Motion City Soundtrack

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Motion City Soundtrack

Description de cette image, également commentée ci-après

Motion City Soundtrack en live

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical rock indépendant[1],[2], pop punk[3],[4],[5],[6],[7],[8], pop rock[3],[6],[9], power pop[8],[10]
Années actives 1997 - actuel
Labels Columbia (2008–actuel)
Epitaph (2003–2008)
Modern Radio (1999–2000)
Site officiel MotionCitySoundtrack.com
Composition du groupe
Membres Joshua Cain
Justin Pierre
Jesse Johnson
Matthew Taylor
Tony Thaxton
Anciens membres Sidney Burgdorf
Matthew Potocnik
Joel Habedank
Austin Lindstrom
Andrew Gruhn
Andrew Whitney
Joe Skinner

Motion City Soundtrack est un groupe de rock américain formé en 1997 à Minneapolis (Minnesota, États-Unis). Il est constitué par Justin Pierre à la guitare et au chant, le guitariste Joshua Cain, Jesse Johnson au synthétiseur Moog, Matthew Taylor à la basse et Tony Thaxton à la batterie[11]. Le groupe compte actuellement deux membres de la formation originelle de 1997 : Justin Pierre et Joshua Cain. Motion City Soundtrack a sorti quatre albums studio dont les ventes avoisinent les 600 000 exemplaires à travers le monde (les États-Unis représentant à eux seuls près de 500 000 exemplaires vendus)[12],[13].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

Justin Pierre, Co-foundateur de Motion City Soundtrack, se produisant en 2007.

Motion City Soundtrack est né des cendres de deux groupes locaux. Joshua Cain de Saddest Girl Story recrute Justin Pierre de Slide Coaster, permettant la création de Motion City Soundtrack à Minneapolis, Minnesota, en 1997[14],[15]. On retrouve dans le line-up actuel seulement Joshua Cain et Justin Pierre du line-up originel qui comportait à l'époque le guitariste Joe Skinner qui restera moins d'un an, puis un peu plus tard, le batteur Andrew Whitney[14]. Joshua Cain déclara plus tard qu'ils avaient réalisé rapidement qu'il n'y avait "plus d'endroits où vraiment se produire en concert à Minneapolis", et qu'ils devraient "tourner tout le temps" pour se faire un nom[16].
Le nom du groupe Motion City Soundtrack a été trouvé par le frère de Joshua Cain, Brian, à qui Joshua aurait dit "invente un nom pour quelque chose avec laquelle tu pourrais faire l'imbécile, juste une idée" puis l'aurait proposé au reste du groupe qui l'adopta[15].

En janvier 1998, Motion City Soundtrack joue ses premiers concerts dans de petites villes et connait un grand nombre de changements dans sa formation. Andrew Gruhn rejoint brièvement le groupe au synthétiseur Moog, Andrew Whitney quitte le groupe, pendant que Austin Lindstrom reprend la basse et Joel Habedank la batterie (anciennement membre de Sadie Foster et de The Fuck Yeahs)[14]. Plus tard en 1998, Andrew Gruhn s'en va[14], obligeant Joshua Cain et Justin Pierre à reprendre le Moog à tour de rôle pour enregistrer en studio avec Randy Duerr au Wigged Out. Ces enregistrements feront partie d'un single vinyle 7", "Promenade / Carolina"[17], marqué par la formation d'un line-up officiel, en 1999[12],[18].

Au début de l'année 2000, le groupe change encore de formation avec l'arrivée puis le départ rapide de Matthew Potocnik[14], les départs du batteur Joel Habedank et du bassiste Austin Lindstrom (pour la deuxième fois)[14]. Au milieu de l'année, Motion City Soundtrack sort son premier EP, intitulé Kids For America et auto-produit par Sound in Motion en collaboration avec Modern Radio Records. Cette sortie coïncide avec une tournée constituée par des groupes locaux de la même scène, le AMP 176[17]. Le premier EP est suivi de près par Back To The Beat, toujours auto-produit et qui sera remarqué et chroniqué par Punk News en avril 2001, constituant l'une des premières chroniques officielles du groupe[19].

L'année 2002 est l'année de la formation du line-up définitif et actuel de Motion City Soundtrack. Les départs du batteur Sidney Burgdorf et du bassiste Austin Lindstrom ont permis le recrutement de deux ex-membres du groupe Submerge provenant de Richmond, Virginie[18], le batteur Tony Thaxton, et quelques mois plus tard le bassiste Matt Taylor[14]. Les négociations pour le recrutement de Tony Thaxton ont pris environ une année[16]. Jesse Johnson, le dernier musicien à rejoindre le groupe, est à la base un collègue de Joshua Cain dans la pizzeria où ils travaillaient ensemble, à Minneapolis. Il rejoint le groupe trois semaines avant l'enregistrement de leur premier album et a appris à ce moment à jouer du Moog sans aucune expérience au préalable[14],[18].
Grâce à leurs nombreux concerts lors de tournées aux États-Unis, ils réunissent un nombre grandissant de fans, ce qui permet au groupe de signer avec le fameux label Epitaph Records.

