Morschwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Morschwiller
Image illustrative de l'article Morschwiller
Blason de Morschwiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Canton Haguenau
Intercommunalité C.C. de la région de Haguenau
Maire
Mandat
Damien Winling
2014-2020
Code postal 67350
Code commune 67304
Démographie
Population
municipale
584 hab. (2012)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 16″ N 7° 37′ 36″ E / 48.8211, 7.626748° 49′ 16″ Nord 7° 37′ 36″ Est / 48.8211, 7.6267  
Altitude Min. 194 m – Max. 302 m
Superficie 4,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Morschwiller

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Morschwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morschwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morschwiller

Morschwiller est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Morschwiller se situe dans le nord-est du Kochersberg, entre Pfaffenhoffen et Brumath. Le village est traversé d'est en ouest par la route département 419 qui relie les deux villes. Les communes limitrophes sont : Dauendorf au nord-est, Uhlwiller (et son écart Niederaltdorf) à l'est, Huttendorf au sud-est, Grassendorf et Ringeldorf à l'ouest, Pfaffenhoffen et Niedermodern au nord.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Horschviller (1793), Morchwiler (1801)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du village remonte à 771. Morschwiller était un ancien village impérial puis royal du bailliage de Haguenau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Morschwiller

Les armes de Morschwiller se blasonnent ainsi :
« De gueules au monde d'argent, cerclé, cintré et croiseté du même. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Eugène Diebold    
mars 1995 mars 2001 Charles Thal    
mars 2001 mars 2008 Marie-Françoise Moritz    
mars 2008 mars 2014 Marie-Françoise Moritz    
mars 2014 en cours Damien Winling    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 584 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
437 392 521 547 575 606 595 627 628
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
553 553 501 527 526 562 611 564 575
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
562 555 571 530 520 428 400 393 354
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
370 368 392 388 395 459 551 565 584
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne
  • Monument aux morts : situé au centre du village
  • L'église Saint-Étienne (catholique) : construite en 1840 par Louis-Martin Zegowitz
  • Chapelle Saint-Ulrich : construite par des particuliers en 1832
  • Maison traditionenelle : année de construction...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté en )
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :