Mosh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la chanson de Eminem, voir Mosh (chanson).
Mosh lors d'un concert de The Dillinger Escape Plan

Le Mosh (ou Mosh Pit) est un type de danse brutale des milieux punk, punk hardcore, et metal depuis les années 1970. Originaire des États-Unis, elle est exécutée en faisant des sauts ressemblant à du pogo, en remuant des bras d’avant en arrière (certains mouvements sont chorégraphiés et se répètent), en jetant ses pieds en avant et en arrière (un peu à la manière d’un art martial), parfois en touchant le sol de ses mains en rythme avec la musique et en se poussant les uns les autres sur de la musique punk, hardcore, et surtout du metal (on notera cependant qu’en français le terme « pogo » est preféré pour le punk, et le metal). Le Mosh est populaire dans les concerts.

Le mosh est en général pratiqué dans un cercle appelé « PIT » (voir circle pit). À l’origine, c’était en général les gens situés juste à côté de la scène qui dansaient le mosh. Il est maintenant fréquent de voir des cercles de mosh pit disséminés dans le public entier, ou qui incluent tout le public.

Origines et histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

On attribue le terme de « mosh » à Vinnie Stigma du groupe hardcore Agnostic Front, en tant qu’acronyme de « March Of Skin Heads » (Défilé, marche de skinheads), mais beaucoup l’attribuent aussi à Darryl Jennifer, bassiste des Bad Brains, à cause de sa prononciation jamaïcaine du mot « mash » dans « mash down Babylon ». Beaucoup de punks de la première vague de la scène parlent plutôt de pogo (et en Amérique de Thrashing), alors que le terme de moshing semble surtout avoir pris de l’importance quand les scènes hardcore et metal ont commencé à se mélanger et s’influencer mutuellement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Mosh Pits sont apparus en 1981 – au plus tard – à un certain nombre de concert de punk. Ce type de danse s’est ensuite répandu dans la scène heavy metal, où le headbang et le slam ont ensuite été rajoutés. Au milieu des années 1980, quand des groupes de thrash metal comme Slayer, Metallica, Megadeth et Anthrax jouaient toujours dans des boîtes, le mosh pit était déjà devenu habituel pendant les concerts de punk. Et au gigantesque festival Woodstock 1999 le moshing s’était métamorphosé en de véritables émeutes. Pour résoudre les problèmes engendrés par ce phénomène, les salles de concerts habituées à recevoir des groupes susceptibles de provoquer des Mosh Pits renforcent leurs effectifs de sécurité pour contrôler le public, notamment les « T-barricades » qui séparent le Pits en deux parties et l’éloignent aussi du groupe.

Le clip vidéo de Smells Like Teen Spirit de Nirvana a fait connaître le mosh pit à un très large public mainstream, en 1991. Dans le clip The Leaving Song Part II de A Fire Inside et le clip de la chanson Wake The Dead du groupe de hardcore Comeback Kid présente un mosh pit d’environ 100 personnes. Le mosh correspondait aussi à l'origine à une rupture dans le rythme du morçeau marqué le plus souvent par plus de lenteur et de lourdeur qui annonce un final explosif. Le morceau de Comeback kid cité en est un exemple.

En mai 1996, The Smashing Pumpkins jouent un concert au Point Depot à Dublin. La foule venue les voir est très nombreuse et en dépit des appels au calme répétés du groupe, qui demande à la foule de cesser le mosh pit, une fan de 17 ans, Bernadette O’Brien est tuée – écrasée et piétinée. Le concert se termine rapidement, et les concerts des soirs suivants prévus à Belfast sont annulés, par respect pour elle. Billy Corgan, chanteur des Smashing Pumpkins déclarera plus tard qu’il avait failli quitter le groupe et le show business pour de bon après le tragique événement.

En France[modifier | modifier le code]

En France, le mosh pit est moins courant[réf. nécessaire] que d’autres formes de danse extrême-hardcore, comme le pogo . Il s’est cependant bien développé ces dernières années[Quand ?] dans certaines scènes – notamment avec l’émergence des mouvements screamo et hardcore, sans pour autant prendre l’ampleur du phénomène en Amérique.

Description[modifier | modifier le code]

La danse a toujours été un élément central de l'ambiance des concerts punk. Représentant l'état d'esprit punk, les danses punks n'ont au départ pas de règles et consistent à remuer frénétiquement en tout sens au son des rythmes rapides, en n'hésitant pas à l'occasion à bousculer son voisin.

Les concerts de hardcore, du fait de l'importance du sens des paroles et du rythme souvent plus corsé de la musique, le tout associé à l'échelle souvent réduite des concerts, ont vu des formes nouvelles de danse prendre forme : rythme de danse saccadé, associant mouvement de bras, de jambe et de tête, coups de pieds et coups de poings, pas chassés et moulinets. La danse se fait au rythme de la musique et les différents styles ne permettent pas les mêmes styles de mosh. La danse se fait sur un espace vide au milieu de la foule des spectateurs appelé « pit ». Un « pit » peut être plus ou moins grand, suivant la taille de la salle, le nombre de danseurs et l'importance totale du public. Le mosh est une danse individuelle, bien que certaines figures puissent se faire de façon collective. Depuis les années 2010/2011 on assiste à l'émergence de groupe de danseur du pit, tel que les mexicain masqué de "el lucha core libre".

