Mouche bleue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouche.

La Mouche bleue (Calliphora vomitoria) est une espèce de Mouche commune dans la plupart des régions du monde et est l'espèce type du genre Calliphora.

Une espèce proche (Calliphora vicina), appelée aussi Mouche bleue, est très semblable, plus commune; ses joues, situées sous les yeux, sont rougeâtres au lieu de noires chez Calliphora vomitoria[1].

Description[modifier | modifier le code]

Calliphora vomitoria mesure 10 à 14 mm de long, soit un peu plus que la mouche domestique. La tête et le thorax sont gris terne et l'abdomen est bleu clair métallisé avec des marques noires. Le corps et les pattes sont couverts de poils noirs serrés. Les yeux sont rouges et les ailes sont claires. Les pattes et les antennes sont roses et noires. La poitrine est violet clair et est garnie de pointes pour se protéger d'autres mouches.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Ces insectes aiment voler en groupe afin de détecter les aliments plus efficacement. Si l'une d'entre elles décèle de la nourriture, par exemple des fruits blets, elle disperse une phéromone qui alerte les autres pour le repas. Attirée par la viande et le poisson (frais ou non), elle entre dans les maisons pour rapidement y déposer ses œufs. On la voit souvent se chauffer au soleil, posée sur des murs[1].

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Tête d'une mouche bleue.

La mouche bleue femelle pond ses œufs où elle se nourrit, en général dans la viande en décomposition, les ordures ou les matières fécales. Des larves blanchâtres, communément appelées asticots éclosent et commencent immédiatement à se nourrir des matières en décomposition où elles ont éclos. Après quelques jours d'alimentation, elles se traînent dans un endroit sec ou elles creusent le sol ou les matériaux à leur disposition pour se nymphoser dans un cocon brun (pupe). Après deux ou trois semaines, les adultes sortent de terre et s'accouplent, le cycle recommence. Pendant la saison froide, les nymphes et les adultes peuvent hiberner jusqu'à ce que des températures plus chaudes les sortent de leur léthargie. [Citation nécessaire]

Ces mouches seraient pollinisatrices de quelques fleurs émettant une odeur forte comme le Lysichiton américain et la Verge d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 214-215

Théâtre[modifier | modifier le code]

La Mouche bleue (1957) de Marcel Aymé.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]