Mots les plus longs en français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mot le plus long en français, si l'on se réfère aux dictionnaires usuels, est « anticonstitutionnellement », avec 25 lettres. On peut toutefois trouver des mots plus longs si l'on considère les formes conjuguées de certains verbes, ou encore les champs lexicaux spécialisés.

Anticonstitutionnellement se compose de plusieurs morphèmes :

  • anti- : préfixe marquant l'opposition ;
  • -constitu- : « établir légalement » ;
  • -tion(n)- : suffixe de nominalisation ;
  • -el(le)- : suffixe permettant de dériver un nom en adjectif (« à la façon de ») ;
  • -ment : suffixe de dérivation permettant de construire un adverbe.

Donc, anticonstitutionnellement signifie « de façon contraire aux règles de l'organisation des pouvoirs publics d'un gouvernement ».

Le mot interdépartementalisation, lui aussi long de 25 lettres, se rencontre dans la littérature administrative et signifie « mise en œuvre commune à plusieurs départements ». Un autre mot, apopathodiaphulatophobie, contient une syllabe de plus, une lettre de moins, pas de suffixe mais trois préfixes. Il s'agit d'un terme de psychiatrie signifiant « la peur de la constipation », que l'on ne trouve pas dans tous les dictionnaires ou encore l' 'hexakosioihexekontahexaphobie', qui signifie la peur du nombre 666 (29 lettres). D'autre part, si l'on admet les formes infléchies, on peut citer déconstitutionnaliseraient et déconstitutionnalisassions (26 lettres chacun), formes au conditionnel présent et au subjonctif imparfait, respectivement, du verbe déconstitutionnaliser, avec pour chacune une lettre de plus qu’anticonstitutionnellement.

En géographie[modifier | modifier le code]

En médecine[modifier | modifier le code]

Le vocabulaire de la médecine produit des mots très longs, par exemple :

  • cyclopentanoperhydrophénenthrène (32 lettres), est un type de noyau qui entre dans la composition d'éléments biochimiques comme le cholestérol par exemple.
  • électro-encéphalographiquement (29 lettres), l’électro-encéphalographie étant une méthode d'exploration vasculaire qui mesure l'activité électrique du cerveau ;
  • œsophago-gastro-duodénoscopie (28 lettres), qui est une procédure de diagnostic endoscopique permettant de visualiser la première partie de l’appareil gastro-intestinal (de l’œsophage jusqu’au duodénum) au moyen d'une sonde ;
  • glycosylphosphatidyléthanolamine (32 lettres), un glycérophospholipide des membranes cellulaires ;
  • psychopharmacothérapeutique (27 lettres)[1] ;
  • myélosaccoradiculographie (25 lettres), qui est une variété de myélographie permettant d’explorer les culs-de-sac contenant du liquide céphalo-rachidien situés sous la moelle épinière, ainsi son adjectif dérivé myélosaccoradiculographique (27 lettres) ;
  • oligoasthénotératospermie (25 lettres), désigne la présence dans le sperme de spermatozoïdes insuffisamment nombreux, peu mobiles et mal formés ;
  • pseudohypoparathyroïdisme (25 lettres), une affection rare rendant les tissus cibles de la parathormone résistants à cette dernière ;
  • hexakosioihexekontahexaphobie, peur du nombre 666, avec les hexakosioihexekontahexaphobes associés (29 lettres chacun) ainsi que l'adjectif dérivé hexakosioihexekontahexaphobique (31 lettres).

On trouve aussi, mais dans un registre plaisantin plutôt que médical :

La variante hippopotomonstrosesquippedaliophobie (36 lettres) et hippopotomonstrosesquippedaliophobiques (39 lettres) ne se justifie pas du point de vue étymologique.

  • Apopathodiaphulatophobie (24 lettres) qui signifie "avoir peur de la constipation".

En chimie[modifier | modifier le code]

Le vocabulaire de la chimie, non spécifiquement français, permet de construire des mots aussi longs que l'on veut (si on construit les noms de molécules fictives).

  • Par exemple, le nom systématique de la vitamine B2 (dite aussi riboflavine) est
    • chlorure d’aminométhylpyrimidinylhydroxyéthylméthythiazolium (49 lettres).
  • Ceci dit, pour plus de clarté, des tirets sont souvent interposés pour marquer les pauses à la lecture (et surtout ajouter de la clarté au mot), montrant ainsi le côté « composé » du mot :
    • chlorure d'aminométhylpyrimidinyl-hydroxy-éthylméthy-thiazolium.
  • En biologie, il existe le terme glycosylphosphatidylinositol (28 lettres)
  • Il existe également un gaz toxique suffocant appelé l’orthochlorobenzalmalonitrile (30 lettres/12 syllabes), couramment appelé gaz CS. C'est un gaz lacrymogène courant classé comme irritant oculaire. On le retrouve dans les aérosols de défense (en petites bombes).
  • DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane 31 lettres) : insecticide puissant, présent dans plusieurs dictionnaires.
  • La protéine titine peut aussi être désignée par un nom donnant sa composition. Ce nom fait 189819 lettres[2]. Principalement dans le but d'établir un record, une vidéo de sa prononciation a été réalisée[3].

En droit français[modifier | modifier le code]

En droit français, on trouve le mot contraventionnalisations, avec ses 23 lettres (24 au pluriel) qui signifie, dans la répartition tripartite des infractions, qu'une infraction (délit ou crime) est requalifiée en contravention. Et bien sûr le mot « anticonstitutionnellement » (25 lettres), ce qui signifie « de façon contraire aux règles de l'organisation des pouvoirs publics d'un gouvernement ».

On trouve aussi le mot "intergouvernementalisation" avec 26 lettres.

Néologismes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :