Mormonisme et caractère sectaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le caractère potentiellement sectaire de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours est sujet à controverses. Pour certains organismes de lutte contre les sectes (UNADFI en France, Redune en Espagne), l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours est un mouvement sectaire. Pour la Mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS) et MIVILUDES, en revanche, celle-ci ne devrait pas être qualifiée de secte. L'Église n'est pas non plus reprise comme secte dans le rapport parlementaire français sur les sectes, ni par Jean Vernette, secrétaire national de l'épiscopat français pour l'étude des sectes et nouveaux mouvements religieux pour l'Église catholique de France[1], ni par Odon Vallet, spécialiste français des religions[2], ni par Georges Fenech, député, ex-président de la Miviludes[3].


Définition d'une secte[modifier | modifier le code]

Une secte était à l'origine un ensemble de personnes qui se sont détachées de l'enseignement officiel d'une Église pour créer leur propre doctrine philosophique, religieuse, etc.

Il est devenu un terme polémique, qui désigne un groupe ou une organisation le plus souvent à connotation religieuse dont les croyances ou le comportement sont jugés obscurs ou malveillants par le reste de la société. Généralement les responsables de ces groupes sont accusés d'une part de brimer les libertés individuelles au sein du groupe ou de manipuler mentalement leurs disciples afin de s'approprier leurs biens, de les maintenir sous contrôle, etc. et d'autre part d'être une menace pour l'ordre social.

Pour dénoncer des activités éventuellement néfastes de certains groupes, l'expression dérive sectaire est devenue récemment la formule officielle de certaines structures gouvernementales comme la MIVILUDES.

Le terme de secte, ayant pris une connotation négative, est récusé par la plupart des groupes visés. Certains juristes et sociologues le jugent discriminatoire et inutilisable tant que le dysfonctionnement du groupe n'a pas été prouvé, c'est-à-dire tant qu'un drame n'est pas survenu et considèrent qu'il ne peut pas être utilisé de façon préventive.

France[modifier | modifier le code]

Point de vue des organismes de lutte contre les sectes[modifier | modifier le code]

L'UNADFI dénonce le mouvement comme secte en raison du rôle de la femme qu'elle juge subalterne et de l'enseignement religieux des enfants qu'elle qualifie d'endoctrinement. Le CCMM ne considère pas ce mouvement comme dangereux. La Mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS) a estimé que l'Église est « un groupe religieux qui ne pose pas de problèmes en France » et MIVILUDES déclare que les mormons ne constituent pas une secte.

UNADFI[modifier | modifier le code]

Catherine Picard, actuellement présidente de l'UNADFI, a déclaré au sujet de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours : « Il s'agit d'un mouvement à déviance sectaire. C'est une communauté qui vit en vase clos, où la place de la femme est réduite à néant. L'enseignement religieux pour les enfants est tellement important qu'ils n'ont pas de temps à consacrer à autre chose. C'est un fonctionnement très limite »[4].

Pour sa part, l'ADFI certifie dans son périodique être « régulièrement contactée par des familles ou des personnes confrontées à des situations conflictuelles et douloureuses du fait de l'appartenance d'un de leurs proches à ce mouvement ». Les reproches concernent les méthodes d'évangélisation, le détachement progressif du fidèle de son entourage, la place accordée aux femmes, le manque de liberté de pensée et l'enseignement des enfants que l'association considère comme un endoctrinement[5].

L'ADFI de Lille pense qu'il « est peu utile de vouloir classer cette Église dans les sectes ou les non-sectes » et que « le risque est grand que la généalogie ne devienne un instrument majeur de prosélytisme des mormons »[6]. Cette supposition sera cependant infirmée par Pierre-Valéry Archassal, généalogiste, spécialiste en paléographie et en nouvelles technologies en lien avec la généalogie, auteur de Généalogie d'aujourd'hui, Hachette, 2008[7]. L'ADFI de Lille qualifie aussi les cours d'anglais proposés par l'Église de « technique de recrutement déguisé de nouveaux adeptes »[8] (En France ces cours sont donnés de façon discontinue depuis 1950[9].)

