Moses Finley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Finley.

Sir Moses I. Finley, né en 1912 à New-York et mort en 1986, est un historien d'origine américaine naturalisé britannique en 1962, spécialiste de l'Antiquité grecque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation

Il est issu d'une famille juive de New York ; son nom originel est « Moses Isaac Finkelstein »[1].

Sur le plan scolaire, il peut être considéré comme un enfant prodige : à l'âge de 15 ans, il est reçu Bachelor of Arts (l'équivalent de la licence) magna cum laude à l'Université de Syracuse, puis obtient un Master of Arts de droit public à l'Université Columbia à l'âge de 17 ans (1929). Il devient collaborateur-chercheur de l’Encyclopædia of the Social Sciences puis, en 1933, assistant de recherches en droit romain à l'université de Columbia. Il se tourne ensuite vers l'histoire ancienne et obtient son doctorat au sein du département d'histoire.

Carrière aux Etats-Unis

En 1934, suite à l'arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne, l'Institut de Recherche sociale de Francfort s'installe à New York et s'associe avec l'université Columbia. Finley se lie alors avec le groupe dirigé par Max Horkheimer : il participa à des séminaires et écrit dans la revue Zeitschrift für Sozialforschung.

En 1948, il devient professeur à l'université Rutgers (université de l'Etat du New-Jersey).

En 1952, sur dénonciation de Karl Wittfogel[2], il est inquiété par la commission McCarthy pour ses relation avec le groupe de Karl Polanyi, personnalité notoirement de gauche, professeur à Columbia. Ayant refusé, au nom du cinquième amendement, de répondre sur à son appartenance au Parti communiste, il est limogé à la fin de l'année.

Carrière en Grande-Bretagne

Ne pouvant retrouver de travail aux États-Unis, il part pour la Grande-Bretagne, où il obtient un poste à l'université de Cambridge, à Darwin College.

Son oeuvre très importante pour l'histoire de la Grèce antique, notamment son livre Le Monde d'Ulysse (1954), ne commence à être traduite en français que durant les années 1960, grâce à l'intérêt que lui portent les hellénistes Pierre Vidal-Naquet et Jean-Pierre Vernant.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Studies in Land and Credit in Ancient Athens, 500–200 B.C.: The Horos Inscriptions (1951).
  • Economy and Society in Ancient Greece (1953).
  • The World of Odysseus (1954).
  • The Ancient Greeks: An Introduction to Their Life and Thought (1963).
  • A History of Sicily: Ancient Sicily To The Arab Conquest (1968).
  • Aspects of Antiquity: Discoveries and Controversies (1968).
  • Early Greece: The Bronze and Archaic Ages (1970).
  • The Ancient Economy (1973).
  • Democracy Ancient and Modern (1973).
  • Studies in Ancient Society, editor (1974).
  • The Use and Abuse of History (1975).
  • Schliemann's Troy: One Hundred Years After (1975).
  • Studies in Roman property, editor (1976).
  • The Olympic Games: The First Thousand Years, with H.W. Pleket (1976).
  • Ancient Slavery and Modern Ideology (1980).
  • The Legacy of Greece: A New Appraisal (1981).
  • Authority and Legitimacy in The Classical City-State (1982).
  • Politics in the Ancient World (1983).
  • Ancient History: Evidence and Models (1985).

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Les Anciens Grecs (The Ancient Greeks, 1953)
  • Mythe, mémoire, histoire, La Découverte, 2001 (The Use and Abuse of History, 1975).
  • Le Monde d'Ulysse, Seuil, 2002 (The World of Odysseus, 1954).
  • Esclavage antique et idéologie moderne (Ancient Slavery and Modern Ideology, 1980)
  • L'Économie antique (The Ancient Economy)
  • Démocratie antique et démocratie moderne, Payot, 2003 (Democracy Ancient and Modern, 1973).
  • L'Invention de la politique, Flammarion, « Nouvelle bibliothèque scientifique », 1985 (Politics in the Ancient World, 1983)
  • On a perdu la guerre de Troie : propos et polémiques sur l'Antiquité, Les Belles Lettres, 1997 (Aspects of Antiquity. Discoveries and Controversies, 1968)
  • 1000 ans de Jeux olympiques : 776 avant J.-C./261 après J.-C., Perrin, 2004 (The Olympic Games : The First Thousand Years, 1976, en collaboration avec H-W Pleket),
  • Les premiers temps de la Grèce, Flammarion, 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Vidal-Naquet, « Économie et société dans la Grèce ancienne : l'œuvre de Moses I. Finley », dans Archives européennes de sociologie, n° 6, 1965.
  • Pierre Vidal-Naquet, Mémoires, tome 2 Le trouble et la lumière 1955-1998, Paris, Seuil/La Découverte, 1998.
  • B.D. Shaw et R.P. Saller, introduction à Économie et Société en Grèce ancienne, Seuil, coll. « Points Histoire », Paris, 1984.
  • (it) M. De Santis, « Moses I. Finley. Note per una biographia intellectuale », Quaderni di Storia, n° 10, 1979.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Vidal-Naquet, Mémoires 2, p. 172.
  2. Mémoires 2, p. 172.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Auteurs qui ont influencé Finley :