Mouche charbonneuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouche.

Stomoxys calcitrans communément appelée mouche piquante ou encore mouche charbonneuse ou phlegmoneuse des chevaux, est ainsi nommée parce qu'elle peut transmettre mécaniquement le charbon, maladie infectieuse redoutée des éleveurs, de même que des anémies pernicieuses.

Milieu de vie[modifier | modifier le code]

C'est une espèce de mouche commune à la campagne, dans les étables, bergeries ou écuries où elle trouve en abondance les fumiers et crottins où elle pond ses œufs qui donneront des larves coprophages. Elle est plus connue maintenant sous le nom de mouche des étables (qui est aussi son nom anglais).

Description et alimentation[modifier | modifier le code]

Cette espèce du genre Stomoxe (en français) ou Stomoxys (diptère de la famille des Muscidae) est l'une des rares mouches ressemblant à la mouche domestique, mais qui soit piqueuse et se nourrissant de sang au stade adulte (piqûre douloureuse pour les humains comme pour les animaux). Elle possède une trompe noire, brillante, un peu plus longue que la tête et très pointue, qu'elle pointe en permanence vers l'avant[1]. Contrairement aux autres insectes hématophages, les deux sexes piquent.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle pond ses œufs dans le fumier ou les crottes. Les asticots, coprophages, se développent entre 10 et 80 jours selon la température.

Tranmission de pathogènes[modifier | modifier le code]

Les mouches charbonneuses transmettent les virus de l’anémie infectieuse équine, de la fièvre porcine africaine, des fièvres du West Nile ou de la Vallée du Rift. Des rickettsies (Anaplasma, Coxiella), d’autres bactéries et des parasites (Trypanosoma spp., Besnoitia spp.) sont aussi transmis par les stomoxes. Enfin, les stomoxes sont des hôtes intermédiaires du nématode parasite Habronema microstoma[2].


Lutte[modifier | modifier le code]

Image de poursuite vidéo d'une mouche charbonneuse. Test de l'activité répulsive de l'huile essentielle de citronnelle (Cymbopogon citratus)

En élevage, on lutte généralement contre la mouche charbonneuse par des insecticides. Des répulsifs moins toxiques, comme des huiles essentielles, sont à l'étude[3].

Espèce proche[modifier | modifier le code]

Elle peut vivre en "syntopie" avec une autre mouche morphologiquement très proche (Stomoxys niger) également vectrice d'hémoparasites aux animaux d'élevage. Pour les distinguer, on peut mesurer la longueur du palpe maxillaire qui est plus long chez S. niger, pour les deux sexes[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 216-217
  2. Baldacchino, F., Muenworn, V., Desquesnes, M., Desoli, F., Charoenviriyaphap, T. & Duvallet, G. 2013: Transmission of pathogens by Stomoxys flies (Diptera, Muscidae): a review. Parasite, 20, 26. DOI:10.1051/parasite/2013026 PDF, accès libre PDF dans PubMedCentral
  3. Baldacchino, F., Tramut, C., Salem, A., Liénard, E., Delétré, E., Franc, M., Martin, T., Duvallet, G. & Jay-Robert, P. 2013: The repellency of lemongrass oil against stable flies, tested using video tracking. Parasite, 20, 21. DOI:10.1051/parasite/2013021
  4. Fiche INIST CNRS

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]