Le 12 Juin 2012, le groupe publie son cinquième album, produit d'une collaboration entre Epitaph records et le label fondé par le groupe ; "The Boombox Generation". La sortie de l'album est précédée de celle d'un premier single "True Romance".

Le second single, "Timelines" parait dès le 22.05.2012.


I Am The Movie[modifier | modifier le code]

Leur maison de disques Epitaph sort en 2003 une réédition de l'album I Am the Movie qui devient le premier franc succès du groupe. Le single "The Future Freaks Me Out" est diffusé à la télévision et devient un incontournable en live mais semble peu plébiscité par les stations de radio américaines : il n'apparaitra pas dans les charts. Les années 2003 et 2004 connaîtront la sortie de trois Split EPs, Motion City Soundtrack collaborant avec les groupes Schatzi, Limbeck et Matchbook Romance.

Commit This To Memory[modifier | modifier le code]

Le second album, Commit This To Memory, est l'album qui rencontrera le plus de succès jusqu'à ce jour, se vendant à plus de 285 000 exemplaires et se positionnant à la deuxième position dans les charts dans la catégorie des "albums indépendants"[20]. Cet album inclut le single "Everything Is Alright", qui rencontra un succès non négligeable sur MTV mais restera fébrile sur les ondes radio et dans les charts.

Even If It Kills Me[modifier | modifier le code]

Le groupe sortira son troisième album Even If It Kills Me en 2007. l'album se positionne en 16e position au Billboard 200 et premier sur les charts en catégorie "albums indépendants"[20]. L'album comprend les singles "Broken Heart", "This Is for Real" et "It Had to Be You", dont chacun des clips sera diffusé à la télévision.

My Dinosaur Life[modifier | modifier le code]

Motion City Soundtrack a sorti un quatrième album appelé My Dinosaur Life en janvier 2010, qui se positionne directement à la 15e place du Billboard 200 dès sa sortie. La sortie de l'album est précédée par une importante campagne de promotion nommée "The Dinosaur Trail" ou "On the Dino trail with Justin Pierre", ce dernier parcourant les États-Unis accompagné de sa guitare acoustique pour se produire dans des lieux publics[21].
My Dinosaur Life est le premier album de Motion City Soundtrack à sortir sur une maison de disques major, Columbia Records.

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Joshua Cain, le guitariste de Motion City Soundtrack, jouant à Newcastle University en 2006.

Justin Pierre et Joshua Cain formèrent le groupe avec diverses inspirations allant de Sunny Day Real Estate, Jawbox, The Flaming Lips, Superchunk[3], à Braid, The Rentals[22], le rock du début des années 90[15], Elvis Costello, Pixies, la musique des années 80, la dance music et la pop de Ben Folds[23].

Le style musical du groupe est facilement reconnaissable à son mélange de pop punk avec un synthétiseur Moog. Motion City Soundtrack a été attribué à de nombreux genres différents, de la pop rock[3], au rock indé[1], ou au punk revival, ou bien au genre pop punk[3],[24]. On dit souvent d'eux qu'ils sont "plus pop qu'autre chose" mais émulsionné avec une "essence de base plutôt alternative, des chansons acoustiques" qui leur permettent "d'en dégager une recette et une saveur du succès[25]." Le groupe a été décrit comme étant "trop éclectique pour être rangé dans un seul genre" selon Justin Pierre, qui plaisante sur le fait que le groupe devrait être rangé dans la catégorie "Scrabble rock" et non pas "Fraggle rock" (du nom d'une ancienne série télévisée avec des marionnettes) : "Vous savez, le jeu Scrabble, où vous devez trouver les plus longs mots pour gagner le plus points ?", en référence aux paroles de leurs chansons, avouant qu'il doit parfois utiliser un dictionnaire pour vérifier[26].

Leur premier album, I Am the Movie a été décrit comme ayant "un style distinctement homogène et identifiable[23]." Un article en 2004, écrit par The News Record's Jeff Miller décrit ses inspirations "[...] qui proviennent d'Elvis Costello à Huey Lewis ; on pourrait le rapprocher, de manière plus appropriée, à une fusion entre Jimmy Eat World et The Get Up Kids. Assez d'énergie pour le classer dans le genre punk, contrasté avec des paroles assez emo pour en remplir un LiveJournal." Le style "synth-pop-punk" de Motion City Soundtrack est apporté par des "paroles et des lignes de guitares destinées à vous coller dans la tête, appuyées par les mélodies catchy des claviers de Johnson[1]"

Le 3e album du groupe, Even If It Kills Me, a un son encore plus pop que les deux précédents[27]. Jesse Johnson déclare que le groupe avait eu "l'opportunité d'ajouter des éléments comme des violons sur le dernier album[28]." The Daily Cardinal déclare que "l'album reste honnête avec les racines du groupe provenant du punk tout en restant fermement ancré dans la bubblegum pop de ses mélodies," démontrant ainsi que le style du groupe gagne en maturité alors que "les stars de la pop se la jouent de manière plus sûre et restent concentrés dans ce qu'ils savent faire de mieux[29]."

Le défunt groupe californien Metro Station cite Motion City Soundtrack dans ses influences, Joshua Cain et Justin Pierre ayant produit deux de leurs chansons pour leur premier album éponyme[22].

Membres[modifier | modifier le code]

Actuels[modifier | modifier le code]

Anciens[modifier | modifier le code]

  • Joe Skinner – guitare (1997)
  • Andrew Gruhn – synthétiseur Moog (1998)
  • Austin Lindstrom – basse (1998–2000, 2001–2002)
  • Andrew Whitney – batterie, percussions (1997–1998)
  • Joel Habedank – batterie, percussions (1998–2000)
  • Matthew Potocnik – basse (2000–2001)
  • Sidney Burgdorf – batterie, percussions (2001)
  • Tony Thaxton – batterie, percussions, chœurs (2002–2013)

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Jeff (2004-11-15) Miller, « Motion City Soundtrack boards a pop-punk train », The News Record.org (consulté le 2008-07-31)
  2. (en) « I Am the Movie – Motion City Soundtrack's debut long player », IGN (consulté le 2008-11-12)
  3. a, b, c, d et e (en) MacKenzie Wilson Andrew Leahey, « Motion City Soundtrack Biography », AllMusic (consulté le 2008-07-31)
  4. (en) Johnny Loftus, « Commit This to Memory – Motion City Soundtrack », AllMusic (consulté le 2008-11-12)
  5. (en) Kevin (2005-09-28) Jagernauth, « Motion City Soundtrack – Commit This to Memory », Pop Matters.com (consulté le 2008-06-30)
  6. a et b (en) Andrew Leahey, « Even if It Kills Me – Motion City Soundtrack », AllMusic (consulté le 2008-11-12)
  7. (en) Sam (2007-09-17) Tolley, « Motion City Soundtrack – Even If It Kills Me », Rock Louder.co.uk (consulté le 2008-06-30)
  8. a et b « Motion City Soundtrack: Commit This to Memory » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  9. (en) Julia (2007-09-13) Conny, « Motion City Soundtrack – Even if It Kills Me », Absolute Punk (consulté le 2008-06-30)
  10. (en) « Motion City Soundtrack – Commit This to Memory », IGN (consulté le 2008-11-12)
  11. (en) « Artist Info: Motion City Soundtrack », Epitaph.com (consulté le 2008-05-27)
  12. a et b (en) « Podcast #20 – Motion City Soundtrack », Alternative Press (The AP Show),‎ 2008-06-30 (consulté le 2008-07-03) : « Direct link »
  13. (en) « Rehearsal Space: Motion City Soundtrack », Zoom-In.com (consulté le 2008-06-26)
  14. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « MCS: About the Band », Motion City Memories (consulté le 2008-06-16)
  15. a, b et c « Interview with Josh Cain » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  16. a et b Megan Cunningham, Mike Raffensperger (Producers). Rehearsal Space: Motion City Soundtrack (Streaming video) [Interview]. Zoom-In.
  17. a et b « Modern Radio Bands: Motion City Soundtrack » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  18. a, b et c (en) « MCS – Full Biography », MTV.com (consulté le 2008-07-03)
  19. (en) « Motion City Soundtrack – Back to the Beat EP », Punk News.org,‎ 2001-04-23 (consulté le 2008-06-30)
  20. a et b (en) « Artist Albums Chart History for Motion City Soundtrack », Billboard.com (consulté le 2008-06-08)
  21. (en) « On The Dino Trail With Justin Pierre », mydinosaurlife.com (consulté le 2010-11-01)
  22. a et b (en) « Motion City Soundtrack », AllMusic (consulté le 2008-07-31)
  23. a et b (en) Paul Newbold, « Motion City Soundtrack : Joshua Cain, Justin Pierre. They are the Movie... », Counterculture.co.uk (consulté le 2008-07-31)
  24. (en) « Motion City Soundtrack », MP3.com (consulté le 2008-07-31)
  25. « Motion City Soundtrack musically matures but still keeps pop roots » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  26. (en) Danielle O’Donohue, « Motion City Soundtrack Wired for Soundwave », Rip It Up.com.au (consulté le 2008-07-31)
  27. (en) « Motion City Soundtrack – Even If It Kills Me », Punk News.org (consulté le 2008-07-31)
  28. « Motion City Soundtrack – Interview » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  29. (en) Emma Condon, « Motion City Soundtrack album a credit to pop-punk genre », DailyCardinal.com,‎ 2007-09-27 (consulté le 2008-07-31)

Liens externes[modifier | modifier le code]