Morienval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Morienval
Abbatiale Notre-Dame, façade occidentale.
Abbatiale Notre-Dame, façade occidentale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Crépy-en-Valois
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Hubert Briatte
2001-2008
Code postal 60127
Code commune 60430
Démographie
Population
municipale
1 015 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 48″ N 2° 55′ 12″ E / 49.2967, 2.92 ()49° 17′ 48″ Nord 2° 55′ 12″ Est / 49.2967, 2.92 ()  
Altitude Min. 52 m – Max. 171 m
Superficie 25,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morienval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morienval

Morienval est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie sur la rive droite de la vallée de l'Automne au sud de la forêt de Compiègne.

Ses habitants sont appelés les Morienvalois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village s'accroche aux pentes de la brusque dépression d'un grand plateau calcaire.

Communes limitrophes de Morienval[1]
Orrouy Saint-Jean-aux-Bois Pierrefonds
Gilocourt Morienval[1] Retheuil
Feigneux Fresnoy-la-Rivière Bonneuil-en-Valois

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Monastère de Morienval était autrefois un des plus puissants du Valois, il possédait plusieurs moulins, des bois et avait des droits en forêt de Compiègne. L'établissement avait à sa tête une abbesse nommée par le roi : c'était un monastère royal.

Au IXe siècle, on frappe de la monnaie au nom du village. Ce qui laisse penser qu'il y avait un marché.

Le nom de Morienval pourrait provenir de Morini Vallis. Morini est le nom d'une peuplade celte du Nord-Ouest de la Gaule que César évoquait souvent. En 1858, à Longueil-Sainte-Marie (60), un trésor de 33 statères de type « Morini » était mis au jour. En 1944, 15 autres pièces identiques étaient retrouvées à Largny-sur-Automne (02). Or Longueil, Morienval et Largny se trouvent sur une ligne droite qui s'incline d'Ouest en Est. Les Morini sont passés par le Valois et la vallée de l'Automne, au cours de leur retraite vers le Nord de la Gaule, après leur défaite devant les troupes romaines. S'ils ont semé des statères dans leur hâte, ce nom pourrait évoquer le lieu où quelques Morinis se seraient établis, mais pourquoi pas le lieu où une grande partie d'entre eux auraient été décimés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie, rue de la Poste.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Hubert Briatte UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 015 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
844 647 718 758 831 905 859 833 869
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
866 950 974 975 975 996 906 888 903
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
852 896 846 852 876 797 775 693 710
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
673 606 742 921 1 040 1 048 1 038 1 037 1 015
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 24,5 %, plus de 60 ans = 14,2 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 18,9 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 25,2 %, plus de 60 ans = 12,8 %).
Pyramide des âges à Morienval en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
4,3 
75 à 89 ans
4,2 
9,9 
60 à 74 ans
8,4 
24,5 
45 à 59 ans
25,2 
23,0 
30 à 44 ans
21,6 
18,5 
15 à 29 ans
18,9 
19,8 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Morienval compte deux monuments historiques sur son territoire, dont l'un est situé en forêt de Compiègne et à cheval sur la commune voisine de Pierrefonds.

  • Ancienne abbatiale / église Saint-Denis (classée monument historique par liste de 1840[6]) : Sa construction commence vers 920 et dure plus d'un siècle. Elle sert d'abord d'église à l'abbaye double Notre-Dame-de-Morienval fondée, selon la légende, par Dagobert Ier, et éteinte en 1744. Bien que les chapiteaux soient d'une sculpture grossière, les arcades du faux déambulatoire sont déjà en tiers-point, alors que le plein cintre sera encore utilisé bien postérieurement. Cette église est connue pour ses « trois clochers, deux cents cloches » (lire deux sans cloche). L'église de Morienval est parfois identifiée comme un des premiers exemples de la transition de l'architecture romane à l'architecture gothique (en particulier en raison de la présence de croisées d'ogives). Pour visiter, demander les clefs au 12, rue des 3 Couronnes tous les jours et jusqu'à 15h00 le dimanche.
  • Ancien prieuré Saint-Nicolas de Courson, près de la RD 33 à la limite avec la commune de Pierrefonds (classé monument historique par arrêté du 7 juin 1905[7])

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Anobert.
  • La chapelle Saint-Anobert

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]