Lors des travaux de la commission parlementaire de 2006 sur l'influence des sectes sur les mineurs, Charline Delporte, présidente de l'ADFI-Nord-Pas-de-Calais, a déclaré : « Je connais les mormons. L'ADFI a reçu des familles qui y avaient adhéré et se livraient à des agissements sectaires ». Pour étayer cette affirmation, elle a ajouté : « Une famille m'a annoncé qu'elle s'était retrouvée chez les mormons : ils avaient appâté le gamin avec des cours d'anglais gratuits et, peu à peu, on leur a proposé d'aller voir le culte et ils s'étaient laissés séduire »[10].

CCMM[modifier | modifier le code]

À propos de cette Église, le Centre contre les manipulation mentales (CCMM) relève[11] son « prosélytisme missionnaire constant », son mode de vie « rigoriste, très familial, peu ouvert aux non-mormons » et sa « considérable puissance médiatique, politique, universitaire, industrielle ». Cependant le CCMM considère que « débarrassée de principes inacceptables comme la polygamie, cette confession a évolué peu à peu en cult »[11], c'est-à-dire en mouvement qui, « se débarrassant des aspects contestables de son idéologie et de ses pratiques, se transforme peu à peu en une confession socialement acceptable (dénommée alors religion) »[12].

MILS et MIVILUDES[modifier | modifier le code]

En l'absence de plaintes de fidèles, la Mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS) a estimé en 2000 que l'Église est « un groupe religieux qui ne pose pas de problèmes en France »[6]. Elle a en outre estimé, dans son rapport de 2001, « que (…), compte tenu de la définition du caractère sectaire d'une association par l'examen exclusif de son comportement au regard des droits de l'Homme et de l'ordre public (rapport au Premier ministre, décembre 1999), (…) l'Église de Jésus-Christ des [Saints des] Derniers Jours ne devrai[t] pas être considéré[e] comme secte »[13].

À l'occasion de l'acquisition d'un terrain à Villepreux, comme la population s'était émue de ce projet, Jean-Michel Roulet, le président de la MIVILUDES, a fait une mise au point sur France 2, en déclarant que les mormons ne constituent pas une secte (il a parlé notamment de l'absence de pressions en cas de volonté de quitter l'Église)[14].

Dans son rapport de 2006, la MIVILUDES fait cependant état de sa préoccupation vis-à-vis de la société Calvin Thomas, spécialisée dans l'organisation de séjours linguistiques à l'étranger, « en raison de placement des enfants dans des familles d'obédience mormone. Le dossier de cette société, non agréée jeunesse et éducation populaire et non inscrite au registre du tourisme, fait l'objet d'une enquête »[15].

Rapports parlementaires[modifier | modifier le code]

L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours est étudiée dans le rapport parlementaire de 1995, mais ne figure pas dans la liste des sectes établie par ce rapport où elle est citée parmi les mouvements spirituels dont le « rôle peut même être, parfois, considéré comme très positif »[16].

Le rapport parlementaire suivant, celui de 1999, relatif à la situation financière des mouvements supposés sectaires, ne mentionne pas du tout l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours[17].

Dans une question publiée au Journal Officiel en date du 9 octobre 2007, à la page 6 074[18], le député Éric Raoult (Union pour un Mouvement Populaire - Seine-Saint-Denis) a qualifié de « dérives sectaires » certaines des doctrines de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, en particulier celle ayant trait aux différences raciales qu'il a assimilées à du racisme, et s'est plaint de la possibilité qu'a le mouvement religieux d'utiliser les registres civils et paroissiaux. Il a qualifié l'Église de « pseudo-mouvement religieux », a affirmé que celui-ci est « parfois contesté dans les pays où il est présent et actif ». Néanmoins, ce point de vue ne reflète pas celui de l'ensemble de l'Assemblée Nationale, mais uniquement celui de ce député.

En 2009, l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours est devenue Association cultuelle, loi 1905 (JO du 4 juillet 2009).