Quelques mouvements[modifier | modifier le code]

Le mosh n'est pas une danse théorisée, mais on peut décrire un certain nombre de mouvements au nom convenu :

  • Floorpunch ou pickin' up change ou beatdown : consiste à faire semblant de frapper le sol avec ses poings en se penchant tout en avançant au milieu du pit par petits sauts ou pas.
  • Le « circle moshing » ou circle pit est spécifiquement employé pour les tempos rapides : un groupe de danseurs courent ou « moshent » en formant un grand cercle autour du pit, essayant d'entraîner des membres du public ne dansant pas.
  • Le Two-Step est la danse issue du hardcore old school. Elle consiste à faire un pas de danse où l'on passe une jambe devant l'autre, à retirer cette dernière pour la repasser devant et ainsi de suite pouvant être accompagné d'un mouvement des bras (moulinet, balancement de gauche à droite etc). Il se doit d'être rythmé avec la musique.
  • Le wind-mill : il consiste à faire un moulinet avec ses deux bras très rapidement. Il est souvent à l'origine de petits incidents car très violent.
  • Le Side to Side : il consiste à courir de gauche à droite en poussant les autres spectateurs pour agrandir le pit avant le mosh
  • Le Kick Moshing : consiste à exécuter le plus de coup de pied et de poing dans le vide durant toute la longueur d'un morceau. Style très violent du mosh, il est souvent pratiqué sur des groupes de musique Hard-Core car cette représentation est très violente et donc dangereuse.
  • The Gorilla Stomp: consiste a se pencher et a frapper le sol de ses poings pendant un beatdown.

Types de Moshing[modifier | modifier le code]

Moshing est un terme fourre-tout pour toute danse exécutée dans un mosh pit ou circle pit. Cependant certains mouvements s’accordent plus avec certains passages de la musique.

Le Moshing, parfois appelé Pogo signifie différentes choses selon la musique pour laquelle il est employé.

  • Le Breakcore, un genre de techno hardcore, qui rassemble pas mal d’ex-punks et d’ex-métalleux, et donc leur mosh pits.
  • Le Grindcore a aussi son style de danse, souvent appelé le “grind” et qui est un croisement entre le “skanking” (voir plus bas) et un mosh plus lent.
  • Les concerts de metal sont connus pour leurs gigantesques pogos, favorisés par la popularité du genre et donc la grande capacité d’accueil des salles de concerts concernées. À cause de la rapidité du tempo du metal, la rapidité des mouvements de danse elle-même augmente. Ce pogo éperdu aussi connu sous le nom de Speed Mosh est souvent pratiqué pendant les concerts de groupes tels que Iced Earth et Megadeth. Plus le métalleux va vite, plus le mosh devient fou et incontrôlable. Le Speed Mosh est appelé Trash au Québec, où le terme Mosh est généralement réservé au Mosh Hardcore.
  • Le mosh ou pogo du Punk comprend en général de grandes vagues où tout le monde se pousse, se jetant les uns contre les autres, des slams où une ou plusieurs personnes sont portées par la foule, et du pogo pur et dur: sauter tout en se poussant les uns les autres (l’invention étant attribuée à Sid Vicious des Sex Pistols). Le mosh des concerts de punk est en général moins violent et théâtral que les moshs et pogo des concerts de hardcore.
  • Le mosh pratiqué pendant les concert de hardcore est beaucoup plus rapide. Le mosh hardcore est souvent caractérisé par des mouvements de bras et de pieds très rapides et violents, très mal vus en dehors du contexte particulier du hardcore.

Risques et critiques[modifier | modifier le code]

Bien que la plupart des moshers considèrent le moshing comme quelque chose d'amusant, drôle et agréable, il y a toujours un risque de se blesser légèrement, voire gravement.

Ceux qui soutiennent le moshing admettent qu’il y a un risque physique lié à la danse. Mais ils soutiennent également que les pogos et les mosh établissent des rapports sociaux comme l’amitié, et introduisent un esprit de camaraderie, et qu’enfin les blessures sérieuses (parfois malheureusement fatales) sont causées par les slams : une activité complètement différente.

Mais ceux qui critiquent le moshing accusent aussi le pogo d’inciter à la violence et de relativiser ces faits. La violence parmi le public amène forcément à quelques blessures. Les critiques du moshing expliquent qu’on peut observer une escalade de la violence, un cercle vicieux qu’entraîne le moshing. Les médias encouragent cette interprétation.[réf. nécessaire]

Pour beaucoup, le mosh pit est une sorte de sport extrême. Beaucoup pensent réellement que le mosh pit stimule et encourage la camaraderie. Bien que le mosh est censé être une danse où aucun contact entre personnes n'est fait, où aucun coup ne doit être porté (contraire au pogo dans la scène punk), il y a cependant parfois des accidents, en général causés par des personnes pensant que le mosh est une danse violente. Les escalades de la violence arrivent souvent lorsqu’une personne non habituée aux mosh pits ou se tenant hors du pit est touchée. Il est nécessaire de se rappeler que le mosh pit est censé être amusant.

