Moteur EP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Moteur PSA/BMW EP)
Aller à : navigation, rechercher
Moteur EP
Moteur EP

Marque Drapeau : France Française de Mécanique
Chronologie des modèles
Précédent Moteur TU

Le moteur EP, parfois dénommé « moteur Prince », est un moteur thermique automobile à combustion interne, essence quatre temps, avec 4 cylindres en ligne alésés directement dans le bloc en aluminium, refroidi par eau, doté d'un vilebrequin 5 paliers, avec arbres à cames en tête entraînés par une chaîne de distribution, avec une culasse en aluminium, 16 soupapes en tête, produit par la Société Française de Mécanique. À son lancement en 2006, il est prévu qu'il équipe la gamme intermédiaire du constructeur français PSA Peugeot Citroën ainsi que la Mini du constructeur allemand BMW.

Disponible en version 1.4 L (EP3) et 1.6 L (EP6), le « moteur EP » est un quatre cylindres en ligne essence remarquable par ses faibles émissions de CO2 et son couple généreux en déclinaison turbocompressé[1]. Ils prennent comme appellation commerciale « VTI » (Variable Valve Lift and Timing injection) pour les versions atmosphériques (*puissances modifiées en 04/2010) et « THP » (Turbo High Pressure) pour les versions suralimentées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Issus d'une collaboration entre le groupe PSA et BMW, les « moteurs EP », autrement appelés « Prince », ont été élus plusieurs fois « Moteur international de l'année »[2] et sont produits à la Française de Mécanique, à Douvrin.


Plusieurs technologies sont mises en œuvre telles que la distribution variable Valvetronic et double VANOS développées par l'allemand BMW et viennent remplacer les moteurs de la gamme TU chez Peugeot. La suralimentation par turbocompresseur permet à ces moteurs à injection directe de 1 598 cm3 d'atteindre plus de 200ch et 275Nm dès les bas régimes, le tout sur une plage étendue. En effet la version 200ch annonce sa puissance maximale de 5 500 à 6 800 tr/min et son couple maximal dès 1 700tr/min jusqu'à 4 500tr/min[3]. À l'image de la Peugeot 405 T16, un overboost est disponible et augmente temporairement le couple, l'EP6DTS des 207 RC et Mini Cooper S obtiennent ainsi un gain de 20 Nm soit 260 Nm de 1600 à 5000 tr/min[4]. Il a été annoncé le 29 septembre 2009 la fourniture du 1.6l Turbo à partir de 2012 au constructeur suédois Saab pour remplacer les moteurs Opel[5].

En 2010, l'accord entre BMW Group et PSA a été renforcé et ouvre de nouvelles possibilités de coopérations technologiques[6].

Évolutions[modifier | modifier le code]

Une Peugeot RCZ 1.6 L THP 200 ch.

D'abord destiné au milieu de gamme, le « moteur Prince » est par la suite décliné en version plus sportive. Les Peugeot 207 RC et Mini Cooper S inaugurent en 2007 la version 175 ch. En 2008, le préparateur John Cooper Works sort une version poussée à 211 ch pour 6 000 tr/min tout en conservant la garantie constructeur. En 2010, une version 200 ch est étrennée par le modèle sportif Peugeot 308 GTi et intègre à la fois la levée variable de soupape et un turbo.

Les nouvelles normes Euro5 conduisent à une optimisation des moteurs. L'EP6CDT remplace l'EP6DT, il gagne 6ch pour des émissions moindres. De la même manière, l'EP6C remplace l'EP6 et l'EP3C remplace l'EP3. Mis à part les émissions les caractéristiques restent identiques pour ces deux derniers. L'EP6DTS évolue chez BMW et gagne 9 ch sur la Mini Countryman [7] tandis qu'il n'est pas remplacé chez PSA, conduisant à l'arrêt de production de la Peugeot 207 RC.


Une déclinaison tri-cylindres économe pour l'entrée de gamme est également prévue, deux atmosphériques de 1,0 L et 1,2 L de cylindrée et une turbocompressée de 1,2 L dans laquelle PSA aurait investit 175 millions d'euros. La version turbo serait produite à Douvrin tandis que les versions atmosphériques seraient assemblées dans l'usine de Trémery, en Moselle[8].

Une version de 260 chevaux de moteur EP6CDTS, baptisée EP6CDTR est présentée sur le coupé RCZ R au « Festival of Speed » de Goodwood en Juillet 2013. Ce nouveau moteur de 270 ch et 330 nm pour 1,6 l de cylindrée et des émissions de CO2 contenues à seulement 145g/km établit un nouveau record avec plus de 160 chevaux par litre. Ce moteur répond à la norme Euro 6. Il développe sa puissance maximale de 199 kW (270 ch) à 6000 tr/min et un couple maximal de 330 Nm de 1900 tr/min à 5500 tr/min. Ce nouveau moteur bénéficie d’un traitement thermique spécifique avant usinage, d'un équipage mobile spécifique, d'un collecteur d'échappement à l'architecture retravaillée. Le Turbo Borgn Warner twinscroll a été revu pour renforcer sa robustesse. Les nouveaux pistons, assurant un taux de compression de 9,2, développés avec MAHLE Motorsport, adoptent une structure forgée, ainsi qu’une nuance d’aluminium utilisée en Formule 1, leur refroidissement est assuré par 2 gicleurs.