Autres points de vue[modifier | modifier le code]

  • Selon Jean Vernette, spécialiste des sectes pour l'Église catholique de France :
« Le terme de secte ne peut leur être appliqué. Les mormons ne sont pas violents ; ils n'exercent pas de pressions sur leurs membres, comme le font habituellement les sectes. Leur doctrine diffère de l'enseignement catholique. Ainsi, pour les mormons, Dieu le Père, Jésus-Christ et le Saint-Esprit sont trois entités différentes. Pour eux, la faute originelle n'existe pas. C'est pourquoi ils ne participent pas au dialogue œcuménique. »[1]
  • Selon Odon Vallet, spécialiste français des religions, les mormons ne sont pas une secte[19].
« En France, le mormonisme n’est plus une secte depuis longtemps. Ils ne pratiquent plus la polygamie depuis le XIXe siècle. »[3]

Belgique[modifier | modifier le code]

L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours ne fait pas partie des religions reconnues par la loi en Belgique. Elle est constituée comme association sans but lucratif.

Point de vue des organismes de lutte contre les sectes[modifier | modifier le code]

CIAOSN[modifier | modifier le code]

Le Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN), dans son rapport de 2001-2002, relève différents points problématiques ou controversés liés au mouvement[20][21]:

  1. le rapport aux sciences qui est « difficile en raison d’une lecture fondamentaliste des textes (refus de la critique historique) »
  2. le rôle de la femme qui « idéalement élève et éduque ses enfants, soumise à son mari ».
  3. le fait que les mormons ne prennent pas part au dialogue œcuménique, « se considérant comme la seule vraie Église chrétienne »
  4. le fait que quitter l’Église « est toujours possible, mais au risque d’être coupé de sa famille, ses amis »

Il affirme toutefois que les accusations de racisme sont non fondées et que la polygamie n'y est plus admise. De plus, il indique que, « dans les circonstances actuelles, en Belgique, l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours ne présente pas de risque particulier eu égard à l’article 2 de la loi du 2 juin 1998 » et précise que « les rapports officiels des commissions d’enquête sur les sectes en Belgique, France, Suisse, Allemagne, Canada, ne contiennent pas d’éléments négatifs à charge de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours »[20].

Dans son rapport de 2003-2004, le CIAOSN affirme que « les Mormons (…) ne donnent pas lieu, loin de là, à des demandes agressives et hostiles [au Centre] » (il y a eu durant ces deux années 23 demandes à leur sujet, soit 1,6 %)[22].

En octobre 2000, l’Office des Étrangers a adressé une demande au CIAOSN à propos de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, souhaitant connaître la dangerosité éventuelle de celle-ci et si les missionnaires devaient obtenir un permis de travail pour venir en Belgique[23]. Dans son avis du 31 mai 2001[24], le CIAOSN a pointé plusieurs éléments négatifs de ce mouvement comme « les affirmations que l’on peut qualifier de racistes » dans les textes fondateurs (mais précise que « la pratique montre que ces propos ne sont plus en usage »), « l'attitude vis-à-vis de la femme [qui] ne s'inscrit pas dans la tendance européenne et internationale en matière d'égalité entre hommes et femmes » et la « lecture fondamentaliste des écrits fondateurs, n'admettant pas une critique historique des sources ». Cependant, étant donné l’absence de condamnations judiciaires et d’éléments négatifs dans le rapport parlementaire d’enquête sur les sectes, le CIAOSN considère que « l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours ne présente pas de risque particulier » eu égard à la loi sur les organisations sectaires nuisibles.

Rapports parlementaires[modifier | modifier le code]

Le rapport parlementaire belge datant de 1997 étudie les dangers sectaires associés aux mouvements religieux minoritaires afin de dégager diverses recommandations (qui aboutiront à la création du CIAOSN). Dans le rapport, certains mouvements sont examinés en profondeur (comme l’Ordre du Temple solaire et Écoovie), tandis que d'autres sont abordés plus sommairement. Le cas de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours n'est pas traité de manière spécifique : elle est simplement mentionnée dans le tableau synoptique des 189 mouvements étudiés en vue du rapport parlementaire[25].

