Moteur multisoupape

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un moteur multisoupape possède au moins trois soupapes par cylindre, souvent quatre. L'utilisation de quatre soupapes (indiquée par le sigle « 16S », ou « 16V » en anglais, pour un moteur 4-cylindres) se généralise en automobile.

Exemples[modifier | modifier le code]

Pour un moteur à quatre temps, l'architecture classique comprend 2 soupapes par cylindre.

  • Les moteurs 4T de véhicules sportifs récents et la plupart des moteurs de conception moderne utilisent une culasse multisoupape, le plus souvent de type 4 soupapes par cylindre (2+2), les 2 soupapes d'admission puis les 2 soupapes d'échappement étant actionnées simultanément.
  • Un moteur 2 soupapes d'admission et 1 soupape d'échappement par cylindre (2+1) se rencontre sur certaines motocyclettes routières.
  • Plus rare, un moteur 3 soupapes d'admission et 2 soupapes d'échappement par cylindre (3+2) animait certaines motos, telles la Yamaha FZ750 DOHC à 20 soupapes (produite de 1985 à 1991).
  • En 1985, Maserati créa un moteur expérimental 2,0 L turbo V6 à 6 soupapes par cylindre (3+3).
  • Une limite dans la multiplication des soupapes serait celle de la très onéreuse moto Honda 750 NR, comptant 8 soupapes par cylindre (4+4).

Technique[modifier | modifier le code]

Sur les moteurs multisoupapes, les diamètres de soupape (plus précisément, les ratios entre les diamètres de référence de portée de soupape et les diamètres de piston) sont inférieurs ; la section de passage offerte au gaz au droit de la soupape est augmentée[1].

Le système VTEC, rencontré par exemple sur certaines motos Honda VFR, permet d'améliorer le couple à bas régime, le moteur passant de 4 à 2 soupapes par cylindre en dessous d'un certain régime.

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Par rapport à la configuration à 2 soupapes par cylindre, la moindre inertie mécanique, résultant de l'allégement des pièces en mouvement, autorise des régimes moteur plus élevés. Voir Affolement de soupapes. Le rendement et la puissance moteur sont améliorés.

Mais le caractère moteur est plus faible, souvent qualifié de « linéaire ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Geoffroy, « Distribution à soupapes », Éd. techniques de l'ingénieur (consulté le 13 novembre 2014), B 2 805-5.