Il y a en fait une sorte de confusion entre les vrais dangers du pit et le comportement des moshers.

Il y a définitivement des risques pour les moshers ou ceux qui approchent de trop près le pit. Beaucoup de ceux qui supportent le mosh pit pensent qu’un des intérêts du mosh est son côté physique, et que ses risques peuvent être comparés à ceux de n’importe quel sport extrême. Certains suggèrent même que le mosh comble un certain désir d’être blessé et physiquement éprouvé, c'est une sorte de moyen pour relâcher le stress et la pression.

Il a été avancé que le moshing serait une sorte de “rite de passage” moderne, où les jeunes mettraient à l’épreuve leur courage et leur force avec leurs amis ou de parfaits inconnus, dans une situation imprévisible de danse violente et frénétique.


Précautions[modifier | modifier le code]

Il y a tout de même des précautions, des règles de bases concernant le moshing.

  • Les vêtements et chaussures doivent être adaptés à cette activité physique, ainsi que la mentalité de la personne... le mosh n'est pas un moyen de régler ses comptes.
  • Les piercings peuvent être arrachés pendant le mosh. Soyez sûr des les enlever avant pour votre propre sécurité.
  • Gardez la bouche fermée ou évitez de sortir votre langue pour ne pas risquer de vous la sectionner avec vos dents.
  • L’état d’ébriété est très fortement déconseillé car dangereux pour soi et pour les autres.
  • Si quelqu’un tombe, le moshing doit s’arrêter au moins autour de la personne tombée, et les moshers doivent immédiatement aider cette personne à se relever. Cette règle essentielle et primordiale est valable pour toutes les formes de danse hardcore (pogo, slams etc.). Il est en général très acceptable de tirer cette personne par le bras rapidement pour éviter une bousculade et un piétinement.
  • Enlevez tous les pics, qu’ils soient sur les vestes, ceintures, bracelets, colliers, et tous bijoux similaires et susceptibles de blesser gravement les autres.
  • Ne fumez pas dans les moshs!
  • Pas d’attouchements sexuels.
  • Les coups de poings et de pieds directs sont considérés comme une entorse à l’étiquette du moshing, on leur préfèrera l’usage des avant-bras et coudes pour pousser. Cette règle ne s’applique pas aux moshs hardcores.
  • La plupart des mosh pits se déroulent pendant la partie la plus violente de la chanson. Se jeter dans la foule et frapper les autres après la chanson ou une fois que le mosh est dispersé est très mal vu. L’exécutant est perçu comme un idiot qui ne sait pas ce qu’il fait ni ne comprend ce qui se passe.
  • Immobiliser les gens en agrippant leurs vêtements est aussi très mal vu.
  • Les moshers prennent pour acquis le fait que les gens se tenant au bord du cercle formé par le pit forment volontairement un bouclier pour protéger ceux à l’extérieur du pit et pour empêcher les moshers de tomber par terre. Ils sont donc exposés aux mêmes risques que les moshers. Cependant ils ne doivent en aucun cas renvoyer les moshers expulsés du centre du pit à l’intérieur, car le risque est de faire tomber le mosher ou de se voir pousser/frapper à son tour, en général bien plus fort…
  • Ne pas porter de lunettes, elles sont plus que susceptibles d’être brisées dès le premier mosh, confiez-les à un(e) ami(e) hors du mosh.
  • Ne faites pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas qu’on vous fasse. Le mosh pit est un endroit où les règles élémentaires de respect doivent être appliquées, comme partout, même si les règles diffèrent légèrement de d’habitude.
  • Si vous vous tenez au bord du pit, soyez avertis que quelqu’un peut vous frapper. Si vous voulez rester au calme, gardez vos distances avec le mosh.
  • Le mosh n'est pas obligatoire, faites également respecter votre envie d'assister à un concert sans forcément recevoir de coups !
  • Le concert en lui-même définit la vision du Mosh, par exemple, les black-métaleux ou encore death-métaleux[réf. nécessaire] voient d'un très mauvais œil le mosh-pit. Ainsi il vaut mieux ne pas forcer les choses et attendre que la foule soit motivée pour pouvoir tenter de lancer un mosh.
  • Pour les gens entourant le mosh: ne repoussez pas systématiquement tout mosher s'approchant de vous car certains désirent surtout sortir du mosh pour fatigue ou blessures. Ainsi attendez de voir si la personne approchant frappe encore ou non; si oui, repoussez-le pour qu'il comprenne que vous ne souhaitez pas prendre part.

Liens externes[modifier | modifier le code]