Suisse[modifier | modifier le code]

Point de vue des organismes de lutte contre les sectes[modifier | modifier le code]

Centre intercantonal d'information sur les croyances[modifier | modifier le code]

François Bellanger, le président de l'organisme suisse nommé Centre intercantonal d'information sur les croyances, a déclaré : « Nous n'avons jamais eu écho de dérives sectaires concernant les mormons. Autrement dit, d'actes contraires à la loi commis au nom ou sous couvert de leur religion »[26].

Rapports parlementaires[modifier | modifier le code]

En 1999, un rapport de la Commission de gestion du Conseil national[27] étudie la problématique sectaire mais n’examine aucun mouvement religieux.

Espagne[modifier | modifier le code]

En 2003, le gouvernement de José María Aznar a reconnu une certaine légitimité à l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours en lui accordant le statut de religion d’« enracinement notoire », ce qui lui offre des avantages fiscaux, la possibilité de mandater des professeurs de religion dans les écoles et des aumôniers dans les hôpitaux et prisons. L’Église est cependant considérée comme un mouvement sectaire par certaines associations.

Point de vue des organismes de lutte contre les sectes[modifier | modifier le code]

Redune[modifier | modifier le code]

La Redune (association pour la prévention de la manipulation sectaire) fait mention de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours dans la liste des groupes sectaires et de manipulation psychologique opérant en Espagne[28].

L'association dénonce la tactique de recrutement employée par l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours au travers de l’organisation de cours d’anglais gratuits : « dans ces classes, d’autres sujets sont abordés, des textes déterminés sont distribués afin d’intéresser les élèves à leurs croyances et [les organisateurs] affirment que l’argent ne les intéresse pas car ils croient en quelque chose de mieux. Ils proposent de partir étudier l’anglais en allant vivre chez des familles aux États-Unis qui se révèleront être de la religion mormone. Cette aide est présentée comme généreuse et altruiste. Comme la loi interdit de faire du prosélytisme auprès des mineurs, il est spécifié dans l’information publiée que ces cours sont uniquement pour des adultes de 18 ans et plus, mais rien n’indique qui les organise »[29]. L’association considère aussi que l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours « déforme la réalité et l’adapte à sa mission » en « assurant que les États-Unis sont la terre promise et en interprétant le passé selon l’idée que Jésus s’en est allé prêcher les anciens habitants d’Amérique »[30].

AIS[modifier | modifier le code]

Dans un document de l’AIS (Atención Investigación Sectas Socioadicciones), la psychologue Margarita Barranco cite l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours au rang des groupes totalitaires et dénonce également la tactique de recrutement via les cours d’anglais gratuits[31].

Italie[modifier | modifier le code]

L'Eglise mormone a reçu le statut de culto ammesso (culte admis) le 12 mai 1993, suite à la publication du décret du Président de la République (Decreto del Presidente della Repubblica) du 22 février 1993 signé par le président Oscar Luigi Scalfaro, par laquelle l'autorité morale de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours a été reconnue comme une institution religieuse par l'État italien, en vertu de la loi n° 1199 de 1929 sur la reconnaissance civile des établissements de culte[32],[33].

Le 4 avril 2007 a été rédigé un texte de intesa (accord entre l'État italien et une confession religieuse différente de la religion catholique) qui, pour être appliqué, doit être approuvée par le corps législatif du Parlement Italien. Dans ce texte est indiqué que l'Église ne participera pas à la répartition des quotas des huit pour mille, l'impôt sur le revenu des particuliers[34] en reconnaissance de son indépendance financière par les dons volontaires de ses fidèles.

