Mot-phrase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme mot-phrase est utilisé avec des acceptions différentes dans la psychologie, la psycholinguistique et la linguistique.

Dans l'histoire du langage humain[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de l'histoire du langage humain, la notion de mot-phrase caractérise une certaine étape de l'évolution du langage, située dans la préhistoire. Un tel mot pouvait être bref ou long, en tout cas polysyllabique, comportant donc peu jusqu'à de nombreux éléments formateurs agencés par une syntaxe compliquée, variable au sein du même idiome[1].

Dans la psychologie de l'enfant[modifier | modifier le code]

Le terme « mot-phrase » est également utilisé dans les études sur l'acquisition du langage par les enfants[2]. On y entend par cela un moyen d'expression langagière spécifique à l'enfant de 9 à 20 mois. C'est un mot constitué d'une consonne suivie d'une voyelle, qui peut avoir plusieurs significations. Par exemple ta peut signifier C'est le chat ou Donne-moi le biberon. La combinaison consonne-voyelle peut souvent être répétée : mama, dada[3].

Dans la grammaire[4][modifier | modifier le code]

Dans l'acception de la grammaire traitant de la langue actuelle en général, le mot-phrase (formé d'un seul mot) et la locution-phrase (de plus d'un mot : Au revoir, À la bonne heure !) ne sont pas analysables, constituant à eux seuls une phrase. Une autre de leurs caractéristiques est d'être invariables.

Il y a des mots-phrases essentiels, qui constituent toujours un tel type de phrase. Ce sont principalement des interjections (Aïe !, Hé !) et des onomatopées (Pan !, Toc-toc !) mais aussi des mots qu'on classe traditionnellement parmi les adverbes : Oui, Non. D'autres mots- et locutions-phrases sont occasionnels, par exemple Attention ! ou S'il vous plaît.

Les mots-phrases n'ont pas de fonction syntaxique mais peuvent être incidents à l'intérieur d'une phrase proprement-dite : C'est, hélas, impossible.

Certains mots-phrases peuvent avoir des compléments : Merci beaucoup, Bravo pour ta réussite !

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Leçons de linguistique de Gustave Guillaume (1956-1957) publiées sous la direction de Roch Valin et alii, Systèmes linguistiques et successivité historique des systèmes II, Les Presses de l'Université Laval – Québec, Presses universitaires de Lille – Lille, 1982, p. 31-32 (ISBN 2-7637-6979-9) – Québec, (ISBN 2-85939-199-1) – Lille.
  2. Selon Aliya Morgenstern, L'enfant dans la langue, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009, p. 66 (ISBN 978-2-87854-462-6), le terme apparaît pour la première fois chez William Stern et Clara Stern, dans Die Kindersprache. Eine psychologische une sprachtheoretische untersuchung, Barth, Leipzig, 1907.
  3. Cf. Jo Godefroid, Pychologie. Science humaine et science cognitive, 2e édition, De Boeck, Bruxelles, 2008, p. 466 (ISBN 978-2-8041-5901-6).
  4. Sources de cette section : Maurice Grevisse, André Goosse, Nouvelle grammaire française, 3e édition, De Boeck & Larcier s.a., (Département Duculot), Bruxelles, 1995, p. 345-348 (ISBN 2-8011-1098-1) et Breckx, M., Grammaire française, 2e édition, De Boeck & Larcier s.a., (Département Duculot), Bruxelles, 1996, p. 137-138 (ISBN 2-8041-2399-5).