Morelle faux jasmin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La morelle faux jasmin (Solanum laxum, historiquement connue comme Solanum jasminodes) est une plante grimpante sarmenteuse, de la famille des Solanacées, originaire d'Amérique du Sud.

Elle est cultivée comme plante ornementale.

Description[modifier | modifier le code]

Le Solanum laxum est une plante grimpante, inerme (sans épines), se développant très rapidement. Elle développe des rameaux de 2 à 8 m de long portant un feuillage semi-persistant à persistant suivant le climat.

Les feuilles sont simples, ovales-lancéolées, de 3-8 × 1,5-3 cm, glabres.

Les inflorescences sont des cymes paniculées portant des fleurs bleu clair à blanc. La floraison s'étale de juin à novembre.

Le fruit est une baie de 5 mm de diamètre, noire et toxique.

Écologie[modifier | modifier le code]

Ce solanum est originaire d'Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Équateur, Paraguay, Uruguay).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette liane à floraison généreuse est utilisée dans les jardins pour couvrir les treillages ou les pergolas. Sa croissante rapide en fait une plante rapidement envahissante. Elle se cultive facilement en extérieur dans les régions tempérées à climat doux. Elle supporte -8° C. On la multiplie par bouturage en été. Les fruits sont toxiques.

Citologie[modifier | modifier le code]

2n=24[1]

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Solanum boerhaaviifolium Sendt.
  • Solanum boerhaaviifolium var. calvum C.V.Morton
  • Solanum dietrichiae Domin
  • Solanum jasminoides Paxton
  • Solanum jasminoides var. boerhaaviifolium Kuntze (Sendt.)
  • Solanum jasminoides subvar. glaberrimum Kuntze
  • Solanum jasminoides var. normale Kuntze
  • Solanum jasminoides subvar. pilosum Kuntze
  • Solanum jasminoides subvar. pubinerve Kuntze
  • Solanum triphyllum Vell.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Moscone, E.A. 1992. Estudios de cromosomas meióticos en Solanaceae de Argentina. Darwiniana 31: 261-297