Motel 007

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Motel 007
Auteur Ian Fleming
Genre Roman d'espionnage
Version originale
Titre original The Spy Who Loved Me
Éditeur original Jonathan Cape
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1962
Version française
Traducteur Jacques Parsons
Lieu de parution Paris
Éditeur Plon
Date de parution 1966
Nombre de pages 313
Série James Bond
Chronologie
Précédent Opération Tonnerre Au service secret de Sa Majesté Suivant

Motel 007 (The Spy Who Loved Me) est un roman d'espionnage de l'écrivain britannique Ian Fleming publié pour la première fois en 1962. C'est le dixième roman mettant en scène le personnage de James Bond.

Le titre original, The Spy Who Loved Me, donne littéralement L'Espion qui m'aimait, en français. Ce roman est une exception dans la saga littéraire de l'agent 007, puisque c'est le seul à avoir une narration à la première personne (renvoyant à une jeune femme prénommée Vivienne Michel). En outre, James Bond n'apparaît que tardivement dans le roman.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action débute le vendredi 13 octobre, 18h, dans le motel Les Sapins rêveurs, quelque part dans les Adirondacks. C'est la fin de la saison et les gérants des lieux, les Phancey, ont laissé le bâtiment sous la garde d'une jeune Canadienne de 23 ans, Vivienne Michel, jusqu'à ce que le propriétaire des Sapins Rêveurs, un certain M. Sanguinetti, vienne récupérer les clefs le lendemain. Mais dans la soirée, alors qu'elle ressassait ses souvenirs, une tempête éclate et deux hommes menaçants font irruption dans le motel. La jeune Canadienne ne tarde pas à se rendre compte que ces deux individus sont des gangsters, qu'ils sont venus dans un but bien précis ici et qu'elle a un rôle à y jouer. La situation empire rapidement pour Vivienne, qui pense qu'elle va mourir. Mais l'arrivée soudaine et inattendue d'un sauveur providentiel va changer la donne…

Ce sauveur n'est autre que James Bond, à la recherche d'Ernst Stavro Blofeld, l'ancien chef du SPECTRE officiellement dissous, depuis la réussite de l'Opération Tonnerre. Il arrive dans la région presque par hasard et tombe nez à nez avec les deux hommes. Appréciant peu ce renfort pour la jeune femme, les deux gangsters (surnommés « Horreur » et « Sluggsy ») tentent de tuer Bond après avoir brûlé le motel pour que M. Sanguinetti puisse toucher l'assurance, mais finalement celui-ci parvient à les tuer, ensuite Vivienne et J. Bond couchent ensemble.

Le lendemain, Vivienne se réveille sans Bond, parti mais ayant promis de faire venir la police pour l'aider. Après qu'elle a lu le mot portant cette promesse, la police arrive enfin. Un officier prend sa déclaration et dit paternellement à Vivienne que, quel que soit son camp, un espion et un meurtrier restent dangereux et doivent être évités. Vivienne continue son voyage à travers le pays, repensant aux conseils de l'agent et à l'espion qui l'aimait.

Principaux personnages[modifier | modifier le code]

Le livre se divise en trois parties, au cours desquelles les principaux personnages apparaissent au fur et à mesure. Dans la première partie, Moi, Vivienne Michel, narratrice et personnage principal du roman, nous raconte son enfance, son adolescence, ses amours ainsi que la façon dont elle atterrit dans le Motel. Eux, la seconde partie, introduit les deux gangsters et enfin la troisième et dernière partie, Lui est marqué par l'arrivée de James Bond au motel Les Sapins rêveurs.

  • Vivienne Michel
  • James Bond
  • Sluggsy Morant et Sol Horowitz (dit Horreur), les deux gangsters envoyés au Motel des Sapins Rêveurs.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : L'Espion qui m'aimait.

Le film L'Espion qui m'aimait (1977), avec Roger Moore dans le rôle de James Bond et Lewis Gilbert à la réalisation, ne conserve du roman que le titre original. En effet, Ian Fleming n'étant pas satisfait de son livre, il précisa lors de la vente des droits de ses romans aux producteurs Albert R. Broccoli et Harry Saltzman que seul le titre pourrait servir à un film, mais aucun autre élément de l'histoire. Par ailleurs, le Britannique Christopher Wood, qui a travaillé sur le scénario de L'Espion qui m'aimait, a publié la novélisation éponyme du film.

Références[modifier | modifier le code]