Moritz Stern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Moritz Abraham Stern

alt=Description de l'image Moritz Abraham Stern.jpg.
Naissance 29 juin 1807
Francfort (Allemagne)
Décès 30 janvier 1894 (à 86 ans)
Zurich (Suisse)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Champs Mathématiques
Institutions Université de Göttingen
Académie bavaroise des sciences
Étudiants en thèse Bernhard Riemann
Gotthold Eisenstein
Renommé pour Nombre premier de Stern
Arbre de Stern-Brocot

Moritz Abraham Stern, né le 29 juin 1807 à Francfort (Allemagne) et mort le 30 janvier 1894 à Zurich (Suisse), est un mathématicien allemand.

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

À l'automne 1826, Stern entre à l'université de Heidelberg où il étudie les mathématiques sous la direction de Carl Friedrich Gauss et Bernhard Friedrich Thibaut (en). Il suit aussi des cours de physique et de chimie, ainsi que de langues anciennes dans la classe de Karl Otfried Müller.

Le 13 janvier 1829, il réussit son examen de doctorat avec la plus haute mention devant un jury présidé par Gauss, Thibaut n'ayant pu être présent en raison de problèmes de santé. Il obtient son habilitation universitaire et devient privat-docent grâce sa thèse intitulée Observationum in fractiones continuas specimen (Observation d'exemples de fractions continues), remise le 5 mars 1829 et présentée le 17 août 1829 à Göttingen.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1838, Stern reçoit le prix de la société danoise des sciences pour ses travaux sur les équations transcendantes (Über die Auflösung der transcendenten Gleichungen). En dépit de lois antisémites qui interdisent aux juifs l'accès à certains postes dans les États de la confédération germanique, il accède au titre de professeur le 14 septembre 1848. Parmi ses étudiants se trouvent notamment Bernhard Riemann et Gotthold Eisenstein ; c'est avec l'aide de Stern que ce dernier parvient à établir sa preuve de la loi de réciprocité quadratique.

Stern succède à Gauss sur la chaire universitaire de mathématiques de l'université de Göttingen le 30 juillet 1859 et prête serment en même temps que Riemann. Cette année-là, il devient aussi membre de l'académie bavaroise des sciences.

Dans les dernières années de sa vie, il rejoint son fils, l'historien Alfred Stern (de) à Berne dès 1884 puis à Zurich de 1887 à sa mort, le 30 janvier 1894.

Stern n'a pas été un mathématicien exceptionnel et n'a fondé aucune école. Il a néanmoins laissé son nom à la postérité à travers une rue de Göttingen, l'arbre de Stern-Brocot, un arbre binaire de recherche qui contient tous les rationnels strictement positifs, et une classe de nombres premiers, les nombres premiers de Stern.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]