la larve s'enfonce dans le sol et dans les racines dont elle se nourrit.

Pupe[modifier | modifier le code]

Petit tonnelet brunâtre de 7 à 8 mm de long. Le stade pupe dure environ 20 jours.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

  • 3 à 4 générations par an d'avril à octobre.
  • Deux arrêts de développement dans l'année :
    • En été, les nymphes entrent en quiescence dès que la température du sol où elles se trouvent passe au-dessus de 22 °C, elles en sortent quand la température passe sous les 20 °C.
    • En hiver, les nymphes entrent en diapause vers septembre-octobre avant de reprendre leur développement au printemps suivant.

Dégâts[modifier | modifier le code]

Ils sont provoqués par les larves sur les racines. Il y a donc des pertes de rendement lors des récoltes de graines ou feuilles (colza, choux) ou lors des récoltes des légumes racines (radis...). Les dégâts sur les graines ou feuilles sont dus à une mauvaise absorption des nutriments; quant aux dégâts sur les légumes racines, ce sont les pourritures qui rendent les récoltes impropres à la consommation. De plus, les pourritures attirent d'autres diptères saprophages.

Moyens de lutte[modifier | modifier le code]

  • Qualité d'implantation, semis plus tardif.
  • Lutte intégrée, en utilisant des coléoptères comme Aleochara bilineata qui pondent leurs œufs dans les larves de la mouche du chou entre autres.

Sources[modifier | modifier le code]