Les bielles évoluent également pour résister à une utilisation à haut régime du moteur. Leurs coussinets avec revêtement polymère permettent de résister aux pressions cylindre plus élevées, brevetés et présentés en 2011 par Mahle, ils sont appliqués en série en première mondiale sur RCZ R.

Fiabilité[modifier | modifier le code]

Les versions suralimentées THP 150 ch et 175 ch du « moteur Prince » ont parfois été sujettes à des problèmes liés à la distribution avant 30 000 km[9]. BMW a publié une note technique (SI M 11 02 07) concernant le remplacement du tendeur de chaîne de distribution par un nouveau modèle mieux calibré, PSA n'a quant à lui publié aucune information officielle à ce sujet[10].


Les symptômes seraient, selon le magazine Autoplus, une perte de puissance, lié à un décalage de la distribution, ou des claquements importants à froid liés à la détente de la chaine de distribution[11]. Ces symptômes interviennent avant 30 000 km à 50 000 km et peuvent conduire à une casse moteur.


Ces problèmes sont éradiqués depuis le passage à 156 ch en avril 2010[12].

Tableau comparatif[modifier | modifier le code]

Appellation commerciale 1.4l VTI 95/98ch* 1.6l VTI 120/122ch* 1.6l THP 150ch / 156ch depuis juin 2011 1.6l THP 175ch 1.6l THP 200ch 1.6l JCW 211ch
Appellation technique EP3 / EP3C EP6 / EP6C EP6DT / EP6CDT EP6DTS EP6CDTX P154
Utilisateurs PSA / BMW PSA / BMW PSA PSA / BMW PSA John Cooper Works
Bloc moteur Aluminium
Nb cylindres / soupapes 4 cylindres / 16 soupapes
Énergie Essence
Cylindrée / alésage*course 1398cc / 77 x 75 mm 1 598 cm3 / 77 x 85,8 mm
Type Atmosphérique VVT Suralimenté, turbocompresseur Twin Scroll
Puissance max (ch DIN) 95/98 ch à 6000tr/min 120/122 ch à 6000tr/min 150 ch à 5750tr/min 175 ch à 6000tr/min 200 ch de 5500 à 6800tr/min 211 ch à 6000tr/min
Puissance max (kW) 70 kW à 6000tr/min 88 kW à 6000tr/min 110 kW à 5750tr/min 128 kW à 6000tr/min 147 kW de 5500 à 6800tr/min 155 kW à 6000tr/min
Couple max (Nm) 136 Nm à 4000tr/min 160 Nm à 4250tr/min 240 Nm de 1400 à 3500tr/min 240 Nm de 1600 à 5000tr/min 255 Nm de 1700 à 4500tr/min 260 Nm à 2000tr/min
Couple Temporaire Overboost non 260 Nm 275 Nm 280 Nm

Liste des véhicules[modifier | modifier le code]

Plusieurs constructeurs exploitent les « moteurs Prince » : Peugeot, Citroën, BMW , Saab, à partir de 2012. mais aussi Ford qui vient s'ajouter à la liste.

La liste est non-exhaustive.

Moteurs atmosphériques[modifier | modifier le code]

Moteurs suralimentés[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Guide des moteurs Peugeot », sur www.autoweb-france.com
  2. « PSA et BMW : moteur encore gagnant », sur www.autonews.fr
  3. « Essai Peugeot RCZ 1.6 THP 200 ch & 2.0 HDi 163 ch », sur www.turbo.fr
  4. « Peugeot 207 RC 1.6 THP 16V 175ch », sur www.feline207.net
  5. « Saab bientôt des moteurs BMW », sur www.autonews.fr
  6. « Un nouvel accord qui pourrait en offrir plus… », sur blogautomobile.fr
  7. « Une Mini qui prend de la hauteur », sur www.motors-dz.com
  8. « 175 millions investis pour un 3 cylindres turbo », sur www.turbo.fr
  9. « Fiabilité du moteur PSA THP », Auto Plus, no 1156,‎ 2 novembre 2010
  10. « Nos Sources », sur distributionthp.free.fr
  11. « Modèles à risques, séparez-vous en avant 30 000km », Auto Plus, no 1156,‎ 15 août 2011
  12. « Voitures françaises : vraiment en panne de fiabilité ? », Auto Plus, no 1249,‎ 13 août 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]