Mortsel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mortsel
Blason de Mortsel
Héraldique
Drapeau de Mortsel
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province d'Anvers Province d'Anvers
Arrondissement Anvers
Bourgmestre Erik Broeckx (N-VA)(2013-18)
Majorité N-VA, CD&V, Sp.a(2013-18)
Sièges
N-VA
Groen!
sp.a
OpenVLD
Vlaams Belang
CD&V
M. Anders
29(2013-18)
11
7
3
2
2
2
2
Section Code postal
Mortsel 2640
Code INS 11029
Zone téléphonique 03
Démographie
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
25 246 (1er janvier 2014)
48,4 %
51,6 %
3 245 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
19,66 %
59,86 %
20,48 %
Étrangers 3,73 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 5,97 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 16 111 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 09′ N 4° 27′ E / 51.15, 4.4551° 09′ Nord 4° 27′ Est / 51.15, 4.45  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
7,78 km2 (2005)
17,46 %
0,60 %
79,37 %
2,56 %
Localisation
Image illustrative de l'article Mortsel

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Mortsel

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Mortsel
Liens
Site officiel www.mortsel.be

Mortsel est une ville néerlandophone de Belgique située en région flamande, dans la province d'Anvers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie de Mortsel[modifier | modifier le code]

Seigneurie de Cantecroy[modifier | modifier le code]

Cantecroy, aujourd'hui quartier de l'est de Mortsel, était une ancienne seigneurie érigée en comté, et avec titre de principauté[1].


Le document le plus ancien mentionnant la seigneurie de Cantecroy est un acte de vente daté de 1239, dans lequel un certain Arnoldus en fait cession[2].
En 1284, Cantecroy est en possession de Vauthier Wolckaert, qui le cède au duc Philippe III de Bourgogne, en 1295[3].
En 1296, Guillaume Berthout, seigneur de Berchem et de Ranst achète le domaine au duc et dote le château d'un haut donjon, détruit en 1698[2].
En 1538, Henri de Pontailler, qui possède la moitié de la seigneurie que sa femme, Jeanne Anne de Hornes, a hérité de sa mère Adrienne de Ranst Berthout, achète la part manquante à Jeanne de Ranst Berthout[3]. À la mort d'Henri, sa veuve vend la seigneurie à Nicolas Perrenot de Granvelle, garde des Sceaux, premier conseiller de l'empereur Charles Quint, suzerain de Besançon et comte de Bourgogne, qui le transmet à son fils Thomas, en faveur duquel la seigneurie est érigée en comté, en 1570, par le roi Philippe II d'Espagne, duc de Brabant[3].
Son fils François n'ayant pas d'enfants légitimes, transmet Cantecroy à son neveu François-Thomas d'Oiselay, seigneur de Champtonnay, baron de La Villeneuve, chambellan des archiducs Albert et Isabelle; qui revend la seigneurie, en 1616, à Jean-Baptiste Maes, tout en conservant son titre comtal, qu'il transmet, en 1629, à son fils Eugène-Léopold et à sa bru Béatrix de Cusance[4].
Jean-Baptiste Maes endetté, revend presque aussitôt la seigneurie au comte Philippe de Godines, duquel hérite sa fille Marguerite-Philippine, qui apporte Cantecroy, en 1655 à son époux Charles-Ghiselain, comte de Fiennes, et à ses descendants qui le conservent jusqu'en 1718[3].
À cette date, la seigneurie échoit aux barons de Termeeren, qui le revendent en 1823 aux barons d'Osy Wycken.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Albert Einstein, fuyant le nazisme, réside quelques château de Cantecroy, alors propriété du professeur Arthur de Groodt, en attendant l'obtention d'un visa pour les États-Unis[2].
Au milieu du XXe siècle, la famille de Daele, rachète le château qu'elle restaure, et dont elle est toujours la propriétaire.


Enfin, en 1984, le château, la ferme, la chapelle et les bastions sont classés monuments historiques, ainsi que les environs immédiats classés comme site rural d'exception.

Oude God ou Fort n° 4 d'Anvers[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En août 1914, c'est le Commandant Arthur Romain, de l'Artillerie de siège, qui est chargé de diriger le fort d'Oude God. C'est le Général Leman, ami de longue date et parrain d'un de ses enfants, qui l'a choisi pour ce poste. Ils étaient tous les deux professeurs à l'Ecole Militaire de Bruxelles. Il a tenu le plus longtemps possible et au moment où ses hommes quittaient la forteresse en bon ordre, des mitrailleurs anglais lui ont demandé de rester sur place avec quelques hommes de confiance. La situation devenue intenable, ils quittèrent la forteresse et passèrent en Hollande où ils furent internés dans un camp d'officiers (français, anglais et belges) dans l'île d'Urk (Flevoland) du Zuiderzee où il organisa avec les aviateurs français André d'Humières et Armand Coutisson (futur colonel) des tentatives d'évasion ratées par deux tunnels. Ils réussirent néanmoins tous les deux à quitter les Pays-bas. Arthur Romain, né à Fosse le 17 août 1873, Matricule 12470, héros belge décoré de l'Ordre du Double Dragon de la Chine impériale, mort en Hollande le 29 décembre 1917, a été oublié injustement et pourtant il a mérité de la Patrie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruzen de la Martinière A., Le grand dictionnaire géographique et critique, Volume 3, imprimerie J.B. Pasquali, Venise, 1737
  2. a, b et c / Château de Cantecroy
  3. a, b, c et d Butckens (de), Supplément aux trophées tant sacrés que profanes du duché de Brabant, volume 1, imprimerie C. de Lom, La Haye, 1726
  4. Jonge (de) K., Janssens G., Les Granvelle et les anciens Pays-Bas, presse universitaire de Louvain, Louvain, 2000 (réd.)