Point de vue des organismes de lutte contre les sectes[modifier | modifier le code]

ARIS[modifier | modifier le code]

L'ARIS (Associazione per la Ricerca e l'Informazione sulle Sette) considère l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours comme une secte. Dans un rapport de 1998 présenté à la Commission pour les affaires constitutionnelles du Parlement italien, l'association classe l'Église parmi les sectes restaurationnistes, mentionnant certaines de leurs croyances « singulières » comme un dieu de chair et d'os résidant sur Kolob et leurs recherches généalogiques minutieuses pour le salut des défunts[35].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pèlerin Magazine n° 6219 du 8 février 2002, p. 35
  2. La Marche de l'Histoire, 9 janvier 2012,
  3. a et b Journal Le Ravi du 15 janvier 2013 : http://www.leravi.org/spip.php?article1422
  4. "Les Mormons s'offrent le tiers de Villepreux", Le Parisien, 9 mars 2006]
  5. "Que sait-on de… Les mormons", 4e semestre 2002, UNADFI, voir § 1 et 'Observations ou témoignages'
  6. a et b "La généalogie, outil prosélyte", Stéphane Lagarde, Libération, 22 août 2000
  7. « Les mormons forment une Église qui respecte l'autre et ne fait pas de prosélytisme outrancier. J'ai personnellement bénéficié de leur accueil au centre de consultation de Versailles dès la fin des années 1970. Jeune à l'époque, je n'ai jamais été incité à entrer dans l'Église ou à participer à quelque cérémonie que ce soit. Les responsables du pieu de Paris (l'équivalent d'un évêché) m'ont toujours accueilli sans jamais rien me demander en échange et surtout sans chercher à me convaincre. Je leur serai éternellement reconnaissant de ce respect qui force l'admiration à une époque où plusieurs communautés religieuses abusent de méthodes agressives. (Pierre-Valéry Archassal, Généalogie d'aujourd'hui, Hachette, 2008)
  8. "Formés pour recruter dans la rue et à domicile", sur esj-lille
  9. Voir l'histoire de la paroisse de Strasbourg de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Voir également l'histoire de la paroisse d'Angoulême de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours
  10. République française, Assemblée Nationale, Rapport du 12 décembre 2006 de la Commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs. Rapporteur M. Philippe VUILQUE, Député
  11. a et b Mormons, sur le site du CCMM
  12. Définition de 'cult', sur le site du CCMM
  13. Rapport 2001 de la MILS
  14. Édito avril 2006 de l'association COORDIAP
  15. MILIVUDES, Rapport 2006, p.262
  16. République française, Assemblée Nationale, Rapport du 22 décembre 1995 de la Commission d’enquête sur les sectes. Rapporteur Guyard Jacques
  17. République française, Assemblée Nationale, Rapport du 10 juin 1999 de la Commission d'enquête relative sur la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes, ainsi que sur leurs activités économiques et leurs relations avec les milieux économiques et financiers. Rapporteur M. Jean-Pierre BRARD, Député
  18. Assemblée Nationale - Question Eric Raout - Mormons, JO, 9 octobre 2007, sur Prevensectes
  19. La Marche de l'Histoire, 9 janvier 2012
  20. a et b Rapport 2001-2002 du CIAOSN, p. 41
  21. "Qui sont les Mormons ?", rubrique 'Problèmes, controverses ?', document du CIAOSN, sur Prevensectes
  22. Rapport 2003-2004 du CIAOSN, p. 11
  23. Henri de Cordes, Président du CIAOSN, p. 33
  24. Avis du 31 mai 2001 du CIAOSN
  25. Chambre des Représentants de Belgique, Session ordinaire du 28 avril 1997, Enquête parlementaire, Rapport par MM. Duquesne et Willems, p. 227
  26. "Les mormons de Suisse, enquête sur une Église en plein essor", Corinne Bloch, Le Temps, 6 février 2002
  27. Sectes ou mouvements endoctrinants en Suisse - Rapport de la Commission de gestion du Conseil national
  28. Redune, Grupos que operan en España
  29. Redune, Las Sectas al Descubierto, p.66
  30. Redune, Las Sectas al Descubierto, p.53
  31. Margarita Barranco, Alerta: Las sectas, no te dejes engañar
  32. Ai 10000 mormoni riconoscimento del nostro governo Corriere della Sera, 6 febbraio 1993
  33. Lista degli enti di culti diversi dal cattolico dotati di personalità giudica, punto n. 23, Sito del Ministero degli Interni.
  34. Testo dell'Intesa, Sito del Governo italiano.
  35. A.R.I.S. Toscana, Sette religiose e nuovi movimenti magici in Italia, 1998